Ce que le CLA a changé dans leur vie

0
683
CLA a changé ma vie besancon
La plupart des étudiants étrangers choisissent Besançon et son CLA pour son excellence mondialement reconnue © Lucie Rubagotti
- Annonce -

En 2018, le CLA (Centre de Linguistique Appliquée) de Besançon fête ses 60 ans. Pour l’occasion, d’anciens étudiants américains, venus étudier au CLA en 68-69, reviennent dans la Boucle et partagent leurs souvenirs sur ce passé universitaire qui les a marqués. Coup d’envoi de l’opération « Le CLA a changé ma vie ».

 « Bienvenue dans votre maison ». C’est sur ces mots que débutent les retrouvailles des anciens élèves du Knox College avec le CLA, 50 ans après leur première venue à Besançon. De 1968 à 1969, Bruce, Ted, Jenny, Connie et les autres, sont venus dans la région pour apprendre ou perfectionner leur français. Tout en redécouvrant la ville, ils ont pu échanger avec la relève, en ce mercredi 23 mai 2018. De quoi partager quelques souvenirs, et de voir, si avec le temps, leur niveau de français est resté intact… ou non !

Une campagne anniversaire : « Le CLA a changé ma vie »

Pour ses 60 ans, le CLA lance son programme « le CLA a changé ma vie ». Avec 10 langues enseignées, le centre accueille chaque année des étudiants du monde entier. Et en soixante ans, cela fait un bon paquet d’histoires.

 « Le CLA est une expérience qui transforme, et qui reste gravée par une rencontre, un attachement à la ville, un moment fort ou même une amitié. Pour fêter notre anniversaire, nous invitons les anciens élèves, anciens professeurs ou familles d’accueil, à nous envoyer photos, vidéos, petits mots en tout genre, pour nous donner des nouvelles et surtout nous montrer l’importance du CLA dans leur vie » explique la direction. Les élèves du Knox College ont donc ouvert le bal.

Un avenir dessiné par le CLA 

Durant cette journée de retrouvailles et de rencontres, les témoignages s’enchaînent. À chacun sa petite anecdote sur la structure qui les a accueillis par le passé, sur la manière dont elle a bouleversé leur carrière, et parfois même leur vie entière. Andrea a pu devenir bibliothécaire, Ted, lui, en plus d’avoir trouvé un travail en Belgique, a aussi rencontré sa femme grâce au français. Il en va de même pour Jenny, qui a travaillé un bon moment en France dans l’informatique.

« Si notre Université a choisi le CLA pour nous apprendre le français, ce n’est pas pour la Citadelle ou Victor Hugo, c’est avant tout pour son excellence. Grâce à cette année passée à Besançon, nous avons tous acquis des bases solides de la langue et de la culture française, des bases déterminantes pour nos vies professionnelles », confie Bruce, ancien élève du Knox College.

Connie, elle, a pratiquement tout oublié du français, mais retient une chose de son année : son émancipation. « C’était une année magique, quand je suis arrivée, je n’étais qu’une jeune fille, et en repartant aux États-Unis, j’étais une vraie femme. Ma vision du monde est devenue nettement plus large, de nouveaux horizons s’ouvraient à moi », explique-t-elle.

Et Besançon alors, ça a changé depuis 1968 ?

L’année 1968. Manifestations et autres grèves coups de poing dans toute la France. La jeunesse est militante, elle s’inscrit dans une révolte aujourd’hui inscrite dans tous les manuels d’Histoire. Mais comment l’ont vécu les étudiants du Knox College ?

CLA besancon
Andrea est devenue bibliothécaire, quant à Connie, même si elle a tout oublié du français, elle garde en mémoire le souvenir d’une année magique © Lucie Rubagotti

« Entre étudiants, le courant passait vraiment bien, on était tous solidaires. Mais certains ne voyaient pas toujours d’un bon œil notre venue en France. Forcément, à cette époque, les États-Unis étaient en pleine guerre du Vietnam ! », confie Connie.

En ce qui concerne la ville et son paysage, beaucoup d’entre eux ne la reconnaissent pas ou presque plus. « Besançon a énormément changé, je ne reconnais pas grand-chose, sauf l’emplacement de la boulangerie où j’allais acheter mes premiers mille-feuilles. J’adore les millefeuilles ! Par contre la ville est plus lumineuse, je ne sais pas si vous avez nettoyé les murs de la ville avant notre venue, mais ils sont nettement plus propres qu’avant ! », plaisante Ted. Des propos rejoints par ses anciennes camarades : Besançon a gagné en lumière ! « Je redécouvre cette magnifique ville ! Quand j’étais étudiant, je ne faisais pas attention à la beauté du centre-ville, et avec le temps, je dois dire que j’apprécie davantage l’architecture bisontine », livre un ancien du Knox College.

50 ans d’amitié

Le CLA, c’est aussi une belle aventure humaine pour les anciens étudiants du Knox College, qui aujourd’hui surfent avec la soixantaine. « Malgré le temps qui passe, la distance entre nous, et nos vies personnelles, nous avons tous gardé contact. Tous les 5 ans, nous organisons une journée retrouvaille avec les anciens de Knox. On attend ce moment avec impatience. C’est une histoire qui dure depuis 50 ans maintenant », explique Ted.

En entendant les témoignages des anciens étudiants du CLA, les élèves actuels ne regrettent pas leur choix d’études. Zaza, étudiante chinoise, arrivée en France il y a 8 mois confirme : « Je le sais déjà, le CLA va changer ma vie ! ». 

Lucie RUBAGOTTI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here