Le « Grand débat »… La braderie des idées !

0
234
grand débat gilets jaunes Macron Besançon
"Le grand débat" un puzzle bien difficile à réaliser - photo d'illustration
- Annonce -

On en sait un peu plus sur les modalités d’une consultation citoyenne, soit disant inédite. Chantal Jouanno, la présidente de la commission nationale du débat public (CNDP) a commencé à en détailler les contours.

La Commission du débat public : une grande inconnue !

Depuis des décennies, la France a cette particularité de créer des commissions pour résoudre des problèmes ! Créée en 1995 par la loi Barnier, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) avait pour mission principale de renforcer la protection de l’environnement face aux importants projets d’infrastructures de transport (routes, voies ferroviaires en particulier). Son rôle est complété en 2002 par la volonté de susciter plus de démocratie de proximité.

« Sa mission est d’informer les citoyens et de faire en sorte que leur point de vue soit pris en compte dans le processus de décision des grands projets d’aménagement et d’équipement d’intérêt national. »

Juridiquement indépendante des pouvoirs politiques, la commission nationale du débat public a été présidée depuis sa création par des « conseillers d’Etat » et par des « préfets », c’est dire leur « indépendance » à l’égard de l’exécutif… Et même si l’actuelle présidente Chantal Jouanno a eu un parcours atypique, elle est toutefois passée dans la lessiveuse de l’ENA.

Le rôle ambigu des administrations et des lobbies, la nomination parfois étrange des « experts » et le choix des critères du débat public posent question. Le public est souvent cantonné à donner des avis sans construction partagée.

Une concertation en deux temps

« Le grand débat doit avoir lieu à la plus petite échelle », Chantal Jouanno entend organiser la concertation selon ses règles.

D’ores et déjà, quatre thèmes ont été retenus par le gouvernement : transition écologique, fiscalité, services publics et citoyenneté.

Une première phase autour des maires

La présidente de la CNDP a donc été saisie par le Premier ministre pour une phase de consultation préparatoire au cours de laquelle elle a rencontré syndicats de salariés et patronaux, associations d’élus, conseil économique et social ou encore les partis politiques. En quelque sorte… elle a écouté tous ceux qui ne veulent surtout rien changer pour eux et tout changer pour les autres !

Jusqu’au 15 janvier « il s’agit de nourrir la dynamique portée au niveau des maires, qui font remonter les échanges avec leurs administrés » explique l’Elysée.

Cette période devrait également permettre la mise en place d’un comité de pilotage national présidé par Edouard Philippe composé du président de l’Assemblée Nationale, du président du Sénat, du président du conseil économique, social et environnemental et du président de l’association des Maires de France. Une façon de verrouiller le débat en amont ?

Pour certains édiles locaux, le gouvernement veut leur passer la patate chaude des gilets jaunes. Pour d’autres, l’occasion sera trop belle de préparer la campagne des municipales de 2020.

Une seconde période avec les citoyens

Elle durera deux mois jusqu’à la mi-mars 2019. Si chacun des quatre thèmes fixés par le gouvernement devra  être débattu, « les organisateurs de débats locaux ont la liberté de choisir tout autre thème qui leur semble pertinent » est-il précisé sur le site www.gouvernement.fr/le-grand-debat-national .

grand débat gilets jaunes
« Le grand débat », un grand brainstorming ? – DR

Dès la mi-janvier, citoyens, associations, collectifs, élus, entreprises, syndicats, etc. souhaitant organiser des réunions locales pourront demander à la Commission nationale du débat public l’enregistrement et le kit d’accompagnement des réunions, la mise à disposition de stands mobiles pour informer et recueillir les avis des citoyens et un accompagnement pour organiser des ateliers de travail.

Si on lit bien la rubrique « comment participer », chaque citoyen a donc la possibilité d’organiser chez lui par exemple, ou dans un café, un square ou une place publique des réunions, des débats sur les thèmes qui lui semblent pertinents.

