Emmanuel Macron et le piège du grand débat

0
162
Grand Débat Besançon
Le "Grand Débat" a suscité beaucoup d'espoirs DR
- Annonce -

En annonçant un « grand débat sans tabou » le 15 janvier dernier, le Président de la République a mis le doigt dans un engrenage qui lui laisse très peu de marges de manœuvre. Soit Emmanuel Macron retrouve les vieux démons énarchiques, soit il renverse la table ! Dans les deux cas, le piège se refermera sur des espoirs déçus… Espoirs nés des centaines de milliers de propositions et de contributions sur l’ensemble du territoire.

grand débat brasserie du commerce Besançon
Ambiance studieuse pour les débats organisés à la Brasserie du Commerce ©YQ

Besançon n’a pas failli à son goût pour les débats et parfois l’utopie. Organisés par des citoyens, par les associations de commerçants ou d’artisans ou par des organisations politiques, les idées ont essaimé dans la ville de Victor Hugo et de Charles Fourier. Rechercher un dialogue apaisé, imaginer la démocratie de demain ailleurs que dans la rue, les citoyens se sont fortement engagés. De ce point de vue, le grand débat voulu par le Président, a tenu ses promesses.

Les corps intermédiaires, grands absents du débat

Le mouvement des « gilets jaunes » a-t-il sonné le glas des partenaires sociaux ? Aucune banderole syndicale sur les ronds-points, les représentants des entreprises étrangement absents de propositions innovante. L’ancien monde semble arcbouté à ses habitudes vieilles de 40 ans. Il a fallu que Benoît Vuillemin, un commerçant dynamique de l’agglomération bisontine, prenne un micro pour interpeller ses collègues. Ils étaient bien peu nombreux salle Proudhon le 4 février à imaginer le commerce de demain et pourtant les idées ne manquaient pas. S’il n’y en avait qu’une à retenir de cette soirée, c’est le souhait de faire fusionner les chambres consulaires (chambre de commerce et chambre des métiers), proposition bien vite rejetée par les dirigeants de ces organismes paraétatiques.

La République en Marche et Les Républicains au rendez-vous du grand débat
grand débat Kursaal Besançon
La salle Proudhon était comble pour ce premier grand débat bisontin ©YQ
Grand débat Kursaal Besançon
Après la tempête, le calme était revenu dans les propos et toujours déterminés ©YQ

Le 18 janvier, Alexandra Cordier la référente départementale de LREM avait invité Stanislas Guerini, le patron du parti LRM à débattre avec le public. Exercice difficile pour la proche collaboratrice de Jean-Louis Fousseret qui s’en est tirée à merveille malgré le brouhaha de la salle. Là encore, beaucoup de constats et des propositions de bon sens sur la démocratie de proximité et la santé.

Le 12 février, c’était au tour des Républicains réunis salle Battant par le sénateur Jacques Grosperrin.  Étonnant d’entendre les « invisibles », les « oubliés de la croissance »… ceux qui sont sortis d’un mutisme de 40 ans pour exprimer leur désarroi face aux gouvernants qui ont tous échoués.

grand débat mairie de Besançon
150 personnes le 4 mars à l’école Jean Zay de Palente ©YQ

A noter que le maire de Besançon organise, quant à lui, deux débats publics ces prochains jours : le lundi 4 mars à l’école Jean Zay de Palente et le mercredi 13 mars à la salle de la Malcombe.

Et le problème du handicap, absent lui aussi des 35 questions posées par Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français ! l’ADAPEI du Doubs s’en est naturellement emparée au travers de plusieurs réunions dans tout le département.

Actucomtoise.info et le Grand Débat

Ce n’était pas gagné d’avance ! Quand le président de la République a souhaité instaurer un grand débat citoyen dans tous les territoires et offrir ainsi aux citoyens de s’exprimer librement autrement que dans la rue, il nous a semblé opportun de suivre l’un de nos collaborateurs dans son intention d’organiser un format de débats, différent des grands rassemblements.

Un format volontairement réduit
grand débat brasserie du commerce Besançon
Des rapporteurs motivés à la brasserie du commerce ©YQ

Chaque thématique (Démocratie, citoyenneté, organisation de l’Etat, écologie et fiscalité) ont fait l’objet de soirées particulières organisées au sein de la brasserie du commerce auxquelles se sont inscrites à chaque fois une trentaine de personnes. Ce sont en fait près de 40 personnes qui ont participé à chaque débat du 24 janvier au 21 février. Exprimées individuellement par post-it, les propositions et revendications des participants faisaient ensuite l’objet d’un travail en petits groupes. Un rapporteur de chaque groupe présentait une synthèse de vraies propositions. Ces rapports ont fait l’objet à chaque fois d’une diffusion auprès des participants et au site national du granddébat.fr.

Un public large et varié
grand débat brasserie du commerce Besançon
Beaucoup de jeunes aux débats organisés par Actucomtoise.info à la Brasserie du commerce à Besançon ©YQ

Dans de nombreuses rencontres du grand débat, le reproche était souvent fait de la seule présence de « seniors ». A Besançon, dans le cadre des débats d’Actucomtoise.info animés par l’un de nos rédacteurs  Yves Quemeneur, on a noté une part significative de jeunes de moins de trente ans. De même, la parité y était naturellement respectée.

Le cadre intimiste de la Brasserie du Commerce a incité les participants à s’écouter avec bienveillance et à trouver des consensus parfois difficiles. A tel point qu’une large majorité souhaite maintenant l’organisation régulière de débats, hors des partis politiques et dans une expression la plus libre possible. Actucomtoise.info va faire des propositions dans ce sens. Nous en reparlerons.

Pour l’heure, le Président de la République a confié une mission « d’intelligence artificielle » pour synthétiser les centaines de milliers de propositions. Viendra alors le temps de l’urgence et celui de la réflexion. Emmanuel Macron ne devra pas se tromper dans les priorités à annoncer dès le mois d’avril !

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here