La danse rythmique : une discipline née à Besançon

0
5068
Carole Moyse, professeur de danse rythmique. Une discipline qu'elle a elle-même créée - Crédit photo : Eva Berthelemy
- Annonce -
De la GRS (Gymnastique Rythmique et Sportive), activité sportive devenue olympique, Carole Moyse en est passionnée. Et de cette passion est née sa récente création : la danse rythmique, une discipline encore méconnue.

Gymnaste parisienne – de Créteil – au bon niveau national, Carole Moyse se prend de passion pour la GRS, une discipline sportive proche de la danse classique et de la gymnastique, utilisant plusieurs engins d’adresse. Elle décide alors d’y consacrer sa vie professionnelle. Carole entre en STAPS et passe le concours, non pas du CAPES pour devenir professeur d’EPS, mais celui du professorat de sport afin de dépendre du Ministère des sports. Pendant une quinzaine d’années, elle intègre la Fédération Française de Gymnastique en tant que conseillère technique nationale en GRS. Son but étant de développer des projets, de former des entraîneurs et de développer ce sport de haut niveau dans sa région et en France.

Puis Carole Moyse s’installe avec son mari en Franche-Comté. On lui confie une nouvelle mission : implanter la GRS dans la région, discipline encore trop peu étendue dans cette partie de la France. Mais concilier cette passion à sa toute nouvelle vie de famille ne s’avère pas chose facile. Les multiples déplacements et l’évolution de cette pratique sportive au fil des années ont eu raison de son poste au sein de la FFG : « La GRS a évolué dans un sens qui ne me plaisait plus. Devenue discipline olympique, l’exploit physique et la performance priment sur l’artistique. Les méthodes pédagogiques sont devenues extrêmes », regrette Carole Moyse.

Convaincue que la GRS pouvait exister autrement que rattachée à des organes habituels, tels que les clubs sportifs et la compétition, l’idée de créer une discipline à part entière émerge chez Carole. En tombant sur un local à Home Gallery, au 1 rue Midol à Besançon, cette idée devient réalité. Son parcours polyvalent – parce qu’également diplômée d’une maîtrise de gestion et d’économie – fut le bienvenu dans cette aventure. Elle monte sa société de gestion de locaux, en compagnie d’une première associée, Elodie Langevin, professeur de danse classique aujourd’hui partie pour les Etats-Unis, puis de Cécile Danjou, professeur de danse contemporaine. Ensemble, elles créent une association pour l’organisation de projets communs comme les stages, galas ou spectacles. La Galerie de la Danse a donc ouvert ses portes en septembre 2015. Carole y propose ses cours de danse rythmique au côté de professeurs venant d’univers différents : danse classique, contemporaine, orientale, modern jazz, yoga, pilate… Un vrai succès qui ne se dément pas depuis 2 ans !

Spectacle de fin d’année 2016 – Crédit photo : DR

Et la danse rythmique, c’est quoi ?

Au croisement de la danse et de la GRS, la danse rythmique se base sur la manipulation d’un objet (ballon, cerceau, ruban, cordes mais aussi élastiques, ballon de baudruches, tambourins…), combinée à des pas, définis ou non, le tout en relation avec la musique. Carole Moyse insiste sur l’importance de ce triptyque : « Là, est toute la caractéristique de cette danse. Les pas ne sont pas codifiés, on ne dispose pas d’un répertoire strict. La musique est un réel outil et elle détermine la nature des pas utilisés. L’objet, lui, contraint le mouvement et le déclenche. Évidemment, une base de pas est enseignée mais l’élève peut improviser et s’exprimer en toute liberté. On écoute la musique, on l’analyse, puis s’ensuit une traduction corporelle combinée à l’engin. » Le résultat est surprenant, tout à la fois technique et artistique.

Pour Carole Moyse, « les élèves ne sont pas là pour répéter un geste ». Ils doivent donc laisser libre cours à leur imagination. La pédagogie s’appuie sur le rapport au temps et à l’espace, mais l’aspect émotionnel et l’authenticité de chacun, prend rapidement le dessus. Dès 4 ans, et ce jusqu’aux seniors, la danse rythmique vise avant tout à enseigner la confiance en soi, la persévérance et le développement personnel.

Et parce qu’admirer cette discipline vaut sûrement mieux qu’un long discours, la Galerie de la Danse sera au Petit Théâtre de la Bouloie, samedi 20 mai 2017 à 20h pour une soirée scène partagée.

Plus d'informations sur les tarifs et horaires sur : galeriedeladanse.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here