- Annonce -

Les animateurs de La République En Marche (LREM) avaient convié les Bisontins à échanger sur les thèmes définis par le Président de la République, Emmanuel Macron. Ce vendredi soir, la salle Proudhon tanguait sous les vagues des gilets jaunes en colère.

Les échanges n’étaient pas à « fleuret moucheté » entre un public très remonté et les quelques élus réunis par Jean-Louis Fousseret pour accueillir Stanislas Guerini, le délégué national du parti macronien. Il faut saluer la maîtrise d’Alexandra Cordier, référente départementale de LREM, qui a su canaliser les colères et permettre à tous de s’exprimer.

Celle qui est aussi une proche collaboratrice du maire de Besançon a rappelé que l’écoute est dans l’ADN du mouvement majoritaire… Ils auront à ouvrir toutes grandes leurs oreilles pour écouter mais surtout comprendre la tempête !

« le peuple, c’est moi aussi »

Une habitante a lancé un : « J’ai peur, peur pour la démocratie », répondant aux gilets jaunes « le peuple, c’est moi aussi ».

grand débat Kursaal Besançon
« Grand débat » à la salle Proudhon : un public en attente de réponses concrètes. ©YQ

Un ancien chef d’entreprise qui a connu les aléas de la rue : « J’entends parler de pouvoir d’achat et j’entends pas assez de travail. Seriez-vous disposés à travailler 39 heures payées 39 au lieu d’attendre tout de l’État ? » Beaucoup de cris pour railler la proposition.

« Aimez les français et vous aimerez la France »

« Aimez les français et vous aimerez la France », a poursuivi un autre participant à l’adresse d’Emmanuel Macron.

Un autre ne craint pas de demander un renouvellement par tiers ou par moitié de l’Assemblée Nationale, proposant ainsi selon lui une respiration démocratique entre deux élections présidentielles.

Une militante du Parti Communiste s’enflamme contre le CICE, la suppression de l’ISF. « Il faut se tourner vers le Medef et augmenter tous les salaires pour répondre à la demande de pouvoir d’achat ».

C’est au tour d’un agriculteur du Haut-Doubs, élu de chambre d’agriculture, d’évoquer les 180 suicides par an des agriculteurs français. « Le monde agricole est mal aimé par une partie de la population qui nous voit comme des pollueurs et maltraitant les animaux. Il n’est pas rare qu’un agriculteur qui peine à gagner 300€ par mois investisse dans le même temps des centaines de milliers d’euros pour améliorer son exploitation. »

« J’entends la souffrance et le sentiment d’injustice des personnels soignants »

L’intervention du Professeur Laurent Thines, chef du service de neurochirurgie au CHRU Jean Minjoz était empreinte d’émotion en évoquant tous les personnels soignants des hôpitaux : « J’entends la souffrance et le sentiment d’injustice dont ils sont victimes depuis des années ». Il conclut son propos par un clin d’œil : « Il est étonnant que le parti LREM fasse une réunion dans la salle Proudhon, le polémiste et philosophe anarchiste bisontin, auquel on doit la célèbre formule – la propriété, c’est le vol ».

Grand débat Kursaal Besançon
Après la tempête, le calme est revenu dans les propos. Les Gilets jaunes sont toujours déterminés. ©YQ

Puis l’un propose un emprunt national. Une autre refuse l’idée de quotas d’immigration et veut imposer des menus de substitution pour favoriser, dit-elle, l’intégration… Une cheffe d’une toute petite entreprise raconte en quelques mots la galère des milliers d’entrepreneurs individuels qui se battent chaque jour pour survivre.

Il était difficile de sortir de ce gentil brouhaha des propositions concrètes. On peut toutefois admettre que l’exercice était périlleux et qu’il a été bien maîtrisé. « Il est plutôt bon pour la démocratie d’échanger et de rapprocher les points de vue. Nous ne serons pas d’accord sur tout mais au moins parlons-nous, c’est tout le sens de ce grand débat », a conclu Stanislas Guerini.

YQ

2 Commentaires

  1. Cher YQ,

    Bravo de votre intérêt pour cette réunion du « Grand débat » organisée à Besançon vendredi dernier !

    Je vous remercierais cependant de ne pas déformer/inventer les propos que j’ai tenus ou pas tenus à cette occasion. Vous pourrez retrouver mon allocution dans la vidéo ci-dessous…

    J’ai félicité (ironiquement) dans mon introduction (et non pas en conclusion) Mr Guérini de l’organisation d’un « meeting » de LaREM (puisqu’il y avait des affiches et banderoles de leur parti partout dans la salle) dans cette salle Proudhon qui sonnait comme une revanche…point.

    Enfin j’ai conclut (si vous étiez là vous devriez le savoir) sur une demande de moratoire sur l’usage des armes sur-létales dans les manifestations qui font courir un risque de 1 chance sur 5 de décès ou de mutilation. Cela était très important, plus que la polémique que vous tentez de distiller…

    Merci pour ce droit de réponse,

    Cordialement,

    Pr Laurent Thines

    • j’ai effectivement zappé l’affaire des flash balls et j’en suis désolé parce que le sujet était important. J’ai surtout axé votre intervention sur la misère des personnels soignants (les salaires mais pas que, si j’ai bien compris vos propos). Pour Proudhon vous admettrez que ce soit en début ou en fin d’intervention, votre pique à l’égard de LREM était judicieuse et c’est bien ce qui avait retenu mon attention.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here