La révolution serait-elle en marche ?

0
930
jean louis fousseret emmanuel macron présidentielles 2017
Jean-Louis Fousseret, soutien officiel d'Emmanuel Macron depuis avril 2016 - Crédit DR
- Annonce -
Le billet d’humeur… Par Yves Quemeneur

Tous les codes politiques et journalistiques ont été cassés par un « jeunot » de 39 ans, inconnu du grand public il y a encore 1 an.

L’un des plus jeunes dirigeants que la planète ait connu depuis Roosevelt et Kennedy va devoir rajeunir un vieux pays conservateur depuis Colbert et Napoléon. Depuis 200 ans, la République accordait toujours sa confiance à l’expérience du vieil âge, synonyme de sagesse et surtout d’immobilisme.

Le pied dans la tombe n’incite pas à se bouger. A 48 ans, Valéry Giscard d’Estaing apparaissait déjà comme un adolescent dans la France de 1974.

Les politologues et autres experts en données politiques, toutes et tous ayant souvent dépassé l’âge de la retraite, se poussent du coude pour en rajouter sur cette révolution de générations sans s’interroger sur leur propre décalage.

Vouloir casser les codes et démontrer sa capacité à dépasser les clivages, à renverser la table des multiples petits privilèges et autres prébendes, risque d’être bien ardu pour Emmanuel Macron !

Le centralisme, cancer de notre pays dont les technocrates sont les métastases, sera difficile à guérir même si le nouveau locataire de l’Elysée a listé les bons remèdes… Le malade se tourne plus facilement vers les rebouteux et autres charlatans.

Faisons lui confiance, faisons nous confiance ! La France est une surdouée qui s’ignore. Faisons confiance à cette France éternelle, celle du siècle des Lumières et du Haut Moyen-Âge, celle de l’art et des innovations industrielles. Besançon en porte les traces de l’architecte Claude Nicolas Ledoux au marquis Jouffroy d’Abbans, inventeur des premiers bateaux à vapeur, du Comte Hilaire de Chardonnet, inventeur de la soie artificielle à Fred Lipmann, génial et sulfureux patron de LIP à l’époque des 30 glorieuses.

Cette révolution en marche, chacune et chacun d’entre nous doit non seulement en prendre sa part, mais avant tout et surtout, en contrôler l’efficience et la réelle mise en œuvre. Les conservatismes ne sont pas morts mais dans la république en marche.

Bonne chance à nous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here