De Vienne à Ornans il n’y a qu’un pas…

0
2775
Queue-de-pie et robes à crinolines s’invitent à Ornans ce week-end pour faire revivre la magie des bals du Second Empire. DR
Queue-de-pie et robes à crinolines s’invitent à Ornans ce week-end pour faire revivre la magie des bals du Second Empire. DR
- Annonce -

On se croirait dans une scène de la saga autrichienne Sissi : parées de leurs plus beaux atours, les danseuses de La Varsovienne et l’orchestre de l’Harmonie municipale d’Ornans ravivent les fastes du Second Empire.

Fondée en 1991, La Varsovienne fait partie des 17 sections du club sportif artistique militaire de la garnison de Besançon (CSAMB). Sa spécialité ? Les danses du Second Empire : « ça englobe les quadrilles, les polkas, les mazurkas, les marches et les valses chorégraphiées », indique Joëlle Pont, responsable de l’association. « Les danseurs de notre groupe sont tous des passionnés des danses du XIXème siècle. »

Des spectacles dans toute l’Europe

Composé de dix couples de danseurs, La Varsovienne se produit dans la France entière et au-delà : « Nous avons déjà dansé dans des endroits prestigieux comme le château de Blois ou encore le château de Vaire le Grand ainsi qu’à l’Opéra de Vichy. Il nous arrive aussi de nous produire en Allemagne et en Suisse. Les spectacles rencontrent généralement beaucoup de succès ».

Envoyez valser vos préjugés

Généralement cataloguées comme des danses destinées aux aînés, les valses de Vienne séduisent, malgré tout, quelques jeunes : « Nous avons une majorité de retraités, ceux-ci sont plus disponibles pour les représentations en semaine mais il nous arrive d’accueillir des jeunes. Les danses du Second Empire se prêtent à tous les âges, c’est intergénérationnel ! ».

Pour être aussi gracieuse que la belle Romy Schneider dans Sissi, quelques conditions : « Comme dans toute discipline, si vous êtes attentif et sérieux, motivé et assidu aux cours, l’apprentissage se fera très rapidement. Il faut aussi rappeler que nous organisons régulièrement des stages pilotés par la lyonnaise Annie Vinot-Leborgne, maître de danses spécialisées dans le Second Empire, tout est donc réuni pour progresser », poursuit Joëlle Pont.

Passionnées de couture, les danseuses de La Varsovienne confectionnent elles-mêmes les robes. DR
Passionnées de couture, les danseuses de La Varsovienne confectionnent elles-mêmes les robes. DR
Éventails, corsets, faux-culs…

Pour parfaire la réplique des bals de la cour, les costumes sont réalisés par les danseuses elles-mêmes : « Beaucoup de nos danseuses sont également passionnées de couture et confectionnent leurs propres robes. Pour leurs queue-de-pie, les danseurs écument les brocantes et les sites spécialisés sur internet.»

Si les cours se déroulent en tenue de ville, apprendre à danser avec une robe à crinoline n’est pas une mince affaire : « C’est une technique, il ne faut pas se prendre les pieds dans la crinoline et tomber, c’est la raison pour laquelle on programme de nombreuses répétitions en costumes avant les spectacles. » Les répétitions sont également fondamentales pour coordonner les vingt danseurs avec les 50 musiciens que compte l’Harmonie municipale d’Ornans.

Louise De Châteaublanc
Samedi 6 janvier à 20h30 et dimanche 7 janvier à 16h au Centre d’animations et de loisirs (CAL), rue de la Corvée, Ornans. 
5€ (gratuit pour les moins de 14 ans). 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here