- Annonce -

Hier matin, un Mirage 2000D qui effectuait un vol d’entraînement à basse altitude, a disparu des écrans radars entre le Doubs et le Jura après son décollage de la base de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle). Des débris ont été retrouvés dans le Jura mais toujours aucune trace de l’équipage.

Le crash de cet avion dans la commune de Mignovillard (Jura) rappelle celui d’un biplace suisse en mai  2015 dont la carcasse avait été retrouvée dans la même zone forestière. L’équipage, pilote et navigateur, du Mirage 2000D dont le plot radar a disparu des écrans alors qu’il survolait le massif jurassien ce mercredi matin, est quant à lui, toujours porté disparu. Il s’agit de deux militaires de la base aérienne 133 de Nancy dont une femme originaire de Clermont-Ferrand.

Aucune balise de détresse détectée

Hier soir, lors d’une conférence de presse donnée à Paris, le porte-parole de l’armée de l’Air, le colonel Cyrille Duvivier a indiqué que les membres de l’équipage n’avaient pas actionné leur radio pour alerter, ni donné de signal d’éjection. En effet, aucune des balises placées sur le siège éjectable qui se déclenchent de manière automatique lors de l’éjection ou que les pilotes déclenchent en arrivant au sol pour être localisés, n’ont pas été activées.

« Nous espérons que nous allons les retrouver vivants. Ils sont à ce stade portés disparus », a ajouté le porte-parole de l’armée de l’Air ce mercredi soir.

Des débris découverts grâce à l’odeur de kérosène

Mercredi midi, le plan SATER, un dispositif qui organise la recherche d’aéronefs civils ou militaire à l’aide de moyens aériens, terrestres ou radioélectriques, a été déclenché. De premiers débris ont été découverts dans le Jura par des pisteurs, guidés par une forte odeur de kérosène. Ces derniers ont immédiatement alerté les secours. Les recherches, qui s’étendent sur plusieurs hectares, se sont poursuivies toute la nuit malgré les chutes de neige et continuent ce jeudi. Près de 150 hommes sont mobilisés.

Sur place, les morceaux d’une combinaison de pilote auraient été retrouvés. Des équipes cynophiles entament désormais les recherches en forêt.

Louise DE CHÂTEAUBLANC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here