- Annonce -

Le terme peut prêter à sourire. Pourtant, la course de poneys n’a rien d’une plaisanterie. C’est une discipline reconnue par la Fédération française d’équitation. Ce samedi, des épreuves sont organisées dans le cadre de la troisième édition du Salon du cheval à Micropolis.

Elle demande autant de rigueur que les autres sports hippiques. La course de poneys s’adresse aux enfants de 8 à 16 ans. Grâce à la signature d’un protocole entre France Galop et la Fédération nationale des courses hippiques, la discipline est reconnue depuis 2017 par la Fédération française d’équitation (FFE).

Encore méconnue du grand public, la discipline tend néanmoins à se développer. En France, une centaine de cavaliers la pratiquent. Dans la région, ils ne sont qu’une dizaine…

Une dizaine de pratiquants en Bourgogne Franche-Comté

À Loray, le centre équestre de Niellans est le seul club à proposer la discipline en Franche-Comté.

Là-bas, les trois jeunes cavaliers travaillent l’équilibre, la gestion de la vitesse ou encore le dépassement de soi.

« Il existe des courses de poneys au trot et au galop. Plusieurs catégories d’épreuves (A, B, C et D) sont proposées en fonction de la taille des poneys. Plus les poneys sont grands, plus les distances sont conséquentes : la distance minimum est de 500 mètres. En fonction des catégories, les cavaliers peuvent être amenés à parcourir jusqu’à 1600 mètres », explique Sophia Schaffter, monitrice d’équitation et gérante du centre équestre.

course poneys salon cheval micropolis
Ce samedi, des courses de poneys sont organisées dans le cadre de la troisième édition du Salon du cheval à Micropolis. DR
De plus en plus de garçons séduits pas les sensations de la course de poneys

« Les courses de poneys non officielles existent depuis une quarantaine d’années dans l’ouest de la France mais la discipline reste très peu connue. Cependant, depuis quelques années, les courses de poneys en tant que discipline se développent en France mais aussi en dans les pays nordiques ou encore en Angleterre, en Irlande en Suisse et aux États-Unis. Cela s’explique notamment par le besoin de la FFE qui cherche à garder les garçons. Ces derniers désertent généralement les clubs vers l’âge de 10 ans. L’adrénaline retrouvée dans les courses de poneys, les séduit de plus en plus. »

Justement, les adeptes de la course de poneys sont généralement « un peu casse-cous », décrit Sophia Schaffter. « Beaucoup de ceux qui ont goûté aux courses de poneys cherchent ensuite à prolonger leurs sensations à travers les courses amateurs ou alors comme jockeys. »

course poneys niellans
D’après la gérante du centre équestre de Niellans, les adeptes de la course de poneys sont généralement « un peu casse-cous ». DR

Servane Dysli est une jeune cavalière de 13 ans. Passionnée d’équitation, elle pratique la discipline depuis un peu plus d’un an : « J’ai été attirée par la vitesse et les sensations procurées par la course de poneys ».

Une discipline méconnue et en manque de cavaliers

Tentés par l’expérience ? « Pour participer, il faut détenir une licence de compétition club ainsi qu’un Galop 2. Avoir participé à des stages qui permettent de se familiariser avec le déroulement des courses et avoir suivi des entraînements spécifiques avec des selles de course est également nécessaire », détaille celle qui tient les rênes du centre équestre. Elle ajoute : « Nous recherchons des candidats, c’est essentiel au développement de la discipline. »

course poneys
En France, la discipline reste peu connue et a besoin de cavaliers pour se développer. DR

Ce samedi après-midi, des épreuves se dérouleront dans le cadre de la troisième édition du Salon du cheval de Micropolis.

Militine GUINET
Courses de poneys, ce samedi à partir de 18h30 à Micropolis. 
Plus d'informations et programmation complète sur le site du salon et la page Facebook de l'évènement; billetterie et tarifs. 
Renseignements sur la course de poneys au centre équestre de Niellans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here