- Annonce -

Le premier atterrissage à La Vèze date de 1968. Depuis, un demi-siècle s’est écoulé. Pour souffler les 50 bougies de l’aérodrome, un meeting aérien se tient tout le week-end. La présence de la Patrouille de France et de la Breitling Jet Team garantit un spectacle de haut vol dans le ciel vézois.

L'aérodrome de La Vèze fête ses 50 ans avec la Patrouille de France. DR
L’aérodrome de La Vèze fête ses 50 ans avec la Patrouille de France. DR

Tout débute en juillet 1963. Claude Domergue et son ami l’industriel Jean Michel avec qui il passait son brevet de pilote à l’aérodrome de Thise, sont témoins d’un accident d’avion mortel lié au décollage d’une piste en herbe inadaptée aux performances de l’appareil. Le drame fait alors prendre conscience aux deux amis que Besançon devrait être équipée d’un aérodrome sécuritaire. Naît un projet ambitieux : celui de créer la plateforme de La Vèze à titre privé avec des fonds propres. Après des années de travaux, Claude Domergue effectue le premier atterrissage en mai 1968 et créé un aéroclub puis une compagnie aérienne d’aviation d’affaires.

La première greffe de rein sur un Bisontin permise grâce à l’aérodrome

En 50 ans, de nombreux pilotes de loisirs, d’aviation sportive mais également des professionnels devenus pilotes militaires ou encore pilotes de ligne sur Airbus ou Boeings ont été formés sur la plateforme. L’aérodrome a également permis de sauver des vies à travers l’hélicoptère de la sécurité civile. D’ailleurs, dans les années 1970, Claude Domergue, pilote depuis ses 17 ans, a transporté le premier Bisontin pour une greffe de rein à Paris : « On a volé de nuit depuis Besançon jusqu’à Paris, il a été sauvé, j’en suis très fier », se souvient-il.

Johnny Hallyday, Michel Sardou, Nicolas Sarkozy…

Des histoires et des rencontres sur sa carrière, Claude Domergue en a des tas. « Quand on est dans le milieu de l’aviation d’affaires, on est amenés à côtoyer une quantité de gens qui ont besoin d’avions pour se déplacer. » Du beau monde, donc. « J’ai été le pilote de Johnny Hallyday, de François Mitterrand, de Nicolas Sarkozy, Valéry Giscard d’Estaing mais aussi celui de Michel Sardou, de Claude François, Alain Delon, Sylvie Vartan, Michel Drucker, Catherine Deneuve… J’ai aussi transporté des clubs de foot comme l’Olympique de Marseille. La personnalité la plus marquante pour laquelle j’ai travaillé c’est Johnny. D’abord, c’était mon idole. Il était de ma génération, écouter ses chansons était magique. C’est devenu un ami. J’ai tout de même été son pilote pendant 25 ans. »

Johnny Hallyday et Patrick Bruel à bord d'un avion piloté par le Bisontin Claude Domergue. DR
Johnny Hallyday et Patrick Bruel à bord d’un avion piloté par le Bisontin Claude Domergue. DR
Claude Domergue et Johnny Hallyday. DR
Claude Domergue et Johnny Hallyday. DR

Amusé, il raconte : « Pour ma première mission, on m’avait dit « Il faut que tu emmènes Paul faire du ski à Deauville », je ne comprenais pas… Du ski à Deauville, à moins qu’il ne s’agisse de ski nautique… En fait, le passager était Roman Polanski. Il devait se rendre au festival du cinéma américain là-bas. Pour un gars comme moi qui sortait de sa province… J’ai aussi eu la chance de transporter des stars internationales comme Bob Marley et les Supertramp à l’occasion de leurs tournées. »

« Une fois, j’ai dû aller chercher le chat d’une dame resté en Irlande depuis Besançon. »

Pour satisfaire ses clients, beaucoup de vedettes, Claude Domergue remuait ciel et terre et partait de Besançon jusqu’à Cannes, Deauville, Biarritz et au-delà : « Une fois, j’ai dû aller chercher le chat d’une dame resté en Irlande depuis Besançon. L’aviation d’affaires m’a plongé dans l’univers glamour du showbiz mais derrière les paillettes, ce sont de belles rencontres humaines. »

« J’ai eu la chance de transporter des stars internationales comme Bob Marley et les Supertramp à l’occasion de leurs tournées. »

Des clients au septième ciel

Quand on l’interroge sur son plus beau souvenir au cours de ces 50 dernières années, Claude Domergue tranche : « Je dis toujours que mon plus beau vol est le dernier que j’ai effectué et ainsi de suite. Il y a aussi des choses qui marquent comme un non-voyant qui effectue son baptême de l’air et qui découvre les sensations du vol. Récemment, une Bisontine est venue pour un vol au-dessus de Besançon, en plein vol, elle s’est mise à pleurer. Je lui ai demandé ce qui n’allait pas et elle m’a dit : « C’est tellement beau, c’est incroyable ». C’est l’un des plus beaux moments de ma carrière, ça m’a beaucoup ému. »

Baptêmes de l’air, cours de pilotage, taxi aérien pour les hommes d’affaires et les célébrités, Claude Domergue réalise les demandes les plus folles : « On me sollicite souvent pour des demandes en mariage en plein vol. Les Russes et les clients du Moyen-Orient me demandent également de voler au-dessus d’un yacht avec une banderole « Veux-tu m’épouser ? » ».

Moins sollicité pour des vols d’affaire qu’à ses débuts, l’aérodrome a accueilli 29 000 passagers en 2017. Ce week-end, 8 000 spectateurs sont attendus à l’aérodrome de La Vèze.

Militine GUINET
Meeting aérien, aérodrome de La Vèze, samedi 29 et dimanche 30 septembre de 10h à 18h. 17€.
Dîner spectacle animé par les Satin Dolls Sisters en uniformes de la Libération accompagnées par les pilotes de la Patrouille de France, 45€ (06.10.54.19.88).
Plus d’informations sur le site et la page Facebook du meeting aérien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here