Le Crédit Agricole à l’épreuve de la démocratie participative

0
1070
La vétusté du bâtiment, datant des années 1970, a conduit le Crédit Agricole Franche-Comté à entreprendre un programme de rénovation d’envergure. La future architecture, plus moderne et actuelle, permettra d’offrir une image dynamique et rajeunie aux portes du centre-ville. © Archi+Tech
- Annonce -
Pour le démarrage du chantier de rénovation du siège social du Crédit Agricole de Franche-Comté, Philippe Maire, responsable du pôle immobilier au Crédit Agricole de Franche-Comté et la Mairie de Besançon, avaient convié habitants et commerçants, Salle Courbet le 24 octobre 2017, pour échanger sur le projet et son impact pour les riverains.

Philippe MAIRE, ses collaborateurs et les acteurs du chantier s’attendaient à une réunion « dynamique »…elle fut presque « dynamite » ! Le plus grand chantier privé de Besançon va redynamiser la boucle à la fin de l’année 2019. Jusque- là, la réhabilitation colossale du seul siège bancaire régional restant en Franche Comté irrite déjà commerçants et riverains.

Le Crédit Agricole de Franche Comté a fait le pari de conserver ses locaux historiques à l’entrée de la boucle, face au « Président », autre immeuble mythique bisontin. Ce choix répond à des exigences commerciales et politiques pour la banque verte : conserver son ancrage territorial essentiel à son image en choisissant un cabinet d’architecture bisontin et en faisant appel autant que possible à des entreprises locales, maintenir dans le cœur de ville les quelques 350 collaborateurs de la banque et ainsi contribuer à l’attractivité commerciale du centre historique de la capitale comtoise.

L’exigence est également environnementale en répondant aux enjeux de la transition écologique et enfin pratique pour les clients et les salariés en offrant un espace d’accueil et de travail alliant l’accessibilité facilitée et les technologies les plus modernes.

Investir 30 millions d’€uros dans un environnement contraint (proximité du tram, rue Courbet au passage très fréquenté entre les quais et la place du marché et des commerces à préserver) nécessitait un débat avec les riverains et les commerçants à l’aube de ce chantier, puisque la mise à nue et le désamiantage ont déjà commencé.

Philippe Maire, Responsable du pôle immobilier au CAFC, entouré de Marie Zehaf, responsable voirie de la ville de Besançon, et à sa gauche, du chef de projet immobilier du CAFC et de Serge Ferrini, architecte bisontin en charge du projet.
De gauche à droite Philippe Maire, Responsable du pôle immobilier au CAFC, accompagné de son chef de projet ainsi que de Serge Ferrini, architecte bisontin en charge du projet.

Cette première étape très impactante pour les riverains et les commerces était l’occasion de réunir tous les acteurs. La discussion, parfois animée, a permis d’affiner les aménagements du chantier pour mieux répondre aux exigences des habitants du quartier. Philippe Maire pour le Crédit Agricole et Serge Ferrini l’architecte, ont été très à l’écoute des pistes d’amélioration. Ils s’engagent à proposer un suivi régulier du chantier en lien avec les associations de commerçants et les riverains.

Il reste que la ville de Besançon est un chantier depuis près de 10 ans : les travaux du tram, le nouveau TCSP, la rénovation du Musée des Beaux-Arts et d’archéologie et maintenant le chantier du Crédit Agricole ont été des handicaps majeurs pour le commerce du centre-ville que la municipalité n’a pas suffisamment évalué selon les commerçants interrogés.

Enfin, il convient de retenir la volonté affirmée de la banque verte de maintenir dans le centre historique un pôle administratif et commercial très important, essentiel pour les commerces de proximité et l’offre de services et de restauration : un chantier à suivre donc mais un chantier pour l’avenir du centre de Besançon !

Y.Q

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here