- Annonce -

Lyria, société franco-suisse qui exploite la ligne TGV Paris – Lausanne via Frasne et Vallorbe, programme une diminution des liaisons quotidiennes à compter du mois de décembre prochain. Le Conseil départemental du Doubs, dans sa séance plénière du 18 mars 2019, a voté à l’unanimité une motion pour s’opposer à la suppression d’un aller-retour quotidien entre Lausanne et Paris.

Lyria, dont l’actionnaire principal est la SNCF pour 74% (les chemins de fer suisses sont actionnaires à 26%), souhaite privilégier ainsi le contournement ferroviaire de l’arc jurassien en assurant les liaisons TGV avec la Suisse par Bâle et Genève.

supprimer à terme les TGV via l’arc jurassien ?

Pour le département du Doubs, c’est un mauvais coup porté aux liaisons ferroviaires avec le Haut-Doubs, privant en partie la desserte directe par TGV des gares de Mouchard, Frasne et Vallorbe.

Pour tous les élus du département, cette décision (si elle devait être confirmée) va à l’encontre des efforts entrepris par toutes les collectivités locales depuis plusieurs années.

La destination touristique « Montagnes du Jura » a été labellisée contrat de destination en 2014, rejoignant ainsi une dizaine de territoires français de renommée internationale. Métabief, station de ski alpin est encore actuellement à moins de quatre heures de TGV de Paris.

Malgré un taux de grévistes en baisse, le trafic reste très perturbé notamment pour les TER en Bourgogne Franche-Comté. © LDC
La liaison Paris – Lausanne par l’arc jurassien remise en question. © LDC

Le Haut-Doubs et le  Haut-Jura font par ailleurs partie des 136 territoires d’industrie dans lesquels l’État a signé des conventions avec plusieurs opérateurs publics pour améliorer l’environnement des entreprises, l’accessibilité et renforcer leur attractivité. Les transports et les mobilités en sont des axes importants.

En supprimant un aller-retour Lausanne – Paris par l’arc jurassien, la décision de Lyria va à l’encontre du pacte ferroviaire visant à privilégier les mobilités propres et à faire du transport ferroviaire la colonne vertébrale de l’offre globale de transports.

Des deux côtés de la frontière, les collectivités territoriales sont vent debout contre une décision qui pourrait être une première étape dans le désengagement complet de la SNCF de la traversée de l’arc jurassien. Le Grand Conseil Vaudois et le gouvernement cantonal ont formellement demandé à Lyria de renoncer à ce projet.

Par la motion votée à l’unanimité, les élus du conseil départemental du Doubs demandent à la Ministre des transports d’annuler une décision qui irait à l’encontre des besoins des usagers et de l’attractivité touristique et économique du territoire.

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here