- Annonce -

La rentrée est souvent l’occasion de prendre de bonnes résolutions ou un nouveau départ. Pour les célibataires, sortir plus souvent, faire de nouvelles rencontres ou aborder des inconnus peut en faire partie. Facile à dire… moins à faire. Confrontée à cette difficulté, une quinquagénaire originaire de Magny dans le Haut-Rhin a inventé un badge pour identifier les célibataires et ainsi faciliter les rencontres.

Comment trouver chaussure à son pied lorsque l’on est timide ou que l’on craint les sites de rencontre ? Pas de panique, Brigitte Pretet, la cinquantaine passée, a créé un badge pour identifier les célibataires.

Elle raconte : « Quand j’ai perdu mon emploi de contrôleuse qualité dans une entreprise spécialisée dans l’emballage plastique en Suisse allemande au bout de 31 ans, j’ai pu me former à la bureautique et à l’informatique. Célibataire, j’avais ce projet de badge en tête depuis un moment et comme j’étais au chômage je me suis dis que c’était le moment de se lancer. »

Avec le soutien de Pôle emploi et l’association BGE, réseau d’accompagnement à la création d’entreprises, en Alsace-Lorraine, elle créé donc sa micro-entreprise. « Je suis partie de zéro, j’ai dû imaginer un logo, trouver un nom, un slogan, faire imprimer des flyers… c’était très excitant. »

badge célibataire brigitte pretet
Brigitte Pretet lance un badge pour identifier les célibataires et ça cartonne. DR
« Fais-toi rePAIREr, trouve ta PAIREsonne ! »

Sur le badge en question figurent un pied, une basket ainsi qu’un point d’interrogation dans un cœur. « C’est le logo du badge. Il peut convenir à tout le monde, homme ou femme, jeunes, moins jeunes, hétérosexuels, homosexuels… », précise l’entrepreneuse avant d’indiquer avoir déposé un brevet pour son projet.

badge célibataire brigitte pretet
« Pour trouver chaussure à ton pied, fais-toi rePAIREr ! » Pour marquer les esprits, Brigitte Pretet joue la carte de l’humour. © Badge du célibataire

« L’idée était de décomplexer le célibat et la conquête de la perle rare en abordant le sujet avec humour », argumente-t-elle. « Je ne fais pas ça pour l’argent, le but est de faciliter les rencontres. L’être humain n’est pas fait pour vivre seul mais trouver la bonne personne n’est pas évident. »

Un doute persiste malgré tout : « Je ne suis pas sûre que tout le monde ose le porter… il y a encore un tabou autour du célibat et les personnes concernées n’assument pas toujours. »

70 points de vente

Depuis leur commercialisation en avril dernier, 5000 badges ont été réalisés dont 2500 ont déjà été distribués dans 70 points de vente en Alsace, dans le Doubs et le Territoire de Belfort. « Les badges sont surtout disponibles dans des commerces de proximité. Un site internet et une page Facebook ont également été lancés pour faire connaître le badge. »

Dans le Doubs, les dépôts-ventes où trouver un badge sont de plus en plus nombreux : « Je travaille avec des commerçants de Montbéliard ou encore de Vieux-Charmont. Pour l’instant, l’unique point de vente à Besançon est à l’institut Chantal Mavel. »

Si jusque là, Brigitte Pretet n’avait pas été touchée par les flèches de Cupidon, elle a pu compter sur son badge qui lui a permis de trouver l’âme sœur.

L’actu en plusBadge particulier cherche boutique particulière où être distribuéChantal Mavel, à la tête d’un institut spécialisé dans le maquillage permanent, est actuellement la seule à proposer le badge à Besançon. Selon elle, le concept gagne à être connu : « Quand j’en parle à mes clientes, elles sont très intéressées, c’est assez original comme initiative ». Malheureusement, son institut, où se rendent principalement des femmes, pas forcément célibataires, sur rendez-vous, ne permet pas de faire suffisamment connaître le badge du célibataire ni de toucher les principaux concernés. Pour vendre des badges, il suffit de contacter la créatrice à l’adresse suivante : ventes@tcasp.fr.
Militine GUINET
Badge du célibataire, 5 euros, disponible à l’Institut Chantal Mavel, 22 rue Proudhon à Besançon. 
Informations et liste complète des points de vente sur la page Facebook et le site internet dédiés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here