« Cœur de Ville » ça commence maintenant !

0
1222
Coeur de Ville Besançon JL Fousseret Sébastien Lecornu
Sébastien Lecornu, Ministre des Collectivités locales et Jean-Louis Fousseret, Maire de Besançon signent la convention "Coeur de Ville" le 18 octobre 2018 ©YQ
- Annonce -

Sébastien Lecornu, ministre chargé des collectivités territoriales dans le tout récent gouvernement de Philippe Edouard, était ce jeudi 18 octobre en Franche-Comté. Après une incursion à Morteau pour le congrès national des élus de montagne, il signait à la Mairie de Besançon la première convention « Cœur de Ville » avec Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon.

« Cœur de Ville » ou comment redynamiser les centres historiques de 222 villes françaises

Le Ministre (ancien élu LR de l’Eure) ne mâche pas ses mots. « Pendant longtemps, l’État a orienté les politiques de la ville vers les quartiers prioritaires, délaissant les cœurs de ville, l’habitat, le patrimoine et les commerces de proximité ».

La richesse d’une agglomération ancienne comme Besançon est faite de son patrimoine architectural qui forme l’histoire en commun des habitants. Le projet « Cœur de Ville » est donc une opération globale englobant les rénovations d’habitats anciens pour y attirer de nouveaux habitants, trouver de nouvelles animations commerciales et culturelles pour y faire venir touristes et consommateurs, accompagner les commerçants dans la transition numérique, équilibrer l’offre commerciale entre le cœur de ville et la périphérie et simplifier les démarches des porteurs de projets. C’est enfin un projet pour équilibrer l’ensemble du territoire autour de la ville-centre.

Un machin administratif ou une innovation technocratique
Coeur de Ville Besançon JL Fousseret Sébastien Lecornu
Sébastien Lecornu, Ministre des Collectivités Locales en compagnie de Jean-Louis Fousseret à la Mairie de Besançon. © YQ

L’État va investir quelques cinq milliards d’euros sur cinq ans dans l’opération « Cœur de Ville ».

Pour Sébastien Lecornu, l’État apporte bien sûr des fonds et surtout l’ingénierie grâce à l’expertise des partenaires au premier rang desquels la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts). « Pour habiller la Ville, l’État joue le maître-tailleur et passe du prêt à porter au sur-mesure », précise le ministre.

La liberté du projet reste à la collectivité et il y aura autant de projets qu’il y a de territoires, en demandant aux administrations le moins de critères contraignants – une révolution dans un pays ultra administré ! Résolument, le ministre prône l’innovation et la liberté des acteurs au plus près du terrain.

Quelle traduction à Besançon ?

Jean-Louis Fousseret a annoncé dès maintenant la mise en œuvre en 2019 de deux fiches-action : la valorisation de la place du 8 Septembre et le jalonnement piétonnier du centre-ville.

À la suite de l’incendie volontaire de l’Hôtel de Ville en 2015, il a été décidé de profiter des travaux de réparation pour refaire les toitures d’un joyau architectural qui date du XVIème siècle, dans l’esprit des palais de la Renaissance italienne. Prévue en mars 2019, la réouverture de l’Hôtel de Ville qui accueillera également les offices de tourisme et du commerce, offrira aux Bisontins une place repensée avec un nouveau mobilier urbain, la suppression de la fontaine actuelle, une réorganisation des terrasses de cafés : faire de la place Saint Pierre le cœur et le poumon de la Boucle dans un budget maîtrisé de moins de 400 000 euros.

La seconde fiche-action concerne la modernisation des signalétiques pour mieux identifier les pôles d’intérêt touristiques et culturels du cœur de l’agglomération bisontine. L’absence de cohérence et d’esthétique de panneaux érigés au fil des années rend un difficile repérage pour les visiteurs et aussi pour les nouveaux habitants du centre-ville que Besançon veut et doit accueillir. Ce projet évalué à 250 000 euros sera réalisé en 2019.

Cela ne va pas révolutionner l’image de Besançon mais contribuera à attirer de nouveaux investisseurs publics et privés et faire du cœur de Besançon un lieu vivant. Le grand chantier de l’opération « Cœur de Ville » de Besançon concernera la réhabilitation de l’habitat ancien dans un secteur sauvegardé (Boucle et Battant), souvent des passoires thermiques où la précarité va de pair avec les problèmes de sécurité.

« Cœur de ville, c’est mettre du cœur dans l’une des plus belles et riches villes de France »

« Cœur de Ville, c’est mettre du cœur dans l’une des plus belles et plus riches villes de France » a conclu Jean-Louis Fousseret en invitant le ministre des collectivités locales à un tour de ville nocturne de la Place Pasteur au pont Battant, et en glissant un œil au musée des Beaux-Arts et d’Archéologie où Sébastien Le Cornu a pu apprécier les superbes toiles de Pierre Bonnard. Le peintre postimpressionniste a effet vécu de nombreuses années à Vernon dans l’Eure, ville dont le ministre fut un temps le Maire avant de rentrer au gouvernement.

YQ  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here