Affaire Alexia Daval : Edwige Roux-Morizot dénonce une « folie médiatique »

0
8675
Ce jeudi soir, Edwige Roux-Morizot a tenu une conférence de presse très brève, lors de laquelle elle a dénoncé la
Ce jeudi soir, Edwige Roux-Morizot a tenu une conférence de presse très brève, lors de laquelle elle a dénoncé la "folie médiatique" autour de l'affaire Alexia Daval. © Photo d'illustration
- Annonce -

La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot, s’est exprimée ce jeudi soir lors d’une conférence de presse, seulement deux jours après la mise en examen pour meurtre sur conjoint de Jonathann Daval.

Il y a d’abord eu les aveux du mari suivis d’une conférence de presse tenue par la procureure de Besançon. Puis, plus tard, ce mardi soir-là, les propos de Maître Randall Schwerdorffer, qui ont provoqué de vives réactions. Enfin, aujourd’hui, jeudi, d’autres révélations diffusées par la chaîne télévisée d’information en continue, BFM TV, sont venues ternir un peu plus encore le secret d’instruction. C’est sans doute ce qui est à l’initiative de la prise de parole d’Edwige Roux-Morizot, la procureure de Besançon. Puisqu’elle a effectué un rappel à l’ordre et à la déontologie.

« Je vous fait part de mon souhait de voir la Justice reprendre la place qui est la sienne. »

« D’autres investigations doivent être effectuées, loin de cette terrible pression », a rappelé la procureure. Elle a ajouté que « derrière cette histoire qu’on déroule de manière indécente, se joue le destin d’un homme qui a le droit de modifier ses déclarations et de les ajuster tout au long de l’information judiciaire ». Elle regrette en effet que « la présomption d’innocence », dont doit bénéficier Jonathann Daval, est « bafouée chaque jour depuis son interpellation ». Edwige Roux-Morizot a donc déclaré avoir convoqué la presse pour « porter la voix de la raison au milieu de cette folie médiatique ».

« Une jeune femme dont la mémoire est chaque jour salie un peu plus »

« Les valeurs fondamentales de présomption d’innocence et de secret de l’instruction ne se marchandent pas. Cette affaire, c’est aussi une jeune femme morte il y a si peu de temps, dans des conditions terribles et dont la mémoire est chaque jour salie un peu plus », a-t-elle déclaré pour conclure son intervention.

Quant à Mes Ornella Spatafora et Randall Schwerdorffer, les avocats de Jonathann Daval, ils ont tous les deux été rappelés à l’ordre par le bâtonnier de Besançon mercredi pour avoir briser le silence lors de la garde à vue de leur client, une entrave à l’une des règles de la profession. À la suite de cela, ils ont pris la décision de ne plus communiquer publiquement sur cette affaire.

Louise De Châteaublanc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here