- Annonce -

Pour la deuxième année, le festival Pint of Science qui permet aux participants de trinquer en stimulant leurs neurones, se déroule à Besançon.

Sortir les scientifiques de leurs labos et les installer dans des pubs afin qu’ils partagent leurs découvertes avec le public. Un pari fou lancé en 2012 par Michael Mostkin et Praveen Paul, deux chercheurs londoniens. Depuis, le festival de vulgarisation scientifique, Pint of Science (« une pinte de science » en anglais, Ndlr), a pris de l’ampleur.

L’évenement est en effet présent dans 24 pays et 400 villes dans le monde. « L’an dernier, on a recensé 12 000 participants en France et 120 000 dans le monde », indique Élodie Chabrol, directrice France et international de Pint of Science.

science vulgarisation scientifique pint of science
Neurosciences, physique, technologie, chimie… les thèmes sont divers. DR

Faire marcher ses cellules grises autour d’un verre. Un format qui séduit surtout les jeunes puisque la moitié des participants ont entre 25 et 34 ans.

Comment expliquer un tel succès ?

« La convivialité permet au public d’interagir avec les scientifiques, c’est différent des événements scientifiques de type conférences », justifie celle qui avait participé à la première édition en Angleterre avant de vouloir importer le concept en France dès 2014.

53 villes françaises dont quatre à la Réunion participent à cette édition 2019 qui mobilise plus de 800 scientifiques. Neurosciences, chimie, astrophysique, zoologie, technologie, politique… les thèmes sont variés.

science vulgarisation scientifique pint of science
La moitité des participants ont entre 25 et 34 ans. © Festival Pint of Science

Plus de 800 scientifiques mobilisés

Pour la deuxième année, Besançon accueille le festival. Trois rendez-vous sont proposés. Le premier aura lieu le 20 mai prochain au Madigan’s. Au menu : la stimulation électrique du cerveau pour améliorer la prise en charge de certains malades.

« Notre cerveau est le siège d’une intense activité électrique. La stimulation transuranienne car courant continu, qui consiste à stimuler des zones précises du cerveau grâce à de faibles courants électriques permet par exemple d’optimiser la mémoire ou l’apprentissage. Mieux, cette technique permet de réduire les symptômes de certaines maladies psychiatriques ou les patients souffrant d’addictions ou de troubles de la personnalité », expliquent Juliana Teti Mayer et Stéphanie Dumontoy, deux doctorantes qui animeront le premier atelier.

Militine GUINET
Pint of Science, du 20 au 22 mai, 2€. 
Programmation complète et réservation des billets sur le site du festival.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here