Une nouvelle vie pour le kiosque de Chamars

0
1413
Réouverture du Kiosque Chamars le 5 juillet 2018 -©YQ
Réouverture du Kiosque Chamars le 5 juillet 2018 -©YQ
- Annonce -

Il aura été fermé près de deux ans. Le café restaurant de Chamars n’avait pas trouvé sa clientèle et Barbara Ballot, l’ancienne gérante est devenue députée LREM en juin 2017. L’agglomération du Grand Besançon, propriétaire des lieux, s’est donné le temps de valider un autre modèle économique pour en faire un point d’ancrage et d’accueil pour les touristes et les visiteurs dans le cœur de ville.

Une équipe bisontine impliquée dans son territoire
Madame et Monsieur Abichou, les nouveaux gérants du Kiosque Chamars - ©YQ
Madame et Monsieur Abichou, les nouveaux gérants du Kiosque Chamars © YQ

Il s’appelle Riadh Abichou. Ce tunisien installé en France depuis 1995 n’a jamais manqué d’idées et de courage. Professionnel du « fast-food » bisontin, il possède déjà deux établissements dans la capitale comtoise. Son épouse travaille depuis 25 ans à l’office du tourisme de Besançon. L’équipe de 4 personnes assurera un service 7J/7J et 365 jours/an de 7h30 à 21h. Le Grand Besançon et le gérant du Kiosque sont optimistes sur la réussite du nouveau concept et ont signé pour cela un engagement réciproque de 6 ans.

Une carte sympathique
Kiosque de Chamars, une équipe dynamique -©YQ
Kiosque de Chamars, une équipe dynamique ©YQ

Le petit café du matin à 1.50€ ou la salade composée à 6€ pour la pause du midi, le choix est multiple et varié pour les touristes qui attendent le bus « Ginko Citadelle » à 2 mètres du kiosque, pour les nombreux agents du centre des Impôts de Chamars ou encore pour les collégiens, lycéens et étudiants. Jouant la qualité et la proximité, Riadh Abichou souhaite nouer des partenariats avec des producteurs locaux.

Il reste que l’architecture du lieu peut encore choquer et la visibilité intérieure peu attractive. Bien heureusement, la municipalité a gagné sa bataille contre les corneilles qui enlaidissaient le lieu et une terrasse extérieure est prévue. Mais comme il est de coutume en France, il faudra attendre quelque temps que l’Architecte des Monuments de France donne son accord à l’installation en extérieur de parasols. Le nouveau gérant espère que cet accord sera donné… avant les premiers froids !

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here