Le « Village by CA » pépinière de start-ups à Besançon

0
1077
Place Saint Jacques Besançon, cité des savoirs et de l'innovation
Cité des savoirs et de l'innovation à Besançon - Crédit photo : Le Village by CA
- Annonce -

Il y a tout juste un an, « le village by CA » ouvrait ses portes à Besançon, dans le cadre de la future cité des savoirs et de l’innovation qui occupera le lieu emblématique de l’hôpital Saint-Jacques. Initié par la Caisse Régionale du Crédit Agricole de Franche-Comté et le Pôle des Microtechniques, « le Village » est un lieu d’accueil et d’accompagnement pour le business innovant.

« Le Village by CA » déjà une vingtaine de villages en France

Créé à Paris en 2014, le concept se veut créateur de valeurs pour des entreprises à fort potentiel de développement. Grâce au réseau international du Crédit Agricole et des entreprises partenaires, chaque Village dispose de relais dans les principales métropoles mondiales (New-York, Londres, Shanghai, Tokyo ou Singapour…). Les startups ont ainsi un accès privilégié à leur développement international. Disposant d’outils technologiques puissants, les inventeurs du monde de demain peuvent évoluer dans un environnement d’open innovation tout en restant ancrés dans leur territoire au cœur des régions.

Start Meet Up

Thomas Vigreux, le Maire du Village by CA de Besançon, anime des ateliers depuis le mois d’octobre dernier, autour de 4 objectifs : permettre aux innovateurs de créer les conditions de leur marché, structurer leur business model, élargir l’horizon et grandir.

Julien Coulon co-fondateur de Cedexis "l'aiguilleur du Net"
Julien Coulon co-fondateur de Cedexis « l’aiguilleur du Net » – Crédit YQ

Le 18 janvier 2018, il avait invité Julien Coulon, co-fondateur de Cedexis « l’aiguilleur du Net » à exposer son expérience et expliquer comment éviter les crises de croissance trop rapides d’entreprises qui démarrent dans un garage pour s’internationaliser en quelques années. Ce start-uper, qui avait déjà fait sensation à la CCI de Besançon lors d’un colloque sur la nouvelle économie, a développé des algorithmes pour fluidifier le trafic sur le Net. En quelques années, l’entreprise collecte 16 milliards de données par jour pour 50 000 opérateurs dans le monde qui touchent plus d’un milliard de personnes quotidiennement. Une réussite qui ne doit pas cacher les multiples échecs de créateurs en herbe, convaincus seulement de « faire du cash ».

Start-up/Epicerie

Pouvoirs publics, financeurs institutionnels, business angels… tous ces pourvoyeurs de liquidités ont les yeux de Chimène pour les inventeurs des technologies 5.0. Les solutions Internet, le développement de la robotique et l’essor de l’intelligence artificielle sont autant de sources de profits importants et immédiats selon les nouveaux tycoons de la Silicon Valley et de la French Tech. Tous parlent un sabir incompréhensible aux non-initiés. On y parle de CRM au lieu de la relation client, de cash et de coachs, de pipedrive et autres anglicismes. Effet de mode ou tendance lourde, notre monde se transforme. Il ne doit pas oublier la qualité humaine des échanges, l’empathie dont chaque humain doit se nourrir au quotidien. L’accumulation des dollars, €uros ou Yuans n’est pas une fin en soi, simplement un outil pour créer, innover, inventer dans tous les domaines. Et l’épicier qui invente un nouveau concept pour servir ses clients est un start-uper aussi utile à la société que Bill Gates l’a été en créant Windows.

Crédit Agricole de Franche-Comté
Futur siège régional du Crédit Agricole de Franche-Comté à Besançon – Crédit photo CRCA

En accompagnant tous ces mouvements telluriques, la « banque verte » de Franche-Comté remplit son rôle de banque de proximité. Seul organisme bancaire à conserver son siège social à Besançon (les autres banques mutualistes ayant choisi le duché de Bourgogne) le Crédit Agricole reste bien ancré dans son terroir et c’est une bonne chose pour Besançon et sa région.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here