La braderie divise les commerçants de la ville

0
1285
braderie
En brassant 80 000 personnes en deux jours, la Grande Braderie de Besançon est la cinquième braderie de France - © DR
- Annonce -
Organisée par l’Union des commerçants de Besançon (UCB) et la Ville de Besançon, la Grande braderie d’été se déroule vendredi 7 et samedi 8 juillet 2017 dans les rues du centre-ville. Dans le cadre du plan Vigipirate, la sécurité autour de l’évènement est renforcée.
Vêtements, chaussures, saucissons, coussins artisanaux... une grande variété de produits seront bradés ce week-end - DR
Vêtements, chaussures, saucissons, coussins artisanaux… De nombreux produits seront bradés ce week-end – DR

Pour sa première braderie en tant que présidente de l’Union des commerçants de Besançon (UCB), Cécile Girardet, élue en avril 2017, attend les visiteurs nombreux : « C’est un grand événement de la vie du centre-ville. On espère que les visiteurs seront au rendez-vous surtout avec cette météo et le début des soldes qui devraient attirer la foule. »
Rendez-vous très attendu des Bisontins, la braderie permet en effet de vider les stocks en attendant les nouvelles collections. D’ailleurs, de plus en plus d’enseignes y participent comme les Galeries Lafayette ou les boutiques du centre commercial des Passages Pasteur.

Cette année, 400 exposants sédentaires et non sédentaires seront installés au coeur du centre-ville. Les clients avides de bonnes affaires devraient donc affluer en masse. Pour garantir la sécurité de tous dans le cadre du plan Vigipirate, un dispositif de sécurité particulier a dû être mis en place.

Assurer la sécurité des visiteurs, un enjeu primordial

« Ce plan a été validé par la Préfecture de Besançon et prévoit un périmètre d’accès à la braderie limité par rapport aux années précédentes », indique Cécile Girardet. En effet, l’ensemble du périmètre de la braderie sera sécurisé par la Police Municipale et la Police Nationale, et le centre-ville de Besançon (boucle) sera fermé à la circulation : « Des plots en béton seront installés et des camions, prêtés par le concessionnaire Espace 3000, stationneront aux entrées des rues pour bloquer l’accès », renseigne-t-elle.

Des pancartes pour avertir des mesures de sécurité ont été disposées aux abords du périmètre de la braderie dans le cadre du plan Vigipirate – © : M. Guinet

Des patrouilles régulières seront également effectuées par les militaires de l’opération sentinelle et des gardiens de sécurité procèderont à des fouilles de sacs aux entrées. D’ailleurs, les autorités recommandent aux visiteurs de ne pas déambuler sur le parcours de la braderie avec des valises, des sacs de voyage ou des sacs encombrants. Autre mesure : les brocanteurs seront installés rue Morand et non rue Proudhon comme les années précédentes. Enfin, des panneaux Vigipirate seront disposés aux abords du site. « En tant qu’organisateurs d’un évènement comme la Grande braderie, assurer la sécurité des visiteurs est un enjeu primordial », ajoute la présidente de l’UCB.

Des places de parking également bradées

Pour faciliter l’accès des automobilistes au centre-ville, les parkings relais Ginko ainsi que le ticket de tram’ seront gratuits pour les occupants des véhicules (jusqu’à sept personnes par voitures). Les tarifs des parkings Beaux-arts, Chamars et Pasteur seront quant à eux réduits de moitié de 11h à 19h. En revanche, des déviations sont à prévoir pour les lignes de bus. Les informations détaillées et les itinéraires précis sont renseignés sur le site www.ginko.voyage.

Des points de vue divergents sur les retombées de la Grande braderie

Si l’évènement est toujours très attendu des consommateurs bisontins, la braderie soulève pourtant des avis partagés du côté des commerçants.

« Je ne sais pas à quoi sert l’Union des commerçants ! », Catherine Tercieux, gérante de la boutique « Nous, les filles », située rue Luc Breton – Crédit photo : Militine Guinet
« On fait moins de chiffre d’affaires que lors d’un samedi piéton », s’étonne Valérie Troncin, responsable de la boutique Freman.T.Porter, rue des Granges – © Militine Guinet
« La Grande braderie est une occasion en or pour vider les réserves », confie Sophie Duroy de la boutique La serviette à pois, au 99 Grande Rue – © Militine Guinet

 

 

 

 

 

 

 

Commerçante depuis plusieurs décennies à Besançon, Catherine Tercieux, de la boutique « Nous, les filles », dénonce des prix de location d’emplacements trop élevés : « Les clients apprécient la braderie, l’idée est plutôt sympa puisque ça attire du monde au centre-ville. Néanmoins, les exposants itinérants font beaucoup de mal aux exposants sédentaires. En effet, chaque année, nous louons l’emplacement qui se situe devant nos boutiques pour être visibles auprès des visiteurs, mais, on ne rentabilise jamais le prix de la location du stand. Il faudrait songer à une braderie 100% commerçants bisontins… »

Avis mitigé sur la braderie du côté de la rue des Granges. Responsable de la boutique de prêt-à-porter Freeman.T.Porter, Valérie Troncin regrette que tous les produits soient mélangés : « On trouve du saucisson au milieu des vêtements, c’est un peu dommage, ils devraient organiser sous forme de pôles dédiés à chaque catégories de produits. »
Autre point noir : le manque de visibilité des commerçants sédentaires cachés par les stands des vendeurs itinérants : « Une braderie organisée seulement avec les commerçants sédentaires de Besançon serait davantage bienvenue. D’autant plus que la braderie constitue un chiffre d’affaires plus faible que lors d’un samédi piéton. Il faudrait peut-être revoir le concept. »

Pour Sophie Duroy qui tient la boutique « La serviette à pois », « les commerçants ne peuvent pas se passer de la braderie ». Si l’évènement nécéssite beaucoup d’organisation, la commerçante avoue qu’il s’agit d’une « occasion en or pour vider les réserves ». D’ailleurs, elle confie réaliser un important chiffre d’affaires lors de ces journées.

« Si on décidait d’arrêter la braderie, nombreux seraient les commerçants à râler », imagine Pierre Bouvier, ancien président de l’Union des commerçants de Besançon (UCB) et responsable du magasin de jouets en bois, La Paillotte, situé dans la Grande Rue – Crédit photo : Militine Guinet

Pierre Bouvier, ancien président de l’Union des commerçants de Besançon (UCB) et responsable du magasin de jouets en bois, La Paillotte, se positionne en faveur de l’organisation de braderies commerciales au centre-ville : « Certains commerçants se plaignent mais, si la Grande braderie est maintenue c’est parce qu’elle brasse du monde. De plus, l’événement fait vivre le centre-ville et est très apprécié des habitants de Besançon mais pas seulement : des gens viennent des départements voisins pour faire un tour et profiter des bonnes affaires ». Il s’étonne également de ce rejet de la braderie de la part de certains commerçants : « La braderie est un commerce, nous sommes des commerçants, si certains n’ont pas envie de faire de commerce, qu’ils changent de métier ! ».

Militine GUINET

Centre-ville de Besançon : vendredi 7 et samedi 8 juillet 2017 de 9h à 19h.
Programme sur www.commercants-besancon.com

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here