Michael Lonsdale : un homme, un dieu !

0
1537
Patrick Scheyder et Michael Lonsdale à la chapelle du centre diocésain. Crédit photo YQ
- Annonce -

Le moment était important. Mercredi 28 février, environ 300 personnes se pressaient dans la chaleur de la chapelle du centre diocésain de Besançon pour voir et écouter l’un des plus grands comédiens français, à l’occasion de l’exposition « Tibhirine 1996 ».

Un regard et une voix
Michael Lonsdale en échange avec le public. Crédit photo YQ

A 87 ans, celui qui a prêté sa voix à Victor Hugo dans le tram de Besançon, n’a plus l’allure du méchant dans « Moonracker ». Le dos courbé mais le regard très clair derrière des sourcils broussailleux, Michael Lonsdale évoque les conditions du tournage et le rôle de Frère Luc dans le film de Xavier Beauvois « Des Hommes et des Dieux ». Le public est attentif, tend l’oreille par moments pour retenir le souffle d’amour des autres qui habite cet homme exceptionnel aux profondes blessures. Enfant né de l’amour hors mariage en 1931, enfant caché et aimé, exilé par un grand-père puissant « il fallait cacher la honte et la honte, c’était moi », rappelait l’acteur qui a choisi la lumière des plateaux de cinéma ou des scènes de théâtre pour venger cette enfance douloureuse : « Vous avez voulu me cacher. Eh bien, je vais vous montrer à tous que j’existe ! »

Artiste, c’est bien. Etre Humain, c’est mieux
Une partie du public à la chapelle du centre diocésain. Crédit photo YQ

Cette phrase était comme une confirmation des récents propos du Pape François dont l’acteur se sent très proche : « Mieux vaut être athée qu’un catholique hypocrite.» Effectivement, dans la salle on pouvait identifier ici ou là quelques-uns de ces catholiques hypocrites fustigés par le Pape : « C’est un scandale de dire une chose et d’en faire une autre… Leur vie n’a rien de chrétienne. » Depuis le 17ème siècle, l’homme moderne a fait de la technique le centre de sa vie affective et ce n’est pas l’arrivée récente du numérique qui va ralentir le fait que la croyance dans le progrès technique est un bien en soi. L’acteur engagé cite à ce propos, « la science découvre, la technique exécute, l’homme s’adapte. » Il incite donc à une réflexion sur l’avenir de notre maison commune. Humble, enclin au doute, l’homme est humaniste.

Musiques au jardin d’Eden
Concert et lectures « Musiques au jardin d’Eden ». Crédit photo YQ

Aux côtés de Patrick Scheyder, pianiste et compositeur, créateur depuis 2006 du festival « Musiques aux jardins », les deux amis ont poursuivi leur réflexion sur l’avenir de la planète, notre maison commune. Alternant Chopin, Lizst ou Schubert, le pianiste engage une conversation avec les lectures de l’acteur, de Victor Hugo à un poète libanais sans oublier l’interprétation sublime de la fable de La Fontaine « le corbeau et le renard ».

Mais un paragraphe du testament spirituel de Christian de Chergé, Prieur de Tibhirine, écrit en 1993 trois ans avant l’assassinat des moines, résonne étrangement en 2018, à l’aune des évènements tragiques des dernières années : « S’il m’arrivait un jour – et ça pourrait être aujourd’hui – d’être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j’aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille, se souviennent que ma vie était donnée à Dieu et à ce pays. Qu’ils acceptent que le Maître unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal. Qu’ils prient pour moi : comment serais-je trouvé digne d’une telle offrande ? Qu’ils sachent associer cette mort à tant d’autres aussi violentes, laissées dans l’indifférence de l’anonymat. »

Comme les moines de Tibhirine que l’on voit souvent dans le film travailler la terre dans leur potager, la culture spirituelle est indissociable de celle de la terre. Pour les initiateurs de « Musique au jardin », l’art des jardins permet de se reconnaître profondément terrien. Instant d’émotion, moment de réflexion, Michael Lonsdale nous demande de conserver le regard vif et clair des amoureux de la vie.

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here