- Annonce -

Chaque année, lors du carnaval, les confettis se répandent sur la ville. Après la parade, ils jonchent les rues bisontines et forment un parterre de points multicolores. Pourtant, seulement quelques heures après la fête, les stigmates disparaissent et les trottoirs retrouvent leur propreté habituelle. Envolés ? Cachés dans les fonds de poches ou dévorés par les oiseaux ? Que deviennent les confettis ?

Pour le savoir, il faut se tourner vers le service voirie et propreté de la Ville de Besançon qui emploie une centaine de personnes. Tags, déchets, débris, affiches sauvage… Rien ne résiste à ces agents qui œuvrent quotidiennement et sept jours sur sept, dans l’ombre. Objectif ? Effacer les traces des rues parfois mises à mal par les habitants. Même combat pour les confettis et les serpentins du carnaval.

nettoiement confettis carnaval besancon
Chaque année après le carnaval, les agents du service propreté et voirie de la Ville s’affairent pour ramasser les confettis. © Raphaël Bertschy
« Les confettis, c’est toujours compliqué à nettoyer »

17 heures ce dimanche. La parade de chars vient à peine de s’achever. Commence alors un balai harmonieux de souffleuses et de balayeuses. Didier Tournoux, chef du service voirie et propreté de la Ville s’inquiète : « Les confettis, c’est toujours compliqué à nettoyer. Ils s’infiltrent dans les pavés, sous les portes, volent sur les balcons… On en retrouve toujours. Parfois, même plusieurs mois après l’évènement.»

carnaval besancon confettis
Les confettis s’infiltrent partout. Photo d’archives / Anthony Humbert
Parcours, buissons, trottoirs : rien n’est laissé au hasard

« Le carnaval se prépare des mois à l’avance. On travaille avec les associations qui l’organisent, la mobilité, les services techniques, la préfecture ou encore la police municipale puisque la circulation est coupée dans les rues où nous intervenons. Nous réfléchissons tous ensemble. On anticipe les contraintes… Il faut étudier le parcours car certaines machines ne vont pas sur les trottoirs, s’il y a des buissons, on va décider d’utiliser des souffleuses… Il faut aussi vérifier que tout le matériel fonctionne en amont. Bref, c’est bien plus que le simple fait de ramasser des confettis », explique le chef.

« Le mode opératoire varie en fonction de la météo »

Même lorsque l’organisation de l’opération est parfaitement maîtrisée, éliminer ces petits morceaux de papier n’est pas une mince affaire. « Le mode opératoire varie en fonction de la météo. C’est l’un de nos outils de travail. En effet, les confettis ne s’enlèvent pas de la même manière par temps sec ou par temps pluvieux. Les engins ne sont pas les mêmes non plus. Le vent fait aussi partie de nos critères pour décider des machines employées. Par beau temps, on va utiliser des souffleuses. »

Pluie. Confettis. Pluie de confettis. C’est bien joli mais ça colle tout ça. « La pluie ne nous facilite pas du tout la tâche. On opte pour des balayeuses et des laveuses réglées à une puissance conséquente pour aspirer les confettis collés », avise Didier Tournoux.

nettoiement confettis carnaval besancon
Pendant cinq heures, une dizaine d’agents de la Ville ont traqué les confettis récalcitrants. © Raphaël Bertschy

En tout, trois balayeuses sont utilisées, l’une passe dans toutes les rues du défilé. Les deux autres se partagent le parcours. « Avec la fête de la musique, les soirs de matchs ou encore les braderies commerçantes, le carnaval mobilise de nombreux agents », précise Alain Couturet, chef de secteur. Pendant ce temps, une dizaine d’agents s’affairent pour évacuer les confettis. « Le but du jeu est d’aller vite. Plus nous intervenons tard, plus les rues restent fermées et les bus et les trams perturbés… »

12 mètres cube de confettis

Pendant cinq heures, hommes et machines se relaient. « La pluie a compliqué le travail. Les confettis se sont collés au mobilier urbain qu’il a fallu laver après le passage des machines. Cela représente le double de travail », indique Alain Couturet. 12 mètres cube de confettis ont été recueillis. Direction l’incinérateur.

nettoiement confettis carnaval besancon
© Raphaël Bertschy

« On ne plaisante pas avec la propreté d’une ville »

Terminé ? « On reste très attentifs les jours qui suivent. Le lendemain matin, on inspecte les recoins pour ramasser ce qui a pu trainer ou ce qui a pu tomber des balcons. En plus du circuit, on s’occupe aussi de la cour du musée du Temps qui a accueilli les fanfares tout le week-end. »

Didier Tournoux l’assure : « Ce sont des évènements qui demandent beaucoup de travail et de rigueur. Et on ne plaisante pas avec la propreté d’une ville, c’est un aspect très important en termes d’image et d’attractivité. »

Militine GUINET

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here