- Annonce -

Ce mardi 10 avril 2018, le maire socialiste de Dijon également président de Dijon Métropole et ancien ministre du Travail, a annoncé par communiqué qu’il mettait sa carrière politique entre parenthèses pour soigner son cancer.

« Chacun le sait, j’ai toujours refusé d’exposer ma vie privée. Je le fais aujourd’hui par souci de transparence et devoir de vérité, envers mes équipes, municipale et métropolitaine, et envers les Dijonnaises et Dijonnais. De récents examens ont montré que j’avais un cancer. Je dois donc subir un traitement. Durant cette période, je ne pourrai pas assumer pleinement les présences officielles liées à mes fonctions de maire et de président de la Métropole », a déclaré l’ancien ministre du Travail.

« De récents examens ont montré que j’avais un cancer. Je dois donc subir un traitement. Durant cette période, je ne pourrai pas assumer pleinement les présences officielles liées à mes fonctions de maire et de président de la Métropole »

Il a ajouté qu’il confiait l’intérim de ses fonctions de maire de Dijon à sa première adjointe Nathalie Koenders et au premier vice-président Pierre Pribetich pour la Métropole : « Je sais qu’ils seront à la hauteur de cette mission avec compétence, dévouement et souci de l’intérêt général. Je serai bien entendu présent à leurs côtés, pour les accompagner dans le suivi des dossiers. »

Premier maire de gauche de Dijon depuis 1935
« J’ai décidé de confier la mission d’assurer ces intérims pendant mes absences, à Nathalie Koenders pour la Ville et à Pierre Pribetich pour la Métropole », François Rebsamen, maire PS de Dijon © Philippe Maupetit
« J’ai décidé de confier la mission d’assurer ces intérims pendant mes absences, à Nathalie Koenders pour la Ville et à Pierre Pribetich pour la Métropole », François Rebsamen, maire PS de Dijon © Philippe Maupetit

 

 

Élu maire de Dijon pour la première fois en 2001, François Rebsamen a été le premier maire de gauche de la ville depuis 1935. Proche de François Hollande, il l’avait notamment secondé à la tête du Parti socialiste avant de devenir son ministre du Travail en 2014 et 2015.

Pour assurer ses fonctions ministérielles, François Rebsamen avait quitté la mairie de Dijon le 2 avril 2014 pour y revenir à l’été 2015 au décès d’Alain Millot qui lui avait succédé. Déjà en août 2015, l’intérim avait été assuré par Nathalie Koenders à la mairie de Dijon et par Pierre Pribetich à la présidence de la communauté urbaine. C’est donc la deuxième fois que l’élu âgé de 66 ans met ses mandats locaux entre parenthèses.

 « Respecter ce silence »

« A compter de ce jour, je ne m’exprimerai plus sur ma santé. Je demande à tous de respecter ce silence. Ce sera la meilleure façon de m’accompagner dans ma guérison », a-t-il poursuivi.

LDC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here