Besançon retrouve son hôtel de ville après 4 ans de travaux

0
417
Hôtel de Ville Besançon
La façade et les toitures enfin restaurées de l'hôtel de Ville de Besançon après 4 ans de travaux ©YQ
- Annonce -

25 juin 2015, il est midi, des flammes immenses ravagent le rez-de-chaussée de l’hôtel de Ville Place du Huit Septembre. Ce 4 mai 2019 à 11h, le Maire Jean-Louis Fousseret inaugurait le bâtiment restauré, édifié au XIVème siècle et classé monument historique.

Cet hôtel de Ville a joué un rôle important dans l’histoire de Besançon. Jusqu’à la conquête française de 1674, Besançon était une ville libre impériale gouvernée comme un petit Etat dans l’empire des Habsbourg. Situé entre l’église Saint-Pierre et le Palais de Justice, ce magnifique édifice modifié et agrandi entre 1569 et 1573 est un joyau d’architecture d’influence florentine.

Hôtel de Ville Besançon Charles Quint
Charles Quint retrouvera-t-il sa place au centre de Besançon ©YQ

Une grande niche à droite du portail principal abritait depuis 1567 une statue de Charles-Quint qui donna ses périodes de gloire à Besançon sous l’autorité des Granvelle. Cette statue a été fondue en 1792, aux premières heures sombres de la Terreur. Aujourd’hui, de nombreuses voix s’élèvent pour rendre à Charles-Quint une place de choix au centre de la ville. Les prochaines échéances municipales seront peut-être l’occasion d’offrir à l’empereur une statue à la dimension de son rôle dans l’essor de la ville.

Une restauration exemplaire

Sous la maitrise d’ouvrage de Pierre-Yves Caillault, architecte en chef des monuments historiques, la restauration de la façade a été complétée par la rénovation de toutes les toitures, et en particulier en ôtant ces lucarnes qui enlaidissaient la façade. Elles ont été remplacées harmonieusement par quelques « chiens-assis ». Le grand portail à deux vantaux a été réinventé, il avait disparu dans les années 70.

Hôtel de Ville Besançon
Une partie du rez-de-chaussée éclairée par les superbes lustres. Quel accueil pour les touristes ©YQ

Mobilier, décors, peintures ont été restaurés. 4 magnifiques lustres provenant de l’église Saint-François-Xavier ornent le rez-de-chaussée comme les banquettes dites de Versailles, partie du mobilier du château commandé par Louis-Philippe sous la restauration.

« La Nation, la Loi »

A l’étage, la galerie des maires offre l’histoire des premiers magistrats de la ville depuis la Révolution. République oblige, le grand cartouche au-dessus du portail porte les mots « la Nation, la Loi ». A l’origine, la constitution de 1791 prévoyait « la Nation, la Loi et le Roi ».

Hôtel de Ville Besançon
Joël Mathurin préfet du Doubs et Jean-Louis Fousseret Maire de Besançon ©YQ

Les quatre années d’études et de travaux auront coûté 2,6 millions d’euros dont près de 1 million pour la toiture et le ravalement extérieur. 1 200 m² d’échafaudages ont été nécessaires pour installer les 860 m² de petites tuiles. Les compagnies d’assurances, suite au sinistre de 2015, ont versé 1,3 millions d’euros d’indemnités.

Un office du tourisme à la hauteur des riches heures de Besançon
Hôtel de ville Besançon tourisme et congrès
L’accueil de l’office du tourisme et des congrès de Besançon ©YQ

Le rez-de-chaussée est entièrement dédié à l’office du tourisme et des congrès, à l’office municipal du commerce et au Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) existant au même lieu depuis près de 20 ans et si peu connu des bisontins et des touristes. L’étage est consacré à la salle du conseil municipal, la salle des Pas-perdus, celle des mariages et la galerie des maires. Dans quelques semaines, la grande fontaine de la place du Huit-Septembre aura disparue pour offrir à la belle saison des terrasses agréables et ombragées, un brumisateur et un arrêt de bus repensé pour la circulation des piétons sur la place et un confort d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

Hôtel de Ville Besançon
le bureau d’apparat du maire de Besançon, un tableau d’Isenbart et la reproduction du taureau d’Avrilley ©YQ

Et pour conclure l’inauguration de ce haut lieu bisontin, c’est le préfet du Doubs Joël Mathurin qui aura su faire vibrer le cœur avec cette citation de Viollet-le-Duc, l’architecte du patrimoine qui sauva tant de monuments au XIXème siècle « Lorsque je me trouve seul, alors, en face de mes piliers, mes murs et mes corniches alors je laisse tomber sur ces pierres muettes un regard d’amour ».

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here