- Annonce -

L’INSEE Bourgogne Franche-Comté vient de publier une étude sur la place de la région au sein de l’Union Européenne. Les chiffres démontrent un potentiel de développement important dans une région riche de ses Hommes et oubliée de l’avenir numérique.

Comparée aux autres régions européennes, la Bourgogne Franche-Comté est un vaste territoire assez peuplé. La région historiquement tournée vers les métiers de l’industrie, la richesse économique créée par emploi y est plus faible qu’ailleurs en Europe. Pourtant, l’orientation industrielle en fait une région où les activités de recherche et développement y sont fortement valorisées.

La faiblesse des activités tertiaires à haute valeur ajoutée a orienté le chômage à la hausse en Bourgogne Franche-Comté même si la région est relativement préservée de la pauvreté. La part des seniors en emploi y est plus faible et le taux d’activité des femmes plus élevé.

Plus grave, la couverture numérique de la région est encore trop faible. Les habitants y sont moins connectés que dans la plupart des régions européennes.

Le numérique est devenue partie intégrante de la vie quotidienne des personnes et des entreprises. Les infrastructures numériques performantes favorisent la croissance et la compétitivité des entreprises. Les difficultés d’accès au très haut débit sont surtout concentrées dans les territoires ruraux, déjà éloignés des infrastructures routières et ferroviaires.

En Bourgogne Franche-Comté, le taux d’équipement des ménages est encore faible : 84% des ménages ont internet à domicile (ordinateur fixe, portable ou mobile). La région se classe au 117ème rang européen et à nouveau à la dernière place des régions françaises.

Une couverture numérique insuffisante

La région constitue 0,6% de la population de l’Union européenne

Si la région est peu dense en population, elle se classe dans la première moitié des régions européennes les plus peuplées. Avec 2,8 millions d’habitants (2016), elle rassemble 0,6% de la population de l’Union européenne sur 1,1% de la superficie de l’Union.

La Bourgogne Franche-Comté se classe au 68ème rang des 173 régions européennes, mieux placée que les territoires des pays scandinaves ou d’Europe centrale. En comparaison aux régions voisines comme l’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et les länder de Rhénanie-du-Nord-Westphalie ou de Bavière, notre région est faiblement peuplée. Elle est effectivement entourée de régions dynamiques « aspirateurs d’entreprises d’avenir et de talents humains ».

Et si la fécondité y demeure encore élevée (1,85 enfant/femme), le déficit migratoire se poursuit depuis une dizaine d’années et les naissances ne compensent plus désormais les décès. Les habitants de plus de 60 ans y sont aussi nombreux que les moins de 20 ans.

Moins de diplômés de l’enseignement supérieur
enseignement supérieur en Europe
La Bourgogne Franche-Comté est en retard sur les diplômés de l’enseignement supérieur en Europe Doc. © INSEE

Si la déscolarisation est contenue en Bourgogne Franche-Comté (8,1% contre une moyenne européenne de 10,6%), elle reste plus élevée que dans les régions d’Europe centrale (inférieur à 5%) où l’apprentissage et l’alternance y sont plus développés qu’en France.

Les jeunes actifs de la région sont moins diplômés de l’enseignement supérieur. Seulement 36% des 30-34 ans détiennent un diplôme du supérieur, soit 2 points de moins que la médiane européenne. La région n’atteint pas l’objectif pour 2020 et encore moins celui fixé à la France (50%). Seule la région Île-de-France dépasse cet objectif.

Le moindre attrait de l’environnement universitaire incite les jeunes à poursuivre leurs études dans les métropoles voisines à Paris et Lyon. D’autres s’en éloignent à l’issue de leur cursus pour trouver plus d’opportunités d’emplois et des postes plus qualifiés. 

Taux de chômage élevé et PIB par habitant plus faible
Emploi dans l'union européenne
Taux d’emploi des 20-64 ans dans l’Union Européenne. © INSEE

Si la population de Bourgogne Franche-Comté est moins touchée par la pauvreté, elle est par contre plus impactée par le chômage que dans la moyenne de l’Union Européenne. À 8,7%, la région se place dans le premier tiers des régions européennes les plus affectées. Le taux de chômage connaît de fortes disparités en Europe, de 1,7% à 27%. Les régions les moins touchées se situent en Europe centrale. À l’opposé, dans les régions méditerranéennes (Espagne, Italie et Grèce), le taux de chômage y dépasse souvent 20%.

Malgré une proportion de chômeurs supérieure à la moyenne, la population de la région vivant sous le seuil de pauvreté est plus faible qu’au plan national (13% contre 14,9%).

Le système de protection social français, très redistributif, place la France dans les nations européennes où le risque de pauvreté est le plus bas. La France est le 5ème État européen où la pauvreté est la moins répandue après la Tchéquie, la Finlande, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Moins de pauvres mais aussi moins de riches

Le produit intérieur brut (PIB) de la région s’élève à plus de 67 milliards d’Euros (données 2016). Rapportée à sa population, la richesse créée est faible : le PIB par habitant (25 000€) place la Bourgogne Franche-Comté au dernier rang des régions françaises et au 108ème rang européen. En comparaison aux 76 000 euros par habitant du Luxembourg, notre région fait figure de parent pauvre.

Cette position est liée à la population plutôt âgée et une forte proportion de personnes à la retraite. Elle est due également au nombre important d’actifs habitant dans la région mais travaillant en dehors (la richesse produite se fait dans d’autres territoires). C’est particulièrement vrai s’agissant des quelques 30 000 personnes travaillant en Suisse.

Le PIB/emploi est inférieur de 7 000€ à la moyenne européenne et se place en dernière position de toutes les régions françaises.

Recherche et innovation dans les industries de pointe
Recherche en Europe
La Bourgogne Franche-Comté dans le peloton de tête de la recherche en Europe. © INSEE

La Bourgogne Franche-Comté pâtit de l’absence d’activités tertiaires créatrices de richesses mais l’histoire industrielle de la région la tourne vers des industries de pointe. La grande région bénéficie de cinq pôles de compétitivité développant des projets innovants dans les secteurs de l’automobile, de la plasturgie, du nucléaire, de l’agro-alimentaire ou des micro et nanotechnologies.

1,8% du PIB de la région consacré à la recherche

La région consacre 1,8% de son PIB à la recherche. Elle se situe dans le premier tiers des régions européennes mais encore loin des 3% préconisés par le programme stratégique Europe 2020. Il faut souligner que 80% de la recherche est portée par le privé. La recherche publique y est moins développée qu’ailleurs.

Cette nouvelle production de l’INSEE Bourgogne Franche-Comté, toujours très fournie, devrait permettre aux acteurs économiques d’imaginer un développement économique plus ambitieux pour la région. Elle devrait inciter les décideurs politiques à créer les conditions d’un avenir meilleur pour une région et particulièrement en Franche-Comté qui possède de multiples atouts. Les prochaines échéances électorales sont l’occasion de donner une vision de l’avenir de notre territoire, loin des petites querelles ou ambitions personnelles.

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here