- Annonce -

Avec les automobilistes, les commerçants ont été les premiers impactés par la journée de mobilisation du samedi 17 novembre. Les zones commerciales de Chateaufarine et d’École-Valentin ont particulièrement été touchées.

Images assez rares. Le parking de la galerie Chateaufarine était quasi désert ce samedi dans la matinée. Victimes du barrage de gilets jaunes installé au rond-point de la zone commerciale, les commerçants ont enregistré des baisses de chiffre d’affaires record. Un phénomène qui survient à quelques semaines de Noël…

gilets jaunes blocage Besançon
La zone commerciale de Chateaufarine ce samedi en milieu de matinée. © YQ

« On n’a vu personne aujourd’hui. On n’a même pas réalisé 4% de notre chiffre. Avant Noël, c’est un vrai manque à gagner », déplore la vendeuse d’une grande enseigne de vêtements pour femmes située dans la galerie. Pour cause, les allées du centre commercial sont presque vides. À l’extérieur, les boutiques dressent le même bilan négatif.

Un manque à gagner avant les fêtes de fin d’année

« La fréquentation est en berne, les seuls clients que nous avons accueillis sont ceux qui ont pu venir à pieds. Tout est bloqué, on perd un gros samedi de l’année », explique le vendeur du magasin Cultura.

Fortement impactés, l'ensemble des commerçants déplorent un manque à gagner conséquent à quelques semaines de Noël. Photo d'illustration
Fortement impactés, de nombreux commerçants déplorent un manque à gagner conséquent à quelques semaines de Noël. Photo d’illustration

« On espère que le manque à gagner se rattrapera le week-end prochain avec les promotions du Black Friday. »

Même refrain du côté de la restauration rapide. Les restaurants McDonald’s et Burger King, à proximité du barrage, ont tous les deux constaté une baisse significative de la fréquentation et de leurs bénéfices.

« Par rapport à samedi dernier, notre chiffre d’affaires affiche 80% en moins », indique un employé du fast-food Burger King, lequel a ouvert il y a tout juste un an.

La pilule a moins de mal à passer dans ce magasin de jouets. La Grande Récré est situé juste en face du barrage de Chateaufarine. Malgré une fréquentation quasi nulle, le gérant reste confiant. « Avant les fêtes, c’est déplorable mais les clients semblent avoir anticipé en effectuant leurs achats la veille. On espère que le manque à gagner de ce samedi se rattrapera le week-end prochain avec les promotions du Black Friday. Il faut rester positif. Nous craignions surtout la casse et les violences mais tout semble s’être déroulé dans un esprit plutôt bon enfant ici. »

90% de chiffre d’affaires en moins

Quelques kilomètres plus loin, à École-Valentin, la journée s’est déroulée au ralenti pour les commerçants. Le responsable de Maxi Toys, un autre magasin de jouets, prisé pour effectuer les achats de Noël en cette période, chiffre l’impact : « On a perdu 90% du chiffre d’affaires en une journée. C’est une catastrophe. »

La vendeuse d’une parfumerie confirme : « Dans la galerie, il n’y a aucun caddie, personne n’est venu faire ses courses aujourd’hui. Les rassemblements font beaucoup de mal aux commerces. En ce qui nous concerne, en une journée, nous avons à peine fait le chiffre que nous réalisons en trois heures un samedi matin habituel… »

Militine GUINET

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here