Ils sont Hacking Health Besançon

0
640
Le Pôle de Compétitivité des Microtechniques, le Grand Besançon et le CHU Minjoz, reconduisent en 2018 l'évènement Hacking Health sur le site historique de l'hôpital Saint Jacques © DR
- Annonce -
Hacking Health Besançon
Ce logo, vous l’avez certainement vu sur la façade de l’hôpital Saint-Jacques ces jours derniers…

Le concept du Hacking Health, né à Montréal il y a 5 ans, vise à rapprocher le monde de la santé de celui du numérique, en accélérant l’innovation et le foisonnement d’idées. Hacking Health Besançon est le cinquième événement du genre en France et a été initié sous la tutelle du CHRU Jean Minjoz, du Pôle des Microtechniques et de l’Agglomération du Grand Besançon. Pendant le week-end du 13 au 15 octobre 2017, 24/24, plus de 200 participants ont « couru » le marathon de l’innovation : professionnels de santé, patients, entrepreneurs, étudiants ingénieurs…

Ce foisonnement de rencontres a permis de faire émerger des projets innovants et concrets au sein du CHU, de l’Etablissement Français du Sang, de l’école de kinésithérapeutes ou en lien avec l’association des maladies rares. Les étudiants des écoles d’ingénieurs de Besançon : ISIFC, génie biomédical, l’ENSMM et ceux de la faculté des sciences, se sont impliqués fortement dans les projets qui serviront de base de travail au cours de leurs études.

Débrider l’intelligence collective

Sur 18 problématiques concrètes posées par les professionnels de santé et les patients, le marathon d’innovation a élaboré 14 solutions viables et prometteuses d’un avenir industriel au service des malades.
Ce week-end fondateur d’une nouvelle façon d’innover, trouvait son cadre naturel sur le site de Saint-Jacques, l’un des hôpitaux les plus anciens de France et qui accueillera dans quelques années la « Cité des Savoirs et de l’Innovation ».

Besançon, territoire d’innovation, terreau de l’infiniment petit et pôle internationalement reconnu dans le biomédical, entend bien reproduire la même aventure en 2018 avec plus de projets aboutissant à des applications concrètes.

Des projets primés et mis en avant
Florent TUCHET © Y.Q
Fanny Delettre © Y.Q

Florent Tochet, du CHU Jean Minjoz a mis au point un système permettant le repositionnement automatique des patients au cours des séances de radiothérapie, intitulé « Augmented Patient Setup » ; il a obtenu le prix du projet le plus prometteur et le prix One Fit.

Fanny Delettre, de l’EFS (Etablissement Français du Sang), accompagnée de 9 élèves ingénieurs, a développé un dispositif pour une décongélation ultra rapide du plasma frais congelé ; il lui a été décerné le prix coup de cœur du jury.

René Poiffaut et Laurent Chevalot hacking health
René Poiffaut et Laurent Chevalot © Y.Q
Yves Ketterer hacking health
Yves Ketterer © Y.Q

René Poiffaut et Laurent Chevalot de l’association des maladies rares ont imaginé une chaise de massage pour les personnes handicapées et ont reçu le prix de la meilleure solution patient.

Yves Ketterer, ancien aide-soignant et atteint d’une maladie orpheline a mis au point une table de malade sans pied ni roulette. C’est le pôle des microtechniques qui lui a remis son prix.

hacking health
Christine Kavan © Y.Q
Nadine Marpaux et Christian Naegelen © Y.Q hacking health
Nadine Marpaux et Christian Naegelen © Y.Q

Christine Kavan du CHU Jean Minjoz a élaboré une application mobile « Gluci Miam » pour les patients diabétiques de type 1. Elle a été récompensée par la CPAM du Doubs, partenaire de l’opération.

Nadine Marpaux et Christian Naegelen se sont attachés à automatiser la manipulation des produits issus des dons de sang pour améliorer la sécurité et le suivi des poches. Le Centre d’investigation clinique (CIC) et le CHU Jean Minjoz ont valorisé ce projet.

L’innovation au service du plus grand nombre

L’originalité du Hacking Health de Besançon tient au fait qu’il s’agit de projets ayant une application pratique et concrète au service des malades et des équipes soignantes. Il ne s’agit pas seulement de se faire plaisir le temps d’un week-end entre collègues ou entre amis mais bien de penser la médecine de demain et le bien-être des patients. La plupart des défis relevés peuvent potentiellement, soit générer la création d’une startup, soit d’un produit réellement nouveau répondant à un vrai besoin de professionnels de santé ou de patients… Peut-être les futurs dispositifs qui nous soigneront demain.

Besançon, une capitale mondiale du biomédical

Les écoles d’ingénieurs (ISIFC et ENSMM) les laboratoires de recherche, la faculté des sciences de la capitale comtoise sont les incubateurs de la santé du futur, de l’accompagnement à mieux vivre et mieux soigner. Le faire savoir sans relâche, c’est aussi attirer de nouveaux talents et participer ainsi au rayonnement et au développement de Besançon et de sa région.

A coup sûr, l’édition 2018 du Marathon de l’Innovation placera définitivement Besançon dans le peloton de tête des villes du futur.

Y.Q

Hacking Health Besançon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here