Et le site gouvernemental ne craint pas d’annoncer des mesures concrètes issues des remontées des territoires et de leur synthèse dès le mois d’avril. Une quinzaine de jours suffira donc pour synthétiser des milliers d’heures de réunions, des millions de post-it, des montagnes de rapports allant de la suppression des conseils économiques et sociaux à la réforme structurelle des partenaires sociaux ou encore toutes les idées de suppression d’impôts…et d’augmentation de services publics. Et si le comité de pilotage détient les clefs de la réforme, on peut douter de sa volonté à se tirer une balle dans le pied.

Comme il faut bien commencer quelque part…

A écouter les conversations glanées dans les rues bisontines, au café du commerce (pour le coup, il porte bien son nom…) Actucomtoise.info vous propose quelques pistes de réflexion :

  • La suppression du conseil économique, social et environnemental et ses déclinaisons régionales. Ils sont nombreux à considérer cet organisme totalement inutile ;
  • La suppression de l’ENA. Créée en 1945 par le général de Gaulle, elle fut mise en musique par Maurice Thorez, secrétaire général du parti communiste français. Elle a enfanté des générations d’apparatchiks et de technocrates… »uUe caste hors-sol souvent incompétente et jamais responsable », selon Adrien, un cadre quinquagénaire. Sa disparition a d’ailleurs fait l’objet d’une proposition de loi en 2015 de Michel Zumkeller, député UDI du Territoire-de-Belfort. Bruno Le Maire, l’actuel locataire de Bercy et énarque lui-même, entendait la supprimer en 2016 pendant la campagne présidentielle, comme Jean-Pierre Chevènement qui dénonçait déjà en 1967 « l’énarchie ou les mandarins de la société bourgeoise ».
  • Le fléchage de l’allocation de rentrée scolaire (ARS). Pour Christine, une mère de famille monoparentale de trois enfants résidant à Besançon et touchant plus de 1100 € d’allocation de rentrée scolaire « je trouverais normal que cette allocation serve uniquement aux besoins scolaires, culturels et d’habillement des enfants. Dans mon entourage, une partie de cette somme sert aux loisirs des parents. » Cette proposition qui revient régulièrement permettrait-elle de réduire le budget de 2 milliards d’Euros versé à 2,8 millions familles ?

Canaliser les idées, tel est l’objectif affiché du gouvernement pour en tirer des idées de réforme. Derrière l’affichage, il s’agit plus concrètement de mettre le couvercle sur une fronde populaire que l’exécutif ne sait pas maîtriser. Le virage sera délicat à prendre ; deux mois de manifestations et de blocages et beaucoup de petites entreprises ont un genou à terre. Si ce « grand débat » n’était qu’un déballage de vieilles idées, gouvernement et citoyens en porteraient la responsabilité. Il y a matière à débats, ne gâtons pas le plaisir d’être écoutés.

YQ  

 


Chantal Jouanno, un parcours atypique.

chantal Jouanno grand débat gilets jaunes
Chantal Jouanno, à la manoeuvre du « grand débat ». L’ancienne karatéka a prévenu « je vais jouer selon mes règles » DR

Âgée de 49 ans, l’actuelle présidente de la commission nationale du débat public n’est pas une novice dans le monde politique. La fille du dirigeant d’une PME de cartonnerie de Vernon (27) a d’abord fait ses preuves dans le privé après un BTS en commerce international. Puis une maîtrise d’administration économique et sociale la propulse à SciencesPo Paris, escabeau vers l’ENA qu’elle incorpore en 1997. En 2002, elle intègre le cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur. Elle deviendra en 2009 sa Secrétaire d’Etat à l’écologie. La « lessiveuse » de l’ENA ne lui a pas fait oublier « la vraie vie » dans les territoires. Son passé de karatéka de haut niveau (elle fut 12 fois championne de France et a gagné un titre de championne d’Europe) lui a permis de conserver les neuf vertus du karatéka : honneur-fidélité-courage-sincérité-bonté-humilité-droiture-respect et contrôle de soi. Toutes ces qualités lui seront utiles dans les semaines à venir si elle veut mener sa mission avec succès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here