- Annonce -

Pour sa première édition, le forum de l’innovation sociale a mis l’accent sur l’alimentation et la nourriture. Le point d’orgue sera une grande rencontre ouverte à tous les publics le 11 mars au Kursaal de Besançon à partir de 13h30.

Depuis le samedi 9 février, quatre « battle-food » ont opposé huit cuisiniers et cuisinières amateurs autour des produits locaux des marchés de la place de la Révolution, de Saint-Ferjeux, de la Place Cassin et celui de Palente. À l’issue de ces quatre compétitions, cinq finalistes ont été retenus pour élaborer un plat dans le cadre de l’école de Thierry Marx Cuisine Mode d’Emploi.

Cuisiner au lieu de consommer

C’est le propos de Danièle Dard, première adjointe à la mairie de Besançon et présidente du CCAS. L’objectif affiché du CCAS de Besançon est d’inciter les familles en difficulté à réapprendre le goût de cuisiner des produits locaux sains et moins chers : c’est bon pour la santé, pour le portefeuille et pour la planète !

L’aide alimentaire est l’un des piliers du CCAS auprès des plus démunis. Et plutôt que de faire de la distribution alimentaire un simple service social, l’engagement de la Ville tend à offrir un moyen de développement des personnes au travers de la cuisine. La première édition de « Lundisociable », en s’intéressant à la nourriture et l’alimentation, offrira au public le plus large des expériences, des débats sur l’enjeu du manger sain, y compris dans un budget contraint.

1h30 pour concocter une recette originale
battle food lundisociable Besançon Cuisine Mode d'Emploi
Baptiste Demyttenaere en pleine concentration sur la cuisson de sa recette. ©YQ

Les cinq finalistes de la « battle food » étaient installés devant le piano de l’école de cuisine de Thierry Marx dès 9h30. L’exercice était ardu : les mêmes produits pour tous au même poids (poulet fermier de Bresse, carottes fanes, radis, pommes de terre ou navets…).

Objectif : zéro déchet

Les candidats avaient pour objectif de réaliser une recette notée sur le goût, la présentation, la qualité de cuisson, le respect du temps imparti et surtout zéro déchet. Sur ce dernier point, le meilleur a réussi à ne produire que 109 grammes de déchets, un vrai challenge !

battle food lundisociable Besançon Cuisine Mode d'Emploi
La recette de poulet de Sfiya Aït El Kamel, une infirmière passionnée de cuisine. ©YQ
battle food lundisociable Besançon Cusine Mode d'Emploi
Les carottes fanes caramélisent dans la recette de Nasser Lamkhannet. ©YQ

Les quatre jurés (Pascal Garnier, formateur-chef de cuisine Mode d’Emploi, Jean-François Rousseau, le directeur de la cuisine centrale de Besançon, Thierry Dietsch, de Doubs Direct et Chloé Lardier, du restaurant végétarien Gloria Mea Fides de Rivotte) ont été étonnés de la qualité des plats concoctés par ces amateurs éclairés. Nasser Lamkhannet a revisité la recette du poulet chasseur pendant que Sfiya Aït-El-Kamel réinventait une volaille aux senteurs exotiques.

Battle food Lundisociable Besançon Cuisine Mode d'Emploi
Baptiste Demyttenaere, gagnant de la battle food entouré du maire de Besançon et de l’équipe de Cuisine Mode d’Emploi dirigée par Céline Quinquenel. ©YQ

C’est finalement la recette de Baptiste Demyttenaere, un jeune étudiant en quatrième année de pharmacie de 22 ans, originaire de Haute-Saône, qui a séduit le jury. Son teryaki de poulet, purée de carottes au curry rouge et pickles de radis vont lui permettre de passer un weekend pour deux personnes à Paris à la table de Thierry Marx, le chef triplement étoilé du Mandarin Oriental.

battle food Lundisociable Besançon Cuisine Mode d'Emploi
Teryaki de poulet, purée de carottes au curry rouge et pickles de radis, la recette gagnante de Baptiste Demyttenaere ©YQ

« Harmonie des goûts et plaisir des yeux, le jury a été unanime », confirme Pascal Garnier.

YQ
Forum de l'innovation sociale, saison 1 : l'alimentation. 
Le 11 mars au Kursaal de Besançon à partir de 13h30. 
Inscription gratuite limitée à 500 personnes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here