- Annonce -

À l’occasion de la signature du contrat de développement métropolitain entre la région Bourgogne Franche-Comté et le Grand Besançon, l’université et le CROUS invitaient les élus et les membres de la communauté universitaire à une « itinérance artistique » pour découvrir les nouveaux lieux de vie en commun, premiers fruits de Grand Besançon Synergie Campus mis en place le 24 novembre 2017.

Synergie Campus, l’innovation bisontine

Synergie Campus se définit une force opérationnelle au service du territoire bisontin. La dizaine de partenaires privés et institutionnels ont signé ce mercredi 21 novembre un protocole initié il y a tout juste un an.

250 000 habitants, 25 000 étudiants, 5 000 étudiants étrangers au CLA, 700 enseignants-chercheurs : le Grand Besançon est un pôle d’équilibre essentiel dans la grande région. C’est cette ambition qui est portée par Synergie Campus

Les atouts de « Grand Besançon Synergie Campus »

« L’excellence scientifique du bassin de Besançon n’est pas à démontrer », selon Dominique Schauss, vice-président du Grand Besançon chargé de l’enseignement supérieur. Qu’il s’agisse des laboratoires de recherche, des écoles d’ingénieurs, des équipes du CHU et de l’EFS, Besançon dispose des atouts nécessaires pour devenir un pôle européen pour les micro et nano techniques et la médecine du futur.

Besançon université Synergie Campus
Dominique Schauss, vice-président de Grand Besançon ©YQ

Il ne suffit pas de proposer des matériels de pointe pour attirer étudiants, chercheurs et enseignants du monde entier. Il convient aussi de les accueillir dans les meilleurs conditions. « La France de façon générale, et la Franche-Comté en particulier ne sait pas recevoir correctement ses invités. Les procédures administratives contraignantes, la segmentation des prises de décision ne facilitent pas l’intégration d’une population scientifique de haut niveau et exigeante » confirme Bernard Cretin, le directeur de l’ENSMM.

« La Franche-Comté et Besançon en particulier, ne sait pas suffisamment vendre ses atouts scientifiques »

Pascal Morel, le passionné directeur régional de l’Établissement Français du Sang renchérit : « La Franche-Comté et Besançon en particulier, ne sait pas suffisamment « vendre » ses atouts scientifiques ». À titre d’exemple, il cite certaines innovations dans les produits sanguins, utilisés dans le monde entier et créées à Besançon. Le patron de l’EFS cite également la culture historique de coopération entre entrepreneurs, chercheurs et collectivités proches les uns des autres.

« Workorama » pour une meilleure qualité de vie aux étudiants
Besançon Université Campus
Studio d’enregistrement vidéo à la Maison des Étudiants. ©YQ
Besançon Université Campus
Salle de coworking au Crous de Besançon la Bouloie. ©YQ

Le CROUS de Besançon et les membres du comité de vie étudiante ont remporté un appel à manifestation d’intérêt lancé par le Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires. Une des actions de ce projet consiste à offrir des espaces de coworking aux étudiants bisontins et aux associations qui développent des initiatives : espaces de créativité, de répétition ou de création audiovisuelle.

Besançon Université Campus
Une troupe de jeunes issus d’une formation « Art du Théâtre » ont animé la visite. ©YQ

Une troupe de jeunes acteurs a accompagné par des performances collectives la déambulation dans ces nouveaux lieux de vie au cœur du campus de la Bouloie. « C’est une façon de dynamiser les résidences, d’aménager les conditions de vie et de renforcer le bien-être étudiant » résume Samira Flint, étudiante en seconde année d’Administration et gestion des entreprises (AES) et présidente de l’Association des Résidents de la Bouloie (ARBO).

1895, le 1er festival étudiant du court-métrage

Le festival se déroulera le 26 et le 27 janvier 2019 sur le campus de la Bouloie. Marathon cinématographique, les participants auront 1895 minutes ou 31h35’ pour définir des scénarii (à partir d’un thème donné), effectuer les tournages et les montages. Le choix de 1895 fait référence à la date du brevet déposé par les frères Lumière.

Un habitant de Besançon sur cinq est étudiant

« Des intentions aux actions »

C’est par ces mots que Dominique Schauss, pour le Grand Besançon, a résumé le contrat métropolitain. Dans cette ville campus où un habitant sur cinq est étudiant, c’est par la notoriété que le territoire gagnera en efficience et en dynamisme.

Pour le moment, les initiatives individuelles l’emportent sur les structures hiérarchiques qui ont bien du mal à travailler ensemble. La démission collective des membres de la Communauté Universitaire d’Établissements (COMUE) démontre peut-être que les fusions imposées d’en haut ne sont pas nécessairement  la bonne méthode de gestion. La proximité serait-elle une meilleure solution ?

YQ

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here