Mouvement de grève à la Polyclinique : la direction s’exprime

0
725
- Annonce -

A la suite du mouvement de grève, annoncé à la Polyclinique de Franche-Comté, mardi 28 février 2017, la direction de l’établissement de santé bisontin, a souhaité s’exprimer sur les propositions qui ont déclenché les revendications de ses salariés.

La grève est prévue dès 19h ce soir et ce, jusqu’au lendemain 20h. Ordre du jour : « Maintien de l’intégralité des accords dénoncés unilatéralement le 10 mars 2016 par la direction de l’hopital, notamment en termes de rémunération ; le respect des conditions de travail et des amplitudes horaires ; et le paiement des heures supplémentaires dues depuis 3 ans au bloc ».

Dans un communiqué, Raphaëlle Remoleur, directrice de la Polyclinique de Franche comté, a donc décidé de rappeler les faits et les raisons d’une remise en cause de certains accords :

« Les établissements de santé publics et privés vivent depuis plusieurs années dans un environnement économique défavorable. Ceci se traduit par une baisse continue des tarifs fixés par l’Etat et une progression constante des charges liées à l’inflation, à la pression réglementaires et aux nouvelles techniques médicales plus coûteuses. Une grande partie du secteur des cliniques et des hôpitaux se trouve ainsi en difficulté.

Dans ce contexte la Polyclinique de Franche-Comté subit depuis plusieurs années une situation d’étranglement économique, qui engendre un déficit chronique malgré une activité qui n’a cessé de croître. Ainsi, la clinique accuse une perte moyenne de 1 million d’euros par an depuis 5 ans.

Face à cette situation, la direction s’est engagée de façon responsable dans de nombreuses actions afin d’améliorer la situation économique de l’établissement. La renégociation des accords salariaux en vigueur dans l’établissement constitue l’une des actions nécessaires à ce redressement.

Des discussions, impliquant l’ensemble des salariés et leurs représentants, ont permis d’aboutir à une proposition d’accord équilibré, qui prévoit le maintien d’une très large majorité des avantages précédents, plus favorables que les conditions prévues par la convention collective qui régit le secteur.

L’enjeu de retour à l’équilibre dans cet établissement mutualiste à but non lucratif, est la pérennité des activités et la sauvegarde de l’emploi.

Dès aujourd’hui, c’est autour de ces objectifs que la direction s’engage à poursuivre les discussions avec les représentants du personnel. »

(Communiqué)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here