- Annonce -

Malgré le peu de neige en cette fin d’année 2018, la station préférée des bisontins a su capter un public à la fois festif et sportif. Passage vers la nouvelle année à Métabief… Dans la bonne humeur et en images !

Métabief, nouvelle destination branchée ? A voir l’ambiance qui régnait sur les pistes en cette fin d’année, et ce, malgré le peu de neige, tout porte à croire que la station de ski du Doubs a encore un bel avenir devant elle. Gogo danseuses sur les pistes, vin chaud gratuit au départ, descente givrée ou adrénaline au Mont d’Or, entre sport et fiesta, ceux qui ont voulu fuir la ville pour ce réveillon du 31, n’ont pas été déçus.

Descente givrée : première !

Elle a été baptisée par les protagonistes, « Descente givrée ». Un pari un peu fou lancé par quelques habitants locaux… Celui de s’élancer un 1er janvier du haut du Morond, à ski, avec pour seule tenue : un maillot de bain !

Ils étaient donc une trentaine en ce premier jour de l’année à se retrouver à midi au sommet de la Berche à 1 000 mètres d’altitude. Enfants, adultes ou seniors, ils ont troqué leurs traditionnels combinaisons de ski pour une tenue de plage. Pour la touche d’humour, certains ont remplacé leurs bâtons par des rames. D’autres, leur casque par un masque et un tuba. Mais le principal était là : la motivation et la bonne humeur !

Descente givrée Métabief Montagnes du Jura
Pour brûler les calories des fêtes de fin d’année, une trentaine de skieurs locaux a tenu le pari : dévaler la piste de la Berche en tenue légère ! © C. Dufay

Heureusement pour ces aventuriers du grand froid, le soleil était de la partie et les températures plutôt « clémentes » pour un début d’année. Habituée à des négatives, la bande pouvait se réjouir du zéro degré affiché. Certains, ont pourtant été prudents en s’enduisant le corps de crème chauffante. Objectif : protéger les muscles des éventuels claquages.

Descente givrée à la station de Métabief
Quelques encouragements nécessaires avant de se lancer © C. Dufay

 

Descente givrée Métabief
C’est parti pour 15 minutes de descente © C. Dufay

Comme un air de folie douce…

Installé au pied du télésiège depuis décembre 2012, le bar-restaurant d’ambiance « Oh Rond Point des pistes » est aujourd’hui l’endroit le plus fréquenté de la station. Aux manettes, Zaza, un patron atypique qui a su imposer son style au cœur d’une station traditionnelle des Montagnes du Jura. On y vient pour reprendre des forces évidemment, mais aussi pour la déco chaleureuse et étudiée, pour l’ambiance, parfois un peu décalée. Et cette année, Zaza a mis les petits plats dans les grands. Un après-ski caliente ! La preuve en images…

Chez Zaza Métabief oh rond point des pistes
Le restaurant « Oh Rond point des pistes », plus traditionnellement appelé « Chez Zaza », est idéalement placé au départ du télésiège débrayable six places © C. Dufay
chez zaza Métabief
Chaque jour à l’heure de l’après-ski, gogo danseuses et danseuses brésiliennes réchauffent l’atmosphère – DR
chez zaza métabief
Comme un air de folie douce à Métabief – DR
Chez Zaza Métabief
Même les plus petits dansent sur les tables ! © C Dufay

Frisson au sommet du Mont d’Or

Marcher en équilibre sur une sangle de quelques centimètres de large attachées entre deux arbres situés sur deux falaises opposées, tel est le pari un peu fou, mais néanmoins sécurisé, de ce petit groupe de passionnés de slackline. Ils étaient une petite dizaine ce 31 décembre 2018, du haut du Mont d’Or, pour vivre une expérience sensationnelle.

Les promeneurs ont donc eu la surprise de découvrir une longue sangle surplombant le vide. Une activité spectaculaire pour les non-initiés, notamment lorsqu’il s’agit de highline comme présenté ici sur les clichés.

slackline Métabief Mont d'Or
La slackline est aussi une pratique collective puisqu’une sangle se monte en équipe. Sécurisation des sangles avant de s’élancer dans le vide © C. Dufay
slackline métabief mont d'or besancon
Coordination, équilibre et concentration sont de mise © C. Dufay
slackline métabief mont d'or besancon
Une activité née aux Etats-Unis dans les 80’s et pratiquée en France depuis une quinzaine d’années © C. Dufay

C. Dufay

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here