- Annonce -

On annonce des blocages sur tout le territoire ce samedi 17 novembre. Une grande majorité de nos concitoyens profite de la hausse des taxes sur les carburants pour descendre dans la rue crier leur ras-le-bol face à une fiscalité devenue réellement confiscatoire au nom d’une prétendue défense de la planète.

Politiques, acteurs économiques et corps intermédiaires, simples citoyens… nous sommes tous devenus schizophrènes !

Côté politique, les partis d’opposition qui ont été aux manettes gouvernementales depuis 40 ans hurlent sur la voracité de Bercy. Pourquoi n’ont-ils pas baissé les dépenses de fonctionnement de l’État durant toutes ces années pour faire porter les efforts sur les investissements d’avenir ? En 2016, les dépenses d’investissement de l’État représentaient 6% du budget quand les dépenses de fonctionnement étaient à plus de 33%. Et ce sont 58% des dépenses qui sont consacrées « au-modèle-social-que-le-monde-entier-nous-envie ».

Parlons aussi des entrepreneurs qui râlent chaque jour que Dieu fait sur le poids des charges sociales et des impôts qui les privent aussi d’investir et d’embaucher. Ces investisseurs qui réclament (à juste titre) moins de prélèvements obligatoires mais tendent la sébile vers la première subvention bienvenue !

Que dire des « corps intermédiaires », syndicats de salariés, ordres et organisations professionnelles, chambres consulaires et autres organismes parapublics qui vivent grassement des deniers publics et donnent des leçons de bonne gestion !

Enfin nous, simples citoyens qui pleurons sur les océans qui deviennent un désert et achetons des filets de panga élevés dans les eaux ultra-polluées du delta du Mékong.

Nous, simples citoyens qui décidons de sauver la planète en troquant notre voiture contre un vélo tout en sillonnant la planète à bord d’avions low-cost et de bateaux de croisière consommant plus de carburant que des millions de voitures.

Nous, simples citoyens qui partons en vacances sur des autoroutes surchargées pour arriver sur des plages bondées et couvertes de détritus.

Nous, simples citoyens qui absorbons des tonnes de pâte à tartiner sans se soucier de la déforestation en Indonésie.

Alors oui, nous devons changer de paradigme, mais ne quémandez plus à l’État ce que vous pouriez faire vous-même. Ne pleurez plus sur les océans décimés et consommez plutôt de la limande que du panga. Ne vous plaignez plus des encombrements sur les autoroutes et prenez les départementales pour découvrir la France, le plus beau pays du monde. N’allez pas chercher le soleil à coup de vols low-cost et trouvez le dans l’amour et l’amitié qui vous entoure. N’imaginez pas qu’il y a d’un côté les gentils cyclistes et de l’autre les méchants pollueurs… vous aurez compris que nous sommes souvent les deux !

Yves QUEMENEUR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here