Bilan positif pour les soldes d’été

0
553
Après six semaines de petits prix, les soldes d’été viennent de s’achever. © M.G.
- Annonce -
Apparus au XIXe siècle grâce à Simon Mannoury, fondateur du magasin parisien Le Bon Marché, les soldes suscitent bien des débats : attendus ou pas, réussis ou pas… Bref, avec la fin des soldes d’été, l’heure du verdict a sonné pour les commerçants bisontins. Pour la majorité d’entre eux, le constat est plutôt positif.

« Les températures caniculaires et les touristes ont vraiment boosté les ventes », assure Marilyn Eplenier, responsable du magasin Chantal Boutique dans la Grande Rue. « Les premiers jours de soldes ont démarré très fort. En revanche, il serait plus judicieux de raccourcir la période car nous avons vu moins de monde sur les deux dernières semaines du fait des départs en vacances. »

Un panier moyen de 80€

Chez Miaou, boutique de prêt-à-porter féminin située rue des Granges, on se réjouit d’avoir « bien travaillé » notamment avec un « excellent démarrage ». Avec un panier moyen de 80 euros par cliente, la responsable a de quoi dresser un bilan positif.

« Les premiers jours de soldes ont démarré très fort", assure Marilyn Eplenier, responsable du magasin Chantal Boutique © M.G.
« Les premiers jours de soldes ont démarré très fort », assure Marilyn Eplenier, responsable du magasin Chantal Boutique © M.G.
Un démarrage en trombe

Même constat côté lingerie : « Nous avons fait un bon mois de juillet, d’autant plus que nous ne proposions pas de ventes privées alors les clientes se sont fait plaisir dès les premiers jours », déclare Juliette Legros, responsable de la boutique de dessous Juliette. Si les voyants sont au vert côté chiffre d’affaires, la commerçante déplore cependant une baisse de la fréquentation lors des dernières semaines. « Les soldes ont été décalés d’une semaine, à cette époque les clients partent en vacances, nous avons vu moins de monde sur la fin. »

Un centre-ville désert faute de stationnements gratuits

Pour certains commerçants de la ville, la faible fréquentation des dernières semaines s’explique également par le coût des places de stationnements… « Se garer en ville est devenu tellement difficile que les clients vont dans les zones comme Châteaufarine où le parking est gratuit et illimité. Aujourd’hui, nous avons des clients qui se privent d’essayer une paire de chaussures de peur de se prendre un PV », s’agace un commerçant de la Boucle. « On ne trouve plus que des franchisés », déplore une cliente, « la Ville ne fait pas ce qu’il faut pour conserver les indépendants et attirer la clientèle au centre-ville ».

Pourtant, trois quarts des Français dont 81,6% des femmes et 68,9% des hommes auraient participé aux soldes d’été selon un sondage Toluna réalisé pour le magazine LSA.

Un achat sur cinq effectué sur Internet

Pour l’une des commerçantes, internet contribue également à la désertification des boutiques du centre-ville. En effet, aujourd’hui, un achat sur cinq est effectué en ligne. « Je commande mes articles et je les reçois directement chez moi, cela m’évite de me déplacer. En plus de cela, c’est rapide et parfois, je bénéficie de réductions supplémentaires et très avantageuses », indique une jeune cliente.

La faute aux ventes privées

Enfin, d’autres rejettent la faute sur les ventes privées et autres promotions récurrentes dans l’année : « Les soldes ne suscitent plus autant d’engouement qu’avant compte tenu du fait que les clients jouissent régulièrement de promotions ». Pour Juliette Legros, responsable de la boutique de lingerie (Juliette), moduler le système des soldes serait une bonne idée : « raccourcir la période ou l’avancer pour qu’elle ne tombe pas pendant les départs en vacances permettrait aux commerçants de doper leurs ventes ».

Militine GUINET

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here