Besançon : de nouvelles implantations sur Temis

0
1051
DECA BFC INCUBATEUR TEMIS BESANCON
Jean-Charles Amrane (Trendy Elements), Dan Nita (Polycaptil), Jean-Louis Fousseret (Président de Grand Besançon), Bénédicte Magerand-Blondeau (DECA BFC), Dominique Schauss (Vice-Président Grand Besançon, en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche) - Crédit photo CD
- Annonce -

Polycaptil, Trendy Elements et USIGEP, trois entreprises innovantes, ont intégré ces derniers mois la technopole Temis à Besançon. L’occasion pour Jean-Louis Fousseret, Président du Grand Besançon, de saluer cet élan bâtisseur, nouveau cycle de transformation industrielle et économique, porté par les entreprises et les centres de recherche autour des pôles du luxe, de l’aéronautique et des industries du futur.

Vingt ans après sa création, au coeur de plus de 70 hectares de prairies, la technopole de Temis s’étend sur 122.000 m2 et accueille aujourd’hui une centaine d’entreprises qui se démarquent dans des secteurs à forte valeur technologique. Au cœur de la première région industrielle de France, entreprises, centres de recherche et laboratoires développent sur TEMIS leurs savoir-faire et leurs applications dans les secteurs à forte valeur technologique : billettique, horlogerie, luxe, optique, biomédical, instrumentation, aéronautique, spatial, horlogerie, luxe, smart system, industrie 4.0, instrumentation chirurgicale.

Fraîchement installés, Polycaptil, Trendy Elements et USIGEP, ont investi leurs nouveaux locaux pour répondre à des besoins de développement prometteurs. Avec Temis Santé, installé sur 120 hectares, Besançon accentue son rôle de capitale des micros et nanotechnologies et de capitale du bio médical et de l’immunothérapie.

POLYCAPTIL  l’excellence franc-comtoise
Les nouveaux locaux de Polycaptil sur 1200 m² à TEMIS Innovation
Les nouveaux locaux de Polycaptil implantés sur 1200 m² à TEMIS Innovation

L’entreprise de Mécatronique (l’alliance de la mécanique, de l’électronique et de l’informatique) créée en 1991, s’implante à TEMIS Microtechniques sur 1200m² pour accueillir les 14 ingénieurs et techniciens spécialisés dans l’étude et la fabrication de solutions industrielles à base de cartes électroniques. « Nous avons choisi Temis car c’est l’endroit où il faut être. La technopole est aujourd’hui reconnue internationalement« , déclare Etienne Lotz de la société Polycaptil.

Capables de développer un insufflateur électronique pour le CHRU Jean Minjoz dans les cas de détresse respiratoire, mais également de produire des automates de distribution de plateaux de cantine, l’entreprise bisontine est volontairement ancrée dans son territoire après avoir racheté FCE  (Franche-Comté Eprom), spécialisée dans la fabrication de cartes électroniques depuis 26 ans dans la petite commune de Guyans-Vennes dans le Haut-Doubs.

robe mariée kate midlleton polycaptil
La numérisation des métiers à tisser a participé au renouveau de la dentelle de Calais – DR

Leader mondial des solutions électroniques dans la sidérurgie, Polycaptil offre aussi son expertise dans le monde du luxe. La société a largement participé au renouveau de la dentelle de Calais en proposant des cartes électroniques adaptées à des machines datant du 19ème siècle.

Cette technologie permet ainsi de réduire les délais de fabrication de 3 mois à 3 jours en remplaçant par une carte électronique, 70 kgs de cartons perforés. « Nous sommes les seuls sur le marché à produire un tel équipement« , confie Etienne Lotz.

C’est ainsi que la robe de mariée de Kate Middleton, épouse du Prince William, mais également celle d’Amal Clooney, ont été élaborées grâce à Polycaptil, une entreprise gourmande d’innovation qui a trouvé à TEMIS une « cuisine » à sa mesure.

TRENDY ELEMENTS : l’horloger fête ses 20 ans dans 900 m² nouveaux
TRENDY ELEMENTS va prendre possession de 900 m² de nouveaux locaux - photo Jacques Varlet
TRENDY ELEMENTS va prendre possession de 900 m² de nouveaux locaux – photo jack varlet

Créateur, distributeur, spécialiste du service après-vente pour le compte de marques de montres sous licences (Lulu Castagnette, Superdry, freegun, Lee Cooper…), l’entreprise bisontine de 15 salariés avait besoin de plus d’espace pour assurer son développement et accueillir de nouveaux collaborateurs. « Nous avons de nouveaux clients et des salariés supplémentaires. Il nous fallait plus de surface pour le stock, mais aussi pour les bureaux afin que personne ne se sente à l’étroit« , explique Jean-Charles Amrane patron de Trendy Elements. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi la technopole de TEMIS, haut lieu de l’excellence horlogère, pour s’installer et agrandir son exploitation.

USIGEP un spécialiste de la pièce unique
USIGEP, 850m² pour accueillir les 8 salariés de l'entreprise
USIGEP, 850m² pour accueillir les 8 salariés de l’entreprise – Crédit agence JC Auge

Sous-traitant en usinage de sous-ensembles, UGISEP conçoit et fabrique des pièces métalliques uniques ou en très petite série pour le compte de l’horlogerie, la joaillerie et certains dispositifs médicaux. Initialement implantée sur deux sites, la jeune société souhaite proposer sur 850 m² à TEMIS, un lieu de travail attractif pour ses futurs collaborateurs. Eric Pillot, son gérant, compte ainsi redonner aux jeunes, le goût de l’industrie mécanique, pôle d’emplois des métiers du futur trop souvent délaissé par les enfants et les parents.

L’univers du luxe poursuit ses implantations bisontines. De nouvelles marques prestigieuses rejoindront prochainement Breitling et Audemars Piguet sur le parc technologique, redonnant à Besançon son identité horlogère historique.

DECA BFC Incubateur d’entreprises
Bénédicte Magerand-Blondeau DECA BFC TEMIS incubateur
Bénédicte Magerand-Blondeau, directrice de DECA BFC, el nouvel incubateur de jeunes talents. Crédit CD

Centre d’études, de recherches et d’innovation technologiques, TEMIS accueille depuis quelques semaines DECA BFC, une structure publique dédiée à l’accompagnement des créations d’entreprises sur l’ensemble de la grande région. Bénédicte Magerand-Blondeau, sa directrice, a pris ses marques depuis le mois de janvier, dans un premier temps à Besançon, puis sur Dijon et le Nord Franche-Comté, dans la seconde phase de déploiement.

La relance – après une fermeture en 2017 – d’une activité d’incubation de projets de création d’entreprises et d’activités innovantes s’inscrit dans la politique de soutien à l’innovation que le Grand Besançon déploie depuis 2005. En effet, les établissements d’enseignement supérieur de la région constatent fréquemment l’attrait des étudiants à « créer leur boîte » autour d’un concept novateur. DECA BFC entend se placer entre les « juniors entreprises » et les pépinières d’entreprises. A mi-chemin de la création, la structure publique veut ainsi offrir aux créateurs une réponse à la triple équation : l’idée originale, l’équipe et le financement.

Il est à souhaiter que cette énième « machine administrative » conserve toute l’agilité nécessaire pour porter des projets réellement innovants provenant de jeunes talents et pas seulement de répondre aux envies politiques.

YQ

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here