Planoise 2029, un quartier bienveillant

0
1027
Planoise Grand Besançon ANRU
La barre de l'avenue de l'ile-de-France, symbole du quartier Planoise, sera détruite - YQ
- Annonce -

Jean-Louis Fousseret, Président du Grand Besançon, présentait ce mardi 12 février le plan de renouvellement urbain qui devrait donner un nouveau souffle au quartier de Planoise. Entre déconstructions et réhabilitations, l’environnement sera totalement repensé dans les dix prochaines années pour faire de cette « ville dans la ville » un quartier bienveillant.

Les difficultés de Planoise sont connues : chômage et précarité, insécurité, saleté… Le quartier concentre aussi un important taux de décrochage scolaire. Pour l’agglomération, il s’agit de modifier durablement l’image du quartier et de le rendre attractif pour de nouveaux habitants. Construit dans les années 60, au milieu des « trente glorieuses », le quartier s’est détruit littéralement pendant les « trente miteuses ».

Un programme ambitieux pour Besançon

Planoise est l’un des 450 quartiers en France éligible à l’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine). Il est probablement l’un des 10 enjeux majeurs de ce programme de 40 milliards d’euros d’investissement impactant 3 millions d’habitants.

Planoise Grand Besançon ANRU
Rue Picasso à Planoise dans le projet de déconstruction – photo Grand Besançon

18 000 habitants résident à Planoise dans 8 500 logements dont 65% d’habitat social. C’est aujourd’hui 41% du parc social bisontin. Le taux d’emploi y est faible particulièrement chez les femmes. Les bénéficiaires du RSA y sont 2,5 plus nombreux. Face à ce constat alarmant, le programme s’appuie sur trois piliers : améliorer la qualité résidentielle en déconstruisant, réaménageant ou modernisant les logements, développer une véritable économie de quartier autour de pôles commerciaux rénovés et faire de Planoise un centre d’excellence numérique autour d’un Temis numérique incluant un CFA (Centre de Formation des Apprentis) des métiers du numérique. Enfin, l’objectif est aussi de diversifier l’offre de logements pour améliorer la mixité sociale.

Moins d’habitations… mais plus qualitatives
Planoise Grand Besançon ANRU
L’immeuble Le Tripode rue de Bruxelles bientôt détruit – photo Grand Besançon

1 200 logements vont être démolis, propriété de Grand Besançon Habitat, d’Habitat 25, de la SAIEMB et de Neolia. Ce sont donc environ 2 500 habitants qui quitteront ces prochaines années le quartier de Planoise pour rejoindre le centre-ville et les communes du Grand Besançon : un joli brassage de population. Pas question pour les élus du Grand Besançon de recréer d’autres ghettos ; les reconstructions se feront en dehors des autres quartiers prioritaires.

Nicolas Bodin, l’adjoint au maire en charge de l’urbanisme, le précise : « La détérioration du quartier a entraîné un taux de vacance de logements important. Par la réhabilitation, de nombreux habitants pourront rester sur Planoise dans des conditions améliorées d’isolation et de chauffage, sans augmentation du coût global de loyer. »

Planoise Grand Besançon ANRU
Réenchanter le quartier de Planoise, objectif de plan de rénovation urbaine – photo Grand Besançon

Ile-de-France, Epoisses et Cassin changeront de visage. Un paysage plus aéré, des espaces verts mieux protégés, des mails inter-quartiers plus larges et ouverts, c’est tout l’urbanisme du quartier qui va être repensé.

En disparaissant, la barre d’immeubles du 8 au 12 Avenue de l’Ile-de-France sera un symbole du renouveau du quartier qui accueillera aussi à terme deux gymnases, l’un à proximité du pôle universitaire de Temis Santé et l’autre au cœur du quartier rénové.

Programme éligible à l’ANRU… pas encore élu !

La rénovation sur dix ans du quartier de Planoise, c’est un coût global de 170 millions d’Euros, dont 53 millions d’euros sont financés par l’Etat. Il reste à passer sous les fourches caudines de Bercy au mois de mai prochain avant d’entamer les premiers travaux. La ville de Besançon et l’agglomération du Grand Besançon y participeront pour 17 millions chacune.

Les plans sont déjà bien avancés et les bailleurs sociaux ont encore du temps pour expliquer et proposer aux habitants les déménagements indispensables. Ce projet global intègre la future communauté urbaine du Grand Besançon et la revitalisation des communes périphériques. La présence à la présentation du projet de Robert Stepourjine, vice-président en charge de l’habitat et maire de Pirey, comme de Michel Jassey, le maire de Devecey, en est la preuve.

Il va passer de l’eau sous les ponts du Doubs avant que Planoise redevienne un quartier où il fait bon vivre et travailler en toute sécurité. Les quinze policiers du commissariat de la rue du Parc sont désormais déployés dans le quartier. Il reste que Planoise est la démonstration de l’échec de la politique « sociale » suivie pendant des années à Besançon. Ce n’est pas en regroupant précarité, difficultés d’intégration et échec scolaire, le tout à coup de subventions que l’on crée les conditions du bien-vivre ensemble.

Les élus du Grand Besançon semblent en avoir pris conscience, c’est bien !

YQ

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here