- Annonce -

Les hirondelles ne font pas le printemps et ce n’est pas un arrêté préfectoral qui fera le chiffre d’affaires des commerçants de Besançon en janvier.

Une décision préfectorale en réponse au mouvement des « gilets jaunes »

Les commerces pourront être ouverts les 6, 13, 20 et 27 janvier sur l’ensemble du territoire départemental, en a décidé Joël Mathurin le préfet du Doubs.

« La situation exceptionnelle qu’a connu le pays en raison des mouvements sociaux et manifestations depuis le 17 novembre dernier a engendré une baisse significative du chiffre d’affaires des commerces. Afin d’aider ces commerces à maintenir leur activité économique, le préfet a pris un arrêté dérogatoire au repos dominical pour les salariés des commerces de détail pour les quatre dimanches du mois de janvier. »

Une décision qui ne fait pas l’unanimité chez les commerçants

C’est déjà la tradition : beaucoup de commerces seront ouverts le dimanche 13 janvier, premier dimanche des soldes d’hiver. Pour la quasi-totalité des magasins du centre-ville ou de la périphérie, ils seront bien fermés les autres dimanches.

Les Galeries Lafayette sont à ce jour la seule enseigne de la boucle à faire le choix de l’ouverture tous les dimanches. Côté grande distribution, Carrefour Chalezeule n’a aucune consigne d’ouverture pour le moment. À Chateaufarine, beaucoup d’enseignes sont restés muettes à l’annonce du préfet et resteront fermées à l’exception du dimanche 13 janvier.

« Le préfet est hors-sol » s’emporte un commerçant qui emploie plusieurs salariés. « Faire travailler les gens le dimanche, c’est les payer double plus un jour de récupération. Le préfet peut m’indiquer le chiffre d’affaires que je dois faire pour couvrir des frais supplémentaires alors que notre trésorerie est déjà exsangue ? »

« C’est la détérioration du pouvoir d’achat qui est à l’origine de la baisse de mon activité »

Le centre-ville piétonnier a effectivement été pénalisé par les manifestations successives du mois de décembre et ils sont nombreux à enregistrer des baisses de 20 à 50% de leur chiffre d’affaires sur une période importante de l’année. « C’est la détérioration du pouvoir d’achat qui est à l’origine de la baisse de mon activité » renchérit une commerçante indépendante de la rue Bersot. Si elle ne soutient pas les excès des « gilets jaunes » elle conteste qu’ils soient la cause unique de ses difficultés. Une voisine, spécialiste du sportswear de qualité, pense le contraire. « Les manifestations du samedi ont fait fuir les clients, en particulier ceux extérieurs à Besançon ».

« Les consommateurs ont retrouvé ces dernières semaines le charme de flâner dans les rues piétonnes de Besançon »

Point positif à ces manifestations, « les consommateurs ont retrouvé ces dernières semaines le charme de flâner dans les rues piétonnes de Besançon » selon un libraire. « À condition que les tarifs de stationnement ne les en dissuadent pas », ajoute un caviste bien connu.

Le préfet fait ce qu’il peut avec la loi. Mais la loi ne fait pas les recettes des commerçants !

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here