Santé : l’importance de bien dormir

0
1562
Selon une étude menée en 2008 par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), 62% des Français déclarent rencontrer des difficultés à dormir. DR
- Annonce -

Cette semaine, la Bourgogne Franche-Comté accueillait la 12ème édition des Rencontres Convergences Santé Hôpital. Chaque année, ce rendez-vous rassemble des acteurs de la santé issus du milieu hospitalier en les invitant à débattre de problématiques qui font l’actualité médicale. Lors d’une conférence donnée à Dijon et intitulée « Dormir pour construire son cerveau », le Docteur Marc Rey, responsable du centre du sommeil du service de neurophysiologie clinique au CHU de Marseille, a insisté sur l’importance d’un bon sommeil pour être en bonne santé.

Lié aux modes de vie, le sommeil a en effet, un impact sur le quotidien. Néanmoins, les conséquences d’un sommeil insuffisant demeurent méconnues du grand public et de certains professionnels de santé. « Le sommeil est devenu un véritable problème de santé publique. De plus en plus d’individus se plaignent de mal dormir », déclare le Dr Marc Rey. En effet, d’après une enquête réalisée par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) en 2008 sur le sommeil, 62% des Français déclarent avoir des difficultés à dormir et 13% avouent prendre des produits pour y parvenir.

De plus en plus de troubles du sommeil chez les moins de vingt ans

« L’augmentation de l’utilisation des écrans avant le coucher, la multiplication des horaires de travail en décalé, c’est-à-dire avant 7h du matin et après 22h le soir, ou encore le stress, sont autant de facteurs qui permettent d’expliquer une situation de mauvais sommeil », indique le spécialiste. « En effet, la lumière bleue que les écrans diffusent, envoie un faux signal au cerveau, ce qui a pour effet de bloquer la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil, et donc de retarder voire de rendre l’endormissement difficile. » D’ailleurs, de plus en plus de troubles du sommeil ont été remarqués chez les moins de vingt ans qui s’endorment régulièrement avec leurs portables.

« Dormir permet de consolider ce qui a été appris la journée »
Le Dr Marc Rey, responsable du centre du sommeil du service de neurophysiologie clinique, au CHU de Marseille et le Dr Martine Lemesle-Martin, chef du service de neurophysiologie clinique au CHU de Dijon Bourgogne. © Steeve CRETIAUX.

Pourtant, « le manque de sommeil a des conséquences directes sur la santé. Cela peut par exemple provoquer des troubles de la mémoire puisque dormir permet de consolider ce qui a été appris pendant la journée », renseigne le docteur Marc Rey. D’ailleurs, une étude menée en 1979 par le docteur Henri Poulizac avait démontré un lien entre le manque de sommeil et l’échec scolaire puisque sur 3 074 enfants âgés de 8 à 11 ans, 61% de ceux qui dormaient moins de huit heures par nuit avaient un retard scolaire d’au moins un an. À l’inverse, 11% des enfants qui dormaient plus de dix heures, étaient en avance d’au moins un an.

Les personnes qui rencontrent des difficultés à dormir s’exposent également à des risques plus élevés de contracter la maladie d’Alzheimer. D’autant plus que bien dormir, permet de construire son cerveau. « Le cerveau est un organe en construction permanente, c’est-à-dire qu’il se développe toute la vie. »

Dormir pour maigrir

Autre conséquence du manque de sommeil sur la santé : le poids. « Le fait de ne pas dormir suffisamment favorise également la prise de poids, l’obésité et le diabète ainsi que le développement de maladies cardiovasculaires. » Si les personnes en manque de sommeil ont tendance à grossir, c’est à cause de deux hormones : la ghréline, responsable de la sensation de faim, et la leptine, liée à la satiété. Si un individu ne dort que quatre heures, le rapport ghréline/leptine augmente de 71% par rapport à une nuit plus longue. En clair, le manque de sommeil stimule l’appétit et l’envie d’aliments gras et sucrés.

Des besoins qui varient en fonction de chaque individu

Alors, combien de temps faut-il dormir ? « Le besoin de sommeil est spécifique à chaque individu. Certains ont besoin de 6h30 de sommeil pour 24 heures, quand d’autres ressentent le besoin de dormir 9h. Si vous doublez votre temps de sommeil lorsque vous êtes en vacances, cela signifie que vous êtes en manque. » À rappeler que d’après l’étude de l’INPES, 45 % des personnes interrogées estimaient dormir moins que ce dont elles avaient besoin. « Les grands dormeurs sont des gens normaux. Pourtant notre société favorise le manque de sommeil. Ouvrir les magasins jusqu’à minuit dans les grandes villes contribue en effet à augmenter la dette de sommeil des individus. Il est urgent de prendre conscience de l’utilité du sommeil. »

Louise De Châteaublanc
"Quand le sommeil nous éveille" du Dr Marc Rey, publié aux Editions Solar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here