- Annonce -

La part des ménages vulnérables est plus forte dans la région qu’ailleurs en France.

C’est un constat dressé par l’Insee de Bourgogne Franche-Comté. Un quart des ménages de la région sont en situation de vulnérabilité énergétique. Pour être chauffés convenablement ces ménages doivent en effet y consacrer une part importante de leurs revenus, 8,2%. Plus de 290 000 foyers sont concernés dans la région, l’une des plus touchées en France avec le Grand Est.

1 730 euros dépensés par an en chauffage contre 1 420 en France métropolitaine

Quand le froid gèle les budgets

C’est notamment le climat, l’un des plus froids de France, qui explique l’envolée du budget consacré au chauffage dans la région. Cette année, le printemps a d’ailleurs été particulièrement froid forçant les foyers à retarder l’arrêt des chaudières et autres systèmes.

Les logements sont également en cause. « Ils sont anciens, moins bien isolés et donc énergivores. Un tiers des résidences principales de Bourgogne Franche-Comté ont été construites avant 1946, contre un quart au niveau national », observe l’Insee. De quoi rapidement faire grimper la facture… Pour se chauffer correctement dans la région, il faut effectivement dépenser en moyenne 1 730 euros par an, contre 1 420 en France métropolitaine.

radiateur chauffage difficultés budget insee
Le chauffage pèse de plus en plus lourd dans les ménages de la région. © Militine GUINET
Parmi les plus touchés, les seniors de 75 ans et plus

Plus alarmant, les personnes aux faibles revenus, les personnes seules ainsi que les familles monoparentales sont les plus exposées à cette précarité énergétique. Pour ces ménages, les dépenses de chauffage pèsent lourd dans le budget. Un facteur qui les pousse à « des arbitrages budgétaires difficiles et les expose tout particulièrement en cas de hausse du prix des énergies », souligne l’Insee. Les personnes âgées de 75 ans et plus puis les familles monoparentales soit 32 000 personnes, sont donc directement touchées par ce fléau.

Un ménage sur trois concerné dans les communes isolées

Enfin, les ménagent qui se chauffent au fioul sont les plus exposés. Ils constituent 35% des foyers en situation de vulnérabilité énergétique contre 15%, chez ceux qui utilisent le gaz de ville. Cette vulnérabilité est également moins répandue dans les grands pôles urbains et leurs couronnes.

« Dans les grands pôles comme Dijon, Besançon, Belfort ou encore Vesoul, les logements sont moins énergivores car plus récents et sont pour les deux tiers, des appartements », détaille l’Insee. À l’inverse, « dans les communes isolées, un ménage sur trois est en situation de vulnérabilité énergétique, à la fois par la prédominance d’un habitat ancien et individuel énergivore et un fort taux de pauvreté ».

Militine GUINET

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here