- Annonce -

Ce samedi, une quarantaine de montgolfières ont été rassemblées à Arc-et-Senans à l’occasion de la 40ème édition de la Fête des montgolfières. En raison du vent trop élevé, une dizaine de ballons seulement ont pu survoler le site emblématique de la Saline Royale.

Depuis sa création en 1978, l’association « Vents du futur », l’un des plus anciens clubs aérostatiques de France, réunit des passionnés de ballons dirigeables. Comme tous les ans, avait lieu hier la Fête des montgolfières à Arc-et-Senans. L’occasion de faire découvrir cet univers au grand public.

L'association "Vents du futur" fête ses 40 ans cette année. La foule était au rendez-vous de la Fête des montgolfières hier à Arc-et-Senans. DR
L’association « Vents du futur » fête ses 40 ans cette année. La foule était au rendez-vous lors de la Fête des montgolfières hier à Arc-et-Senans. DR

« L’association compte 45 adhérents dont une dizaine de pilotes qui proposent des baptêmes de l’air entre le mois de mai et le mois d’octobre », explique Julien Breuillot, président de « Vents du futur » et féru de ballons depuis l’enfance.

Comment vole une montgolfière ?

« Premièrement, les montgolfières ne peuvent pas voler en pleine journée. C’est possible seulement dans les trois heures qui suivent le lever du soleil et dans les trois heures qui précèdent le coucher du soleil, c’est-à-dire au moment où les températures sont les plus basses. », explique-t-il.

Une montgolfière est composée d’une nacelle surmontée d’une légère enveloppe qui emprisonne l’air. « Pour la faire voler, il faut réchauffer les molécules de l’air contenu dans l’enveloppe à l’aide d’un brûleur au gaz propane. L’air chaud dans le ballon se dilate et devient alors  plus léger que l’air de l’atmosphère, c’est ce qui permet le décollage. »

« la plus grosse partie des leçons se focalise sur la maîtrise sur la sécurité du vol. »

Avec les sept ballons que compte le club, les pilotes de « Vent du futur » effectuent près de 250 heures de vol par an.

« Une montgolfière n’est pas dangereuse à condition de décoller dans les bonnes conditions, essentiellement météorologiques. Par exemple, on ne décolle pas s’il pleut ou si le temps est orageux. On ne peut pas non plus décoller si la vitesse du vent est supérieure à 15 km/h. D’ailleurs, lorsque l’on apprend le pilotage, la plus grosse partie des leçons se focalise sur la prise de décision du décollage et la maîtrise sur la sécurité du vol. »

« Les accidents sont très rares »

Il précise : « En général, on vole à 500 mètres d’altitude, les risques principaux se situent surtout au sol. La majorité des accidents sont survenus lors des atterrissages, principalement des collisions avec des lignes électriques. »

Le président de « Vents du futur » se veut rassurant : « Les accidents sont très rares car les ballons se déplacent lentement, on peut donc facilement anticiper le danger. »

Les 40 ans de la Fête des montgolfières ont accueilli près de 4000 visiteurs ce samedi.

L’actu en plusLa montgolfière a été inventée en 1782 par les frères Montgolfier, originaires d’Annonay en Ardèche. Le premier vol du ballon à air chaud des frères Montgolfier s’est déroulé le 4 juin 1783. Pour l’anecdote, le 19 septembre de la même année, un vol expérimental à 480 mètres d’altitude, avec à bord, un coq, un mouton et un canard, a été présenté devant le roi Louis XVI à Versailles.
Militine GUINET
Réserver un vol en montgolfière. Une heure de vol, à partir de 160 euros par personne. 
Les enfants de moins de 1m20, femmes enceintes ou personnes avec prothèses ne peuvent pas voler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here