- Annonce -

Dans le cadre de la Semaine européenne de sensibilisation aux cancers des voies aéro-digestives (VADS), le CHU de Besançon organise une journée de sensibilisation aux cancers de la bouche, de la gorge et du nez, responsables de plus de 1 500 décès par an en France.

Les cancers de la bouche, de la gorge et du nez touchent de plus en plus de femmes et de jeunes patients. D’après le Docteur Mauvais, chirurgien ORL au CHU de Besançon, cela s’explique notamment par « une féminisation du tabagisme dans les années 1980 ». Il précise : « Le tabac et l’alcool sont les principaux facteurs de risques de développer ces cancers. Une mauvaise hygiène bucco-dentaire et les infections par papillomavirus sont également responsables des cancers de la gorge et de l’amygdale. »

« Les pratiques sexuelles ont évoluées. Avec elles, les cancers liés au papillomavirus se sont développés. »

Des cancers liés aux infections par papillomavirus

En effet, ce cancer est lié au papillomavirus qui se transmet par voie sexuelle : « Depuis une quarantaine d’années, les pratiques sexuelles ont évoluées. Avec elles, les cancers liés au papillomavirus se sont développés », explique le Docteur Mauvais.

« Une consultation précoce améliore considérablement la survie des patients »

Responsables de plus de 1 500 décès par an en France, ces cancers présentent néanmoins des taux de guérison élevés à condition qu’ils soient diagnostiqués tôt : « Le taux de guérison augmente si le cancer est diagnostiqué à des stades très précoces. En effet, une consultation précoce améliore considérablement la survie des patients suivis pour un cancer des cordes vocales (entre 90 et 95%). En revanche, si les cancers sont diagnostiqués à des stades avancés, seul un patient sur deux a des chances de guérir. »

Le Docteur Mauvais, chirurgien ORL au CHU de Besançon, insiste sur l’importance d’un dépistage précoce. DR
Le Docteur Mauvais, chirurgien ORL au CHU de Besançon, insiste sur l’importance d’un dépistage précoce. DR

D’où l’importance du dépistage. « À un stade peu avancé, le diagnostic de la maladie passe par un examen attentif de l’ensemble de la muqueuse buccale et de la gorge et l’analyse des prélèvements de la muqueuse », renseigne-t-il. C’est la raison pour laquelle le CHU de Besançon organise pour la cinquième année consécutive une journée de dépistage gratuit et sans rendez-vous ce jeudi 20 septembre.

Le Docteur Mauvais insiste : « Le diagnostic précoce permet de limiter les séquelles des traitements qui impactent la déglutition, l’esthétique, la parole et la respiration. »

L’importance de la consultation si des symptômes persistent au-delà de trois semaines

Il rappelle également l’importance de la consultation en cas de signes d’alerte persistants : « Dès l’apparition de symptômes tels qu’un saignement local non expliqué, une déglutition douloureuse, une modification de la voix, des douleurs ou inflammations de la muqueuse ou encore l’apparition d’une grosseur dans le cou, qui persistent plus de trois semaines, il faut à tout prix aller consulter. »

Dans le Doubs, 80 nouveaux cas de cancers de la bouche, de la gorge et du nez sont diagnostiqués chaque année.

Militine GUINET
Journée d’information et de dépistage des cancers de la bouche, de la gorge et du nez, jeudi 20 septembre au CHU de Besançon. 
De 10h à 12h puis de 13h à 15h.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here