Vers un pôle métropolitain comtois ?

0
263
Signature officielle de la déclaration commune entre les agglomérations de Besançon, Belfort et Montbéliard © DR
Signature officielle de la déclaration commune entre les agglomérations de Besançon, Belfort et Montbéliard © DR
- Annonce -

Un pas de plus vers une coopération incontournable entre les collectivités de Franche-Comté ? La question était d’actualité ce vendredi 13 avril, deux mois après la présentation du pôle métropolitain Centre Franche-Comté. Damien Meslot, Maire de la cité du Lion et Président de l’agglomération belfortaine, Charles Demouge, Président de l’agglomération du Pays de Montbéliard (PMA) et Jean-Louis Fousseret, Maire de la capitale comtoise et Président du Grand Besançon, ont signé une déclaration commune de collaboration renforcée dans les domaines de l’économie, de l’enseignement supérieur et de la recherche, du développement d’un pôle d’excellence sur l’énergie et les mobilités, de la culture et de l’attrait des territoires.

La Comté, territoire industriel, touristique et culturel veut peser dans l’Europe de demain

« All Together » (notre édition du 17 février 2018) était la réponse comtoise au « Just Dijon » vanté par la capitale régionale. Pour Jean-Louis Fousseret, à la manœuvre de ces regroupements de compétences, « il s’agit de créer une synergie des territoires, trouver les alliances et s’appuyer sur les forces des uns et des autres pour mieux s’améliorer. »

Jean-Louis Fousseret, Président du Grand Besançon - Crédit photo YQ
Jean-Louis Fousseret, Président du Grand Besançon – Crédit photo YQ

Le Président du Grand Besançon en profite pour préciser qu’il ne s’agit pas de créer « un machin » de plus vorace en deniers publics, mais de permettre aux équipes de se rencontrer pour travailler ensemble. Les exemples ne manquent pas poursuit le maire de Besançon : « L’Orchestre Victor Hugo est né de cette coopération qui confère désormais à la formation musicale un statut international même si on peut regretter les freins de l’orchestre bourguignon, réticent à intégrer l’excellence franc-comtoise. »

Second exemple, l’Institut régional fédératif du Cancer, pôle de cancérologie unique en France, qui permet une même qualité de prise en charge des patients, qu’ils soient lédoniens, vésuliens, habitants du Haut-Doubs ou du Nord Franche-Comté « Bel exemple d’organisation nationale qui transcende les formes traditionnelles d’accès aux soins. »

Damien Meslot, Président de l'agglomération du Grand Belfort - Crédit photo YQ
Damien Meslot, Président de l’agglomération du Grand Belfort – Crédit photo YQ

La Comté, c’est aussi le premier territoire industriel français. L’excellence est présente dans le pôle des microtechniques et le pôle du véhicule du futur. « Si le Nord Franche-Comté excelle dans l’industrie, Besançon est devenu ces dernières années le terreau de nombreuses start-ups. » conclut Jean-Louis Fousseret.

Pour Damien Meslot, le maire de Belfort,  « l’axe urbain Belfort-Montbéliard-Héricourt est un géant économique mais un nain politique ». Il était donc essentiel de « construire une alliance des territoires pour réfléchir à la façon de peser plus fortement dans la grande région, en France et en Europe. » La proximité des territoires avec la Suisse et l’Alsace est un atout dont doit bénéficier l’ensemble de la grande région.

Charles Demouge, Président du Pays de Montbéliard Agglomération - Crédit photo YQ
Charles Demouge, Président du Pays de Montbéliard Agglomération – Crédit photo YQ

Charles Demouge, le patron du Pays de Montbéliard avait été invité en « guest star » au mois de Février dernier lors de la présentation du pôle métropolitain Centre Franche-Comté, pressentant ainsi le rapprochement de l’ensemble des collectivités comtoises. Sans refaire l’histoire, le président de PMA rappelle la période « Quand on était riches, on pouvait vivre chacun dans son coin… A-t-on trop attendu ? Les projets de territoires se feront en collaboration pour le bien de tous les habitants. »

On avance pas à pas pour être opérationnels… Attention à ne pas traîner !

La nouvelle organisation territoriale de 2015 a considérablement modifié les équilibres de certains territoires. C’est le cas de la région Bourgogne Franche-Comté où l’agglomération dijonnaise a eu tendance à « tirer la couverture ». La Franche-Comté est un vieux territoire à l’histoire mouvementée. Ses habitants ont souvent préféré l’ombre à la lumière… On les a oubliés !

Un grand quotidien régional titrait ce matin « La Franche-Comté encore oubliée » évoquant une opération d’envergure du Comité Régional du Tourisme de Bourgogne Franche-Comté faisant l’apologie du tourisme dans la région… mais uniquement en Bourgogne. Plus de 300 panneaux publicitaires dans le métro parisien et lyonnais pour la modique somme de 260 000 € dont l’essentiel est pris en charge par le CRT. Exit la Saline royale d’Arc et Senans, exit le 10ème anniversaire de l’inscription de la Citadelle de Besançon au patrimoine mondial de l’Unesco, exit les Eurockéennes de Belfort, exit le succès de l’Axone à Montbéliard, exit les sites naturels exceptionnels de la Comté… Si la polémique ne sert pas l’avenir, son absence ne doit pas privilégier un territoire au détriment des autres.

De Pontarlier à Lons-le-Saunier, de Belfort à Besançon, de Vesoul à Dole, la Comté a l’ambition de son avenir. Les trois édiles réunis ce vendredi 13 y trouveront un jour de chance pour une Comté plus forte, plus ambitieuse, plus ouverte au monde. Il ne reste plus qu’à trouver un nom à ce pôle métropolitain d’excellence… Chacun peut apporter sa contribution !

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here