- Annonce -

Le CHRU, propriétaire du site de cinq hectares de l’historique hôpital Saint-Jacques, a définitivement choisi l’aménageur du projet de réhabilitation qui va transformer le centre-ville de Besançon à l’horizon 2026. C’est ADIM, développeur immobilier du groupe Vinci, qui a emporté le morceau pour la somme de quinze millions d’euros.

Chantal Carroger la patronne du CHU et Jean-Louis Fousseret s’inscrivent en faux sur le catastrophisme ambiant de l’attractivité de Besançon. Preuve en est, 11 aménageurs avaient déposé un dossier initial. Trois ont été retenus dans une première étape et c’est donc une filiale de Vinci qui devra aménager le site remarquable de Saint-Jacques pour en faire un lieu de vie dans le cœur de ville. La promesse de vente devrait être signée à la fin de cette année 2019 et conclue fin 2020.

Une vente bien en deçà des estimations

Le service des Domaines avait estimé l’ensemble du site autour de 40 millions d’euros, intégrant la partie de l’Arsenal. À 15 millions d’euros, la vente (hors Arsenal) est bien loin de la première estimation. Chantal Carroger l’a souligné : « A quelques centaines de milliers d’euros près, les propositions étaient les mêmes. Nous n’avons pas choisi seulement en fonction du prix mais également avec la conviction que l’opérateur choisi respecterait les grandes lignes du projet défini par le CHRU et la ville de Besançon. »

Besançon CHU Minjoz Microtechniques
Adim-Vinci a racheté les lieux pour près de 15 millions d’euros. DR

Des négociations sont menées actuellement avec le rectorat qui pourrait acquérir la partie « Arsenal ». Le montant de la vente va permettre à l’établissement de santé de financer en partie la construction du bâtiment administratif sur le site de Jean-Minjoz, qui doit accueillir début 2021 les 300 salariés administratifs de l’hôpital encore à Saint-Jacques. L’opération financière devrait donc se faire à coût constant.

Une ville dans la ville

Le site de Saint-Jacques doit devenir le poumon du cœur de ville. La grande bibliothèque universitaire et communautaire, la cité internationale des savoirs et de l’innovation, des logements garants de la mixité sociale, une salle de congrès et de concert pour l’orchestre Victor Hugo forment l’ossature du projet. Une grande coulée verte offrira une promenade urbaine de la place Saint-Jacques réaménagée jusqu’au bord du Doubs, ce nouveau lieu de vie.

Souvent réclamée par les bisontins, la mythique maternité « La mère et l’enfant » sera déconstruite. De l’avis de nombreux habitants, ce bâtiment longeant le Doubs tagué et détérioré, devenait un chancre dans l’écrin bisontin.

La grande bibliothèque

Richesse de l’esprit universitaire bisontin et point d’accès à la culture pour tous, la construction de la grande bibliothèque est sur les rails. Cinq cabinets d’architectes de grande renommée travaillent avec des architectes bisontins sur les plans de ce nouveau lieu qui fera face à la promenade Chamars.

Elle sera le phare du projet, un lieu de rencontres intergénérationnel et le lien entre l’hôpital historique du XVIIème siècle et les villages de start-ups du XXIème.

Un calendrier connu

Les premiers coups de pioche interviendront en 2022. Les derniers services administratifs de l’hôpital auront déménagé en 2024. C’est en 2026 que le site réaménagé sera opérationnel.

L’histoire de Besançon est indissociable de son hôpital depuis la fin du XVIIème siècle. À son inauguration en 1703, l’hôpital de Besançon est l’un des plus grands et plus somptueux hôpitaux du royaume. La vie bisontine a été rythmée pendant trois siècles par ce lieu de soins et de savoirs et d’innovation. L’émotion sera grande au dernier transfert de personnel en 2024. La directrice de l’hôpital le souhaite : « Nous envisageons une grande fête quand il sera temps de déménager définitivement après 320 ans de présence au cœur de la boucle ».

Porté conjointement par le CHRU, la ville de Besançon et Grand Besançon Métropole, les travaux prévus par le projet initial ne pourra être remis en question par la nouvelle gouvernance issue des prochaines élections municipales.

Yves QUEMENEUR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here