- Annonce -

Le Ministre de l’Intérieur inaugurait ce matin le nouveau commissariat de secteur situé Avenue du Parc à Planoise. La visite sous haute surveillance, s’est déroulée dans un calme à peine troublé par quelques gilets jaunes.

Il était 9h30 ce matin quand Christophe Castaner est arrivé en voiture au commissariat central de la gare d’eau. Un déplacement sous haute sécurité visant à promouvoir la mise en place d’une police de sécurité du quotidien (PSQ). Accueilli par Jean-Louis Fousseret ainsi qu’une délégation d’élus, de policiers et du procureur de la république de Besançon, il a tout d’abord visité les locaux et le centre de vidéo-surveillance avant de rejoindre Planoise pour l’inauguration du commissariat de secteur.

Planoise Besançon Castaner Fousseret
Le ministre de l’Intérieur attentif aux explications des policiers du commissariat de la gare d’eau ©YQ
Planoise Castaner Fousseret Besançon
Visite de la salle de vidéo-surveillance du commissariat de la gare d’eau ©YQ

En milieu de matinée, Christophe Castaner s’engouffre dans un tramway. Direction Planoise et la Place Cassin. « J’ai pu discuter avec des habitants dans le tram, c’était intéressant » observe le ministre ! Sauf que la rame ne prenait pas de voyageurs autres que le ministre, les officiels, la presse et les forces de l’ordre. Pendant ce temps, la police interpellait cinq manifestants pour outrage et rébellion à proximité du pont Canot. Besançon était quadrillée « grand format ».

Planoise Besançon Castaner Fousseret
Promenade en tram pour Christophe Castaner « sous haute sécurité » ©YQ

Arrivé Place Cassin jour de marché. Christophe Castaner s’est promené dans Planoise, discutant paisiblement avec un marchand de primeurs, un buraliste ou des retraités. A la sortie de l’Intermarché, un couple se met à crier à la dictature. On entend quelques opposants très rapidement éloignés de la délégation.

Planoise Besançon Castaner Fousseret
Promenade dans les rues de Planoise pour Christophe Castaner ©YQ
Planoise Castaner Besançon Fousseret
Christophe Castaner s’est prêté aux selfies avec les habitants de Planoise ©YQ

La déambulation, puisque c’est dorénavant le vocabulaire macronien, s’est déroulée dans le calme. Le Ministre s’est prêté de bonne grâce au jeu des selfies avec les habitants tout en stigmatisant certains gilets jaunes. « J’ai croisé quelques abrutis qui pensent que s’opposer à la police est un acte militant. J’ai aussi rencontré des habitants du quartier qui sont rassurés de voir plus de police à Planoise ».

Aucun quartier, aucune rue, aucune cage d’escalier ne doit être à la merci des caïds

Planoise est l’un des quinze premiers quartiers de reconquête républicaine. Effet du hasard, ce sont quinze nouveaux policiers directement affectés en permanence au quartier. « C’est une police de terrain, qui connaît les lieux, qui est connue et reconnue par les habitants. Aucun quartier, aucune rue, aucune cage d’escalier ne doit être à la merci des caïds », a poursuivi le Ministre de l’Intérieur.

Après avoir coupé le ruban symbolique de l’inauguration du commissariat de quartier et félicité Jean-Louis Fousseret pour son soutien sans faille à Emmanuel Macron depuis le premier jour, le Ministre a souligné l’importance de l’éducation et de la culture pour restaurer la sécurité. « Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education Nationale, est le meilleur ministre de l’Intérieur. Mais ses résultats seront visibles dans dix ans. D’ici là, la reconquête républicaine doit se faire avec « du bleu » et aussi de la culture et de l’éducation. C’était une bonne initiative de clôturer ma visite par le théâtre de l’Espace au cœur de Planoise ».

« Quand on habite dans un quartier sensible, rêver n’est pas toujours facile à cause du sentiment d’insécurité » (Christophe Castaner)

Planoise Castaner Fousseret Besançon
Christophe Castaner répond à la polémique sur les LBD ©YQ

La question des Lanceurs de Balles de Défense (LBD) a fait, à Besançon, l’objet d’une polémique importante dont le Professeur Thines, chef de service de neurochirurgie au CHRU de Besançon s’est fait le relais. « Il ne faut pas inverser la charge de la preuve. Je ne connais pas de policiers ou de gendarmes qui attaquent les manifestants. Le LBD est une arme qui peut être dangereuse, si on ne respecte pas sa doctrine d’emploi. Si on devait les supprimer, les forces de l’ordre n’auraient plus que le contact physique et les armes de poing, une escalade dangereuse dans la violence », a conclu le Ministre de l’Intérieur.

Une petite collation à la Brasserie de l’Espace est venue clôturer la visite gouvernementale. 13h, Christophe Castaner monte dans sa voiture. Un timing impeccablement respecté.

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here