Jonathann Daval : « une belle personne » selon son avocat

0
20037
Ce jeudi soir, Edwige Roux-Morizot a tenu une conférence de presse très brève, lors de laquelle elle a dénoncé la
Ce jeudi soir, Edwige Roux-Morizot a tenu une conférence de presse très brève, lors de laquelle elle a dénoncé la "folie médiatique" autour de l'affaire Alexia Daval. © Photo d'illustration
- Annonce -

Suite aux aveux de Jonathann Daval, le mari d’Alexia Daval dont le corps avait été retrouvé le 30 octobre dernier, Edwige Roux-Morizot, la procureure de Besançon tenait, ce mardi soir, une conférence de presse. Cette prise de parole intervient après deux jours de garde à vue.

Ce mardi 30 janvier marque la fin de trois mois d’attente pendant lesquels Jonathann Daval a nié être lié à la disparition de son épouse.

« Il a dit que c’était un accident, qu’il ne voulait pas et il regrette »

Depuis le début de sa mise en garde à vue, Jonathann Daval n’a cessé de nier toute implication dans la mort de son épouse. Il a finalement craqué ce mardi. D’après son avocat, Maître Randall Schwerdorffer, « il était à bout, il fallait que ça sorte […] Il a dit que c’était un accident, qu’il ne voulait pas et il regrette. »

22h45 : La réaction de la défense :

Maître Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval : « On a mis en place une défense constructive, une défense qui va lui permettre de s’expliquer. Jonathann Daval est passé aux aveux à la dernière audition de sa garde à vue. Il est entré dans la salle des enquêteurs, il s’est assis, il a pleuré et il a parlé. Un garçon en grande souffrance, prisonnier d’un mensonge qui le dépassait. Il regrette profondément ce qui s’est passé. Il ne savait pas comment sortir de ce mensonge. Ce soir, c’est sa première nuit en maison d’arrêt loin de Besançon. Il regrette profondément ce qui s’est passé. C’est une belle personne, quelqu’un qui prend sur lui, qui supporte, qui ne dit rien et qui, à un moment de sa vie, a eu 30 secondes qui l’ont fait basculer. »

« Un émoi considérable à Gray »

21h25 : Edwige Roux-Morizot : « J’espère que les expertises feront la lumière sur la personnalité de Jonathann Daval. C’est marquant, ça suscitera sans doute un émoi considérable à Gray. » La procureure de Besançon a ajouté que les enquêteurs ont bénéficié de l’appui de spécialistes en sciences du comportement dans cette affaire.

21h22 : Le colonel en charge de l’enquête :« Suite à l’enquête pour disparition inquiétante qui avait été ouverte, un travail considérable a été abattu en l’espace de trois mois. » Il a ainsi salué le travail des enquêteurs en précisant que 500 gendarmes issus de huit départements différents ont travaillé sur cette affaire : « Je voulais leur rendre hommage. »

« Elle a vraisemblablement été tuée dans la nuit avant que ne soit déclarée sa disparition »

21h20. Edwige Roux-Morizot : « Elle a vraisemblablement été tuée dans la nuit avant que ne soit déclarée sa disparition. La seule circonstance aggravante retenue est le fait de donner la mort à son conjoint. À un moment donné, les enquêteurs sont arrivés à un travail qui, pour eux, était abouti et a mené à cette interpellation. »

21h19. Edwige Roux-Morizot :« C’est vraisemblablement une dispute conjugale. Il faut faire attention, ça reste des hypothèses, on ne peut pas affirmer. On affirmera si un jour Jonathann Daval comparaît devant une cour d’assises. »

« L'étude de la voiture a été déterminante aussi. On imaginait mal qu'un rôdeur ait un drap dans sa voiture », Edwige Roux-Morizot, procureure de Besançon © Carine DUFAY
« L’étude de la voiture a été déterminante aussi. On imaginait mal qu’un rôdeur ait un drap dans sa voiture », Edwige Roux-Morizot, procureure de Besançon © Carine DUFAY
« Les enquêteurs ont écarté, une à une, les hypothèses »

21h16. Edwige Roux-Morizot : « L’étude de la voiture a été déterminante aussi. Les enquêteurs ont écarté, une à une, les hypothèses. Le drap qui recouvrait partiellement Alexia a été un élément central. On imaginait mal qu’un rôdeur ait un drap dans sa voiture. »

« Jonathann Daval risque la réclusion à perpétuité »

21h14. Edwige Roux-Morizot : « Jonathann Daval risque la réclusion à perpétuité. »

21h11. « Elle était habillée en joggeuse. » D’après la procureure, « la mise en scène n’est pas comptée comme une circonstance aggravante légale. […] Le témoignage du voisin serait totalement insuffisant. Il y a eu des centaines de signalements. Tout ça a été pris au sérieux systématiquement par les enquêteurs. »

21h08. Edwige Roux-Morizot : « L’enquête se poursuit sur commission rogatoire puisque tous les éléments n’ont pas été exploités entièrement ».

« Jonathann Daval a été mis en examen pour meurtre sur conjoint. Il a été placé en détention provisoire »
"L'enquête se poursuit sur commission rogatoire pusique tous les éléments n'ont pas été exploités entièrement", Edwige Roux-Morizot, procureure de Besançon © Carine DUFAY
« L’enquête se poursuit sur commission rogatoire puisque tous les éléments n’ont pas été exploités entièrement », Edwige Roux-Morizot, procureure de Besançon © Carine DUFAY

21h04. Edwige Roux-Morizot, procureure de Besançon : « L’épilogue est le seul et unique fruit d’un travail d’enquête remarquable de la cellule et ce, malgré des éléments de l’enquête qui auraient dû rester secrets révélés par la presse. L’enquête a permis de réunir un nombre suffisamment important d’éléments objectifs qui ont pu conduire à l’interpellation de Jonathann Daval, à sa présentation devant le juge d’instruction, à sa mise en examen pour meurtre sur conjoint, encourant la réclusion criminelle à perpétuité et aux réquisitions de placement en détention provisoire que je viens de prendre. La préméditation n’a pas été retenue. En effet, l’ensemble des éléments de l’enquête ont abouti à imaginer que la mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement. »

Louise De Châteaublanc

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here