- Annonce -

Jean-Louis Fousseret ne sera pas candidat aux municipales de 2020… Sauf si une catastrophe était annoncée © AFP

Jean-Louis Fousseret s’y engage. Il soutiendra le candidat désigné en juin prochain par la commission nationale d’investiture de La République En Marche (LREM). À l’occasion de la nouvelle année, celui qui entend rester à la barre jusqu’en 2020 a listé les événements de l’année 2019, année du sport.

L’année 2018 s’est déroulée sous le signe de la culture. Le dixième anniversaire du réseau Vauban début juillet et l’inauguration du musée des Beaux-Arts et d’Archéologie le 16 novembre ont célébré Besançon, ville d’art et de culture. En un mois et demi, le nouveau musée a accueilli 32 000 visiteurs, soit plus de la moitié de sa fréquentation annuelle, se félicite Jean-Louis Fousseret.

Sportez-vous bien !

2019 sera l’année du sport, sport-santé et sport-bien être. Le festival Grandes Heures Nature en juin prochain confirmera à Besançon son identité de capitale de l’outdoor et de première ville labellisée « Univert trail ».

Le calendrier sera chargé : les 12 et 13 janvier se déroulera un championnat de France de cyclo-cross suivi du 25 au 27 janvier du championnat de France de lutte. Après un gala de boxe à la Rodia en mars, Besançon accueillera trois journées de compétitions de gymnastique. Les événements sportifs traditionnels (trail des forts ou Color life) auront cette année une résonance particulière.

Le 8 juin, la piscine de Chalezeule sera à nouveau ouverte au public après de longs travaux de modernisation. Le plan d’eau à Osselle aura reçu un toilettage partiel. En novembre 2019, Besançon inaugurera une grande salle d’escalade à proximité du stade Léo-Lagrange.

Le SNB (Sport Nautique Bisontin) club le plus ancien de Besançon au palmarès prestigieux, prendra ses quartiers aux Prés de Vaux à proximité du nouveau parc urbain du site de la Rhodia inauguré en octobre 2019.

Enseignement supérieur et innovation

Pour la fin de son « dernier mandat » Jean-Louis Fousseret va mettre le turbo sur la rénovation du campus de la Bouloie, en lien avec le maintien du rectorat, du Crous et de la Comue sur le site de Besançon. 40 millions d’euros vont être investis pour que Besançon demeure un centre universitaire de grande qualité, vivier scientifique et technique pour TEMIS Santé et TEMIS Innovation. La capitale française de l’immunothérapie disposera d’un nouveau bâtiment de 4000 m² mitoyen de l’Établissement Français du Sang (EFS). Les sciences du futur s’inventent à Besançon.

De nombreux projets urbains en chantier trouveront leur aboutissement en 2019. Le pôle Viotte sera occupé par les services de l’État en janvier 2020. Le quartier Vauban « la ville sur la ville » et la rénovation de l’arboretum seront livrés à la fin du premier semestre 2019. Les Vaites commenceront à sortir de terre après de multiples déboires judiciaires.

Une ville moins minérale

Capitale française de la biodiversité en 2010 et 2018, Besançon va se reverdir. Trop minéral au goût de nombreux bisontins, le centre-ville retrouvera dès ce printemps un réaménagement de la place du Huit Septembre plus végétal où l’eau trouvera aussi une place en miroir au bâtiment exceptionnel de la mairie rouvert pour l’arrivée des premiers touristes.

Besançon, bientôt Communauté Urbaine

La compétence voirie est transférée à l’agglomération depuis le 1er janvier 2019. Plus rien ne s’oppose à ce que l’agglomération devienne d’ici au mois de juin prochain « Communauté Urbaine ». La majorité qualifiée nécessaire à cette transformation semble acquise.

Monsieur Fousseret, serez-vous candidat à un quatrième mandat ?

« Je le répète… je ne serai pas candidat aux municipales de 2020 et je soutiendrai la candidature validée en juin par la commission nationale d’investiture de La République En Marche… mais il ne faut pas insulter l’avenir… », a indiqué Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon depuis 2001.

Jean-Louis Fousseret voeux 2019
« Je ne suis pas candidat à ma succession », a martelé le maire de Besançon ©YQ

« J’ai totalement confiance dans le cap suivi par la majorité nationale à laquelle j’appartiens« , a ajouté l’élu. « J’entends poursuivre le programme sur lequel nous avons été élus en 2014, sans faillir. »

Jean-Louis Fousseret ne voit pas d’un œil affectueux les candidatures qui fleurissent ici ou là. Il participe toutefois activement à l’élaboration d’un programme pour une future mandature qui devra être en accord avec les valeurs qu’il porte depuis 2001. À défaut, Jean-Louis Fousseret ne s’interdit rien !

Jean-Louis Fousseret voeux 2019
« J’entends mener mon mandat à son terme, j’ai passé un contrat avec les bisontins », Jean-Louis Fousseret lors de ses vœux à la presse le 7 janvier 2019 ©YQ

« Ma succession n’est pas le sujet. La situation économique et sociale pointée du doigt par les Gilets Jaunes est l’expression d’une politique qui n’a pas réglé les problèmes depuis 40 ans. On sait que l’on va dans le mur et on accélère », a indiqué celui qui défend sans état d’âme le président de la République.

Dans sa lettre aux français, le président de la République va fixer les grandes lignes du débat national. Jean-Louis Fousseret le mettra en œuvre activement avec tous les citoyens qui souhaitent dialoguer. « Si le droit de manifester est un droit constitutionnel, le droit de casser ne l’est pas », a-t-il conclu.

Cette nouvelle année, il y aura du sport à Besançon dans tous les sens du terme. Et comme un clin d’œil à l’avenir, Jean-Louis Fousseret fait référence à une toile du peintre comtois, Charles Belle, qui orne son bureau… « Les pissenlits repoussent toujours » !

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here