- Annonce -

Du 29 juin au 14 octobre, le musée des Beaux-Arts et d’archéologie de Besançon honorera un sculpteur bisontin longtemps méconnu, Just Becquet. Parmi les 70 œuvres et documents qui seront exposés : une statue de Saint Sébastien, un plâtre de trois mètres de haut, qui n’avait jamais quitté la crypte de la basilique de Saint-Ferjeux.

Une opération délicate
l'envol de Saint Sébastien au MBAA
Centimètre par centimètre, la sculpture va prendre sa place au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. ©YQ
l'envol de Saint Sébastien au MBAA
Dernière opération délicate pour redresser la sculpture sur son socle. ©YQ

Les techniciens de la société Bovis, spécialisée dans les transports spéciaux et d’œuvres d’art, ont donc amené la statue de Saint-Sébastien de la basilique au musée pour une phase de restauration avant son exposition parmi les œuvres de Becquet.

Protégée dans son écrin de bois, l’œuvre en plâtre patiné de 300 kg s’est envolée dans le ciel de la place de la Révolution à l’aide d’une grue très spéciale manipulée avec une précision horlogère. Il fallait en effet faire passer la statue par l’une des fenêtres du premier étage du musée sous les yeux attentifs d’Anne-Laure Goron, restauratrice de la sculpture et de Nicolas Surlapierre, le directeur des musées du centre.

Restauration sous haute surveillance
Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon
Anne-Laure Goron, en charge d’une équipe de cinq restaurateurs qui vont intervenir sur la statue. ©YQ
l'envol de Saint Sébastien au MBAA
Opération délicate et minutieuse des techniciens Bovis pour la sculpture protégée dans un écrin de bois. ©YQ

Anne-Laure Goron le précise : « J’anime une équipe de cinq personnes spécialisées dans la restauration des œuvres d’art. Venant de Paris et de Lyon, nous sommes rattachés aux musées nationaux et nous intervenons dans tous les musées de France ».

Le Saint-Sébastien de Just Becquet est une œuvre de grande qualité qui va nécessiter environ dix jours de restauration, essentiellement de nettoyage et de rénovation de certains éléments abîmés. « La politique de restauration est désormais de conserver aux œuvres la mémoire du temps. Il ne s’agit pas de recréer l’œuvre telle qu’elle était à l’origine. La patine du temps fait partie de la sculpture », précise Anne-Laure Goron.

Just Becquet, la Vouivre et Victor Hugo

Le sculpteur bisontin est né en 1829 à Besançon où son père était joailler rue des Granges. Il poursuit des études aux Beaux-Arts qui l’amènent à fréquenter le maître sculpteur François Rude dont il intègre l’atelier en 1851. Les liens restent très forts entre le maître et son élève. Becquet mettra de longues années à faire reconnaître son art dans les différents salons auquel il participe.

La Vouivre au MBAA
Terre cuite de Just Becquet représentant le personnage mythique de la Vouivre. DR

Fasciné comme tous les Comtois par la légende jurassienne de la Vouivre, Becquet présente en 1899 une terre cuite : « la vouivre du Puits-noir ».

Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon en a fait un de ses vecteurs de communication.

L'envol de Saint Sébastien au MBAA
La statue de Saint Sébastien, haute de trois mètres, pèse 300 kg. Oeuvre emblématique de l’art abouti de Just Becquet. ©YQ

Le sculpteur bisontin a laissé de nombreuses traces dans la capitale comtoise : la statue de Victor Hugo sur la promenade Granvelle (bien heureusement nettoyée récemment), la déesse Flore sur la place du même nom, le buste de Louis Bersot rue d’Alsace ou encore celui du poète Louis Duplain rue de la Convention. Le parc Micaud abrite également des œuvres de Just Becquet.

À l’époque de la séparation entre l’Église et l’État, Just Becquet, influencé par le symbolisme, a participé au débat sur le renouvellement de l’art sacré.

Sous l’énergique passion de Nicolas Surlapierre, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie offre aux visiteurs de tester quotidiennement leur imaginaire. Un musée vivant qui fera revivre Just Becquet du 29 juin au 14 octobre : une façon pour les bisontins d’être fiers de leur ville.

Yves QUEMENEUR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here