- Annonce -

La radio Fréquence Plus, qui émet sur 11 fréquences en Bourgogne Franche-Comté, a trente ans. Son patron, Anthony Eustache, profite de cette occasion pour balayer trois décennies passées au sein de la radio dans un livre intitulé « On air, mes 30 ans de FM ». Il sera en séance de dédicaces ce samedi après-midi à la librairie Forum de Besançon.

Ce qui devait initialement être une plaquette d’une quarantaine de pages à l’occasion du trentième anniversaire de la radio Fréquence Plus, est finalement devenu un livre. Son auteur, Anthony Eustache, dirige la radio depuis trente ans. « Mon livre s’adresse à tous. Il peut également retenir l’attention des dirigeants politiques, au moment où se prépare une grande loi audiovisuelle, la première depuis 1986, qui devrait réorganiser notre secteur audiovisuel. Témoigner, partager et alerter, j’ai écrit ce livre pour toutes ces raisons. »

« Tout ne se passe pas qu’à Paris »

Fondée il y a trente ans par Maurice Eustache, le père de l’actuel dirigeant, Fréquence Plus est marquée par une forte implication territoriale : « Nos radios sont les témoins du dynamisme régional et de la multitude d’initiatives qui participent à l’animation de nos territoires. Tout ne se passe pas qu’à Paris. Nos radios doivent être préservées et une place doit leur être clairement réservée. »

J’ai commencé la radio à l’âge de 14 ans dans une radio associative de Champvans », Anthony Eustache à la tête de la radio Fréquence Plus. DR
« J’ai commencé la radio à l’âge de 14 ans dans une radio associative de Champvans qui n’existe plus aujourd’hui », Anthony Eustache à la tête de la radio Fréquence Plus. DR

Dans son ouvrage, il brosse ses doutes, ses remises en question et ses réussites : « Le livre est construit autour du chiffre 30. Il y a un chapitre sur les 30 défis de l’entrepreneur ou encore les 30 déceptions… », indique-t-il.

Faire émettre Fréquence Plus à Besançon : un combat vain

Justement, Anthony Eustache profite de ce livre pour évoquer l’une de ses plus grandes déceptions : les nombreux rejets de dossiers de candidature pour émettre à Besançon par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Une véritable onde de choc pour le dirigeant : « Nous avons adressé quatre dossiers en 20 ans, à chaque fois ils ont été refusés. »

Bloquée dans son développement, la radio ne peut effectivement pas se déployer et se développer en raison des décisions prises par le CSA. Un « blocage » dont personne ne semble envisager de lui expliquer les raisons : « C’est incompréhensible puisque Dole, qui accueille nos studios, n’est pas loin de Besançon. Nous permettre d’associer des fréquences autour de la ville principale (Dole) et donc d’émettre à Besançon correspond pourtant à la logique de développement de Fréquence Plus. Notre objectif est de faire en sorte qu’un auditeur de la radio, qui se déplace en voiture ou s’éloigne à Besançon pour le travail ou les études, puisse la capter dans toute la région. »

«Témoigner, partager et alerter, j’ai écrit ce livre pour toutes ces raisons. »

« Inadmissible pour le développement d’une entreprise qui contribue à l’économie locale »

Selon lui, la formation de la nouvelle région était également l’occasion de se voir attribuer une autorisation pour émettre à Besançon : « Nous voulions créer une interactivité entre les habitants de la nouvelle région. Il s’agit d’un véritable enjeu de cohésion territoriale. Dijon-Besançon ne sont pas si éloignées l’une de l’autre, une autoroute les relie, Dole se situe à une distance équivalente de ces deux villes… Tout cela pouvait parfaitement s’imbriquer. Nous priver de cette opportunité est inadmissible pour le développement d’une entreprise qui contribue à l’économie locale depuis 30 ans. C’est ma plus grosse déception. » La plus ancienne des radios privées de Bourgogne Franche-Comté emploie d’ailleurs 14 personnes à plein temps.

218 000 auditeurs par semaine

Il ajoute cependant : « Nous faisons partie du paysage audiovisuel régional, nous fonctionnons uniquement avec la vente d’espaces publicitaires à des annonceurs locaux principalement. Nos audiences, 218 000 auditeurs par semaine sur l’ensemble des émetteurs, nous placent leader dans le Jura. Et puis, exister depuis 30 ans, engendrer un chiffre d’affaires conséquent (2 millions de chiffre d’affaires, Ndlr), avoir les moyens d’investir, c’est magique. Nous sommes évidemment conscients de la chance que nous avons d’exister dans le paysage audiovisuel depuis tant d’années. »

« Trouver sans cesse de nouvelles idées pour continuer à intéresser les auditeurs. »

Passionné et déterminé, Anthony Eustache ne s’endort pas sur ses acquis : « C’est un secteur où il faut sans arrêt se remettre en question, trouver de nouvelles idées pour continuer à intéresser les auditeurs. Nous avons encore plein de projets en tête mais il faut s’accrocher. » Pour la troisième année consécutive, Fréquence Plus vient de remporter le Trophée des datas, décerné par les Indés Radios cette année, en Italie.

À retrouver dans l’ouvrage, un album photo retraçant trente ans d’histoire de la radio, un cahier détaillant les programmes de Fréquence Plus, et un autre axé sur son rôle économique. Rendez-vous à partir de 14h30 ce samedi.

L’actu en plusAnthony Eustache a repris la radio Fréquence Plus en 2008, à la suite de son père, Maurice. Animateur, DJ, programmateur musical, commercial, ce véritable passionné de radio, a exercé pratiquement tous les métiers de ce média. Il est également administrateur du groupement économique qui regroupe 130 stations locales, régionales et thématiques indépendantes, Les Indés Radios,  et membre du Conseil d’orientation et de suivi du Syndicat des Radios Indépendantes (SIRTI).
LDC
Séance de dédicaces du livre d’Anthony Eustache, dirigeant de la radio Fréquence Plus. 
Samedi 9 juin, à partir de 14h30 à la librairie Forum de Besançon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here