- Annonce -

Après des années d’entraînement et de concours, le club Beure Twirl’, a décroché son tout premier ticket d’entrée pour la Coupe du Monde de Twirling Bâton. Un événement majeur pour cette équipe du Doubs qui prépare déjà la compétition, se déroulant du 4 au 11 août 2019 à Limoges. 

Fondé en 2000 par Karine Koeller et Isabelle Maire, le club de twirling est devenu l’une des équipes favorites du village de Beure. Totalisant près de 35 athlètes, dont 19 en compétition, le Beure Twirl’ s’est étoffé au fil des années, accueillant maintenant des membres de 5 à 28 ans. Pour ce nouveau défi, trois twirleuses vont représenter le club : Émilie Koeller et Sophie Koeller, véritable duo à la vie comme à la scène, et Cindy Maire, soliste lors du championnat.

Beure Twirl' coupe du monde 2019
Cindy, Sophie et Émilie, ont décroché leur place pour la Coupe du Monde lors des sélections en mars dernier, à Andresy. © Émilie Koeller
Le twirling bâton : une discipline physique et artistique
Beure twirling
« Le twirling est une échappatoire. Il permet de prendre confiance en soi », Cindy Maire ©Phototwirl Passion

À coups de bâtons et de chorégraphies, la discipline est un juste équilibre entre sport et expression corporelle. Proche de la GRS (Gymnastique Rythmique Synchronisée, ndlr), l’activité requiert grâce, endurance et dextérité. « C’est un sport complet », assure Cindy Maire. « Il regroupe souplesse, coordination et théâtre. Au cours de nos prestations, nous devons être capable d’effectuer dans un même temps nos chorégraphies, le maniement de nos bâtons et la transmission d’une émotion au spectateur », détaille la jeune femme, sacrée Championne de France en 2016. 

Émilie, Sophie et Cindy, face à 1 500 concurrents 

Véritable microcosme, le twirling bâton reste un sport peu pratiqué. Peut-être l’une des raisons pour laquelle la bienveillance règne entre les différentes équipes : « Beaucoup de clubs se connaissent et s’encouragent mutuellement. C’est toujours un plaisir pour nous de se rendre en compétition », expliquent les trois sportives. Même si l’ambiance est au beau fixe entre les twirleurs, près de 1 500 athlètes vont s’affronter pour décrocher les différents titres de cette Coupe du Monde. Face à d’autres clubs français, le Beure Twirl’ devra également se démarquer des pays comme le Japon et les États-Unis, fief de la discipline. 

Twirling Beure
Émilie et Sophie Koeller, c’est un duo de complicité, unissant deux sœurs autour d’une même passion © Magali Strenger

Cindy, Émilie et Sophie, auront quelques minutes pour assurer le show et se donner toutes les chances de devenir championnes du monde : « Contrairement aux autres championnats, la musique est imposée, ce qui rajoute une contrainte supplémentaire. Nous essayons donc de préparer des chorégraphies originales, pour assurer un spectacle de qualité et monter sur le podium », confient les twirleuses. 

Plus que quelques mois avant de découvrir les prestations d’Émilie, Sophie et Cindy, et ramener, pourquoi pas, la Coupe à la maison.

Lucie RUBAGOTTI 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here