- Annonce -

Ce jeudi en fin d’après-midi, un jeune homme mexicain s’est noyé à la Gare d’Eau. Son corps a été retrouvé à 20h.

C’était censé être un moment de détente entre amis avant que l’après-midi baignade ne vire au drame. En effet, ce jeudi après-midi, aux alentours de 17h30, un étudiant mexicain, inscrit au Centre de Linguistique Appliquée (CLA), a fait un malaise alors qu’il se baignait. D’après nos confrères de L’Est Républicain, un ami du jeune homme aurait eu le réflexe de lui maintenir la tête hors de l’eau en essayant de le ramener au bord avant de le lâcher, faisant couler la victime. Plus tard, deux étudiants auraient vainement tenté de retrouver le corps.

Un important dispositif de secours a immédiatement été déployé mobilisant une dizaine de pompiers-plongeurs de Besançon, de Montbéliard et de Pontarlier ainsi qu’une équipe du SMUR. Vers 20h, un chien sur le bateau des pompiers a détecté la présence du corps devant plusieurs témoins impuissants et choqués. Une cellule psychologique a d’ailleurs été mise en place.

D'importants moyens de secours ont été mobilisés. © Jean-Claude Jacottot
D’importants moyens de secours ont été mobilisés. © Jean-Claude Jacottot
Le corps a finalement été retrouvé vers 20h. © Jean-Claude Jacottot
Le corps a finalement été retrouvé vers 20h. © Jean-Claude Jacottot
Forte hausse des noyades en France

Chaque été en France, les noyades sont responsables de près de 500 décès. D’après les derniers chiffres de Santé Publique France, le mois de juin a déjà connu 522 noyades en France métropolitaine et dans les DOM/TOM, dont 121 ont été mortelles.

Toujours d’après Santé Publique France, les cours d’eau sont particulièrement meurtriers chez les 25-45 ans puisqu’au mois de juin, huit personnes y ont laissé la vie. En 2015, les chiffres démontraient déjà cette tendance. Puisqu’à l’époque, « la majorité des victimes avaient fait une chute » et se trouvaient dans une zone de baignade interdite. Pour rappel, la baignade dans le Doubs est interdite depuis 1982 et le lieu n’est pas surveillé.

Louise De Châteaublanc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here