- Annonce -

Jusqu’au 9 juin 2019, le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon présente une exposition sur l’art brut autour des œuvres de Georges Focus, un artiste du XVIIème siècle et de la collection de Jean Greset, galeriste et collectionneur bisontin d’art brut.

la folie du jour MBAA Besançon
Nicolas Surlapierre et Emmanuelle Brugerolles inaugurent l’exposition « La folie du jour » au Musée Beaux-Arts et d’Archéologie jusqu’au 9 juin 2019 ©YQ

L’Art brut a été théorisé par Jean Dubuffet en 1945. La Compagnie de l’art brut identifie « des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique…de sorte que leurs auteurs y tirent tout de leur propre fonds et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode…une opération artistique toute pure, brute réinventée par son auteur à partir de ses propres impulsions ».

Art brut Jean Greset MBAA
Dan Miller est un auteur d’art brut américain du groupe « Creative Growth art center » d’Oakland – collection Jean Greset. ©YQ

Si les autodidactes sont prédominants dans l’art brut, on découvre aussi des artistes à la culture académique avant qu’ils plongent dans des névroses ou des folies faisant d’eux des créateurs hors normes. « Jean Dubuffet a imposé un diktat sur l’art brut », selon Nicolas Surlapierre le conservateur des musées du centre. L’œuvre de Georges Focus est la démonstration de « l’art brut avant l’art brut ».

L’art des fous
Georges Focus Emmanuelle Brugerolles MBAA Besançon
Emmanuelle Brugerolles historienne de l’art et spécialiste de l’oeuvre de Georges Focus. ©YQ

Membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture, Georges Focus est un artiste du XVIIème siècle, connu par ses contemporains comme un « peintre de paysage ». On ne connaît pas les raisons de son internement en 1684 aux Petites Maisons (un asile d’aliénés créé en 1557, attenant à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés) où il dispose d’une rente confortable. Il va continuer à produire jusqu’à sa mort en 1708, des dessins de moyen format sur une base académique mais balayant les barrages de la raison. On estime sa production à 5000 dessins.

« Focus, moi Roi, moi empereur, moi Christ ». Emmanuelle Brugerolles, historienne de l’art, démontre dans les « écritures dessinées » de Focus ses dédoublements de personnalité. Les dessins le présentent souvent comme un conteur (au premier plan) racontant une histoire (dessin en arrière-plan).

« Les écritures dessinées » et la folie de Georges Focus. DR

Le concept de l’art brut voulait lier l’art de certains autodidactes et celui de malades mentaux. C’est dans cette optique que le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon a voulu identifier Georges Focus comme un auteur de l’art brut avant la lettre et le confronter à la riche collection d’art brut de Françoise et Jean Greset.

L’art brut est une thérapie pour des malades mentaux qui expriment par le dessin, la peinture ou la sculpture leurs névroses. La psychiatrie moderne s’en est emparée en développant l’art-thérapie. Le développement du traitement chimique des maladies mentales rend les auteurs d’art brut moins créatifs.

La collection Françoise et Jean Greset
MBAA Jean Greset Art brut
Jean Greset, galeriste et collectionneur bisontin présente sa collection d’art brut au MBAA. ©YQ

Collectionneur, Jean Greset l’est depuis son adolescence. Dès l’âge de 14 ans, il acquiert ses premières éditions d’artistes (comme d’autres s’abonnaient à Spirou). Passionné d’art, il fréquente assidûment le musée des Beaux-Arts de Besançon et s’initie à l’art avec son professeur de dessin. Il a constitué depuis 1975 une collection importante en parallèle de son activité professionnelle. En 1986, il franchit le pas en ouvrant la Galerie G. impasse Granvelle, puis en 2012 la Galerie Jean Greset rue Rivotte. Son travail repose sur trois axes : celui de l’expression locale en exposant les artistes régionaux, celui de la rigueur de l’art construit et enfin la floraison de l’art brut.

Il avait découvert l’art brut lors de l’exposition Les indomptés de l’art au musée Granvelle en 1986. Plus récemment, il a montré des travaux de l’atelier The Creative Growth d’Oakland (Californie). Il y présente des expressions qu’on nommait celles de la folie et de la puissance créatrice. Jean Greset a accumulé environ 350 pièces d’art brut dont les plus belles pièces sont présentées au MBAA jusqu’au 9 juin prochain.

L’étonnant conservateur en chef des musées du centre donne un élan nouveau au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Raisonné sans être raisonnable, Nicolas Surlapierre se retrouve dans la folie des œuvres qu’il expose au public. Il veut faire de ce nouveau musée un lieu d’éducation ouvert au plus grand nombre bousculant les limites de l’histoire de l’art et sa chronologie. Mission réussie.

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here