- Annonce -

Ils portent un amour inébranlable aux vieux jeux vidéo. Les « nostalgeeks », comme on les surnomme, pratiquent le rétrogaming qui consiste à jouer à des jeux vintage ou à la collectionner. Ce week-end, l’association Pixel bisontin, proposera des animations dans le cadre de la Brocante de printemps qui se déroule à Micropolis.

Super Mario, Pac-Man, Tetris, dépassés ? Pas vraiment… Depuis quelques années, le rétrogaming est en plein boom. Alors que les jeux vidéo présentent des fonctionnalités et des graphismes de plus en plus poussés, l’heure est à la nostalgie. Le plaisir d’agripper une vieille manette et de retrouver les sensations des jeux de sa jeunesse ou de celle de ses parents, fait de plus en plus d’adeptes.

« On considère que les jeux vidéo vintage sont ceux qui sont sortis entre les années 1970 et l’arrivée de la Playstation, c’est-à-dire dans les années 1990. À cette époque-là, les jeux étaient pout le plupart, en 2D », définit Simao Sanchez, aux manettes de l’association Pixel bisontin, créée il y a six ans.

Les jeux sortis entre les années 1970 et les années 1990.

Régulièrement, les membres de cette association se rassemblent pour partager leur passion des jeux vidéo rétro. « Nous intervenons aussi lors d’événements comme la Brocante de printemps pour faire découvrir ou redécouvrir les consoles d’antan au grand public. »

S’intéresser à son évolution, ses graphismes ou ses personnages emblématiques permet en effet de comprendre l’histoire des jeux vidéo que Simao Sanchez classe volontiers parmi des produits culturels. « Cet univers est en constante évolution. Il me semble plutôt intéressant de rejouer au premier Mario lorsque l’on défie un ami sur le dernier Super Mario Odyssey pour s’apercevoir des progrès qui ont été faits dans le domaine par exemple. »

Le jeu pour reconnecter les gens entre eux

Le rétrogaming serait aussi générateur de liens intergénérationnels : « De plus en plus de personnes âgées ayant connu ces jeux à l’adolescence, partagent aujourd’hui leurs premiers exploits avec de jeunes joueurs. C’est évident, la force du jeu c’est de créer des liens », observe le président du Pixel bisontin.

L’association se targue par ailleurs de ne proposer que des jeux vidéo qui se jouent à plusieurs afin de préserver l’aspect convivial qui s’est « perdu avec les jeux en ligne ».

Au-delà du plaisir que procure le fait de taquiner le bon vieux joystick, le rétrogaming est avant tout, un business. Ces dernières années, le marché des jeux vidéo rétro a en effet explosé.

Joueurs et collectionneurs s’arrachent les jeux de leur enfance. Certains sont même devenus des objets de collection. Sur internet et dans les brocantes, les jeux vidéo d’antan et les consoles datées se vendent à prix d’or. Un business qui a poussé les fabricants à rééditer des consoles mythiques.

« S’il est encore sous plastique, les enchères peuvent vite grimper. »

Jeux rétro : tout à y gagner

« Les gens jettent leurs vieilles consoles en pensant que ça ne vaut plus rien mais ils se trompent ! », avise-t-il. « Si le produit est en bon état, qu’il est présenté avec le carton d’emballage, le prix est doublé voire triplé. S’il est encore sous plastique, les enchères peuvent vite grimper. »

Micropolis brocante de printemps rétrogaming
Mathilde Pailloz et Semao Sanchez plongeront les visiteurs de la Brocante de printemps dans l’univers du gaming d’antan. DR

Durant tout le week-end lors de la Brocante de printemps qui se tient à Micropolis, le Pixel bisontin présentera une exposition autour de la saga Zelda. « Les visiteurs pourront jouer avec de vieilles consoles et répondre à des quiz sur l’histoire des jeux vidéos », promet le président.

L’actu en plusReconnaître la dimension culturelle des pixelsAujourd’hui dans le monde, 2 milliards et demi de personnes jouent aux jeux vidéo (jouer sur un smartphone en fait partie). Un marché dont le chiffre d’affaires représente près de 4,9 milliards d’euros. Timidement reconnu comme produit culturel au même titre que le théâtre, le cinéma ou encore la musique, le jeu vidéo tend à devenir une discipline officielle comme c’est le cas outre-Atlantique. « Aux États-Unis ou en Corée, les jeux vidéos sont une vraie discipline : le e-sport. D’ailleurs, comme au foot, des entraînements et un système de mercato des équipes qui s’affrontent sont mis en place », renseigne le président de l’association.D’après Mathilde Pailloz, membre du Pixel bisontin, cela ne fait aucun doute : « L’histoire des jeux vidéo fait partie du patrimoine culturel. » D’ailleurs, ces « nostalgeeks » revendiquent la possibilité d’acheter des jeux vidéo avec le Pass culture du gouvernement, en phase d’expérimentation. Ce pass permet effectivement à des jeunes de consommer la culture (spectacles, cours de musique, de danse, produits cultures, etc) grâce à un chèque de 500 euros. Certains jeux vidéos, remplissant des critères précis et conformes avec les objectifs de service public, sont accessibles grâce à ce passe. « Une initiative intéressante », analyse le président du Pixel bisontin.
Militine GUINET
Brocante de printemps, les 9 et 10 mars de 9h à 18h à Micropolis à Besançon. 
Plus d'informations sur le site et la page Facebook. 
En savoir plus sur le Pixel bisontin. Contacter l'association pour faire un don de matériel par mail : pixelbisontin@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